Corse : Combat pour l'eau : Veolia fora !

Publié le par dan29000

Ce Mercredi matin, plusieurs dizaines de militants de Corsica Libera ont investit les locaux de Kyrnolia (filiale de Véolia) à Aiacciu, pour dénoncer la main mise de cette multinationale sur notre île. Au cours d’une conférence de presse tenue dans les locaux même de l’agence, Corsica Libera a mis en exergue la situation de quasi monopole sur le marché de l’eau à travers Kyrnolia. Mais l’action de Véolia en Corse ne se résume pas au marché de l’eau, c’est aussi souvenez vous, le hold-up de la SNCM mené avec le fonds d’investissement privé Butler Capital Partners, c’est aussi la gestion de parkings, de transports routiers, la gestion des déchets, sans oublier les projets tel que la reprise du chemin de fer Corse… 

Les militants ont ensuite distribué des tracts afin de sensibiliser la population dont voici le contenu : 

MAIN BASSE SUR UNE ILE
La Corse ( + 8 milliards de m3 d’eau/an) a un ratio/habitant exceptionnel en Europe. Cette richesse, propriété des corses est pillée, notamment par Veolia, entreprise prédatrice aux profits énormes, dont les intérêts sont étrangers à ceux de notre peuple. Par sa filiale CEO (Kyrnolia) ou diverses prises de participation dans plusieurs entreprises, VEOLIA, dans une logique monopolistique, a lancé une véritable OPA sur les secteurs stratégiques pour le développement économique de la Corse (Voir la carte de la Gestion de la distribution des eaux en cliquant ICI). 

VEOLIA EN CORSE

Corsica Libera investit les locaux de Véolia/Kyrnolia d'Aiacciu.
Cette société se caractérise par l’opacité des comptes (gérés depuis le siège parisien) par des pratiques douteuses (droits d’entrée), par ses liens avec le pouvoir politique en place et le régime sarkosyste ..… Elle gère la plus grande partie des réseaux de production, de distribution d’eau potable et d’assainissement de l’île, dégageant des profits systématiquement réexportés. 

Kyrnolia, en tant qu’entité économique n’existe pas en Corse ! Il ne s’agit que d’une marque déposée à l’INPI (Institut national pour la propriété industrielle) La Compagnie des Eaux et de l’Ozone, CEO, n’est inscrite ni au registre du commerce à Ajaccio, ni à Bastia, contrairement à l’extérieur de l’île où la CEO dispose de 45 établissements secondaires (RC dans chaque ville). Cette « non existence légale » de la CEO dans l’île ne permet pas de connaître son chiffre d’affaires, le montant de ses investissements et ses énormes bénéfices en Corse !
Le « Directeur en Corse » de la CEO ne dispose d’aucun pouvoir de décision. 
Les contributions sociales (URSSAF), les taxes et les impôts ne sont pas payées en Corse par la CEO, les salaires et le chiffre d’affaires étant imputés à une autre région que la Corse. Les factures des abonnés en Corse sont réglées hors de l’île au profit d une banque non domiciliée dans l’île. 

Véolia Fora ! Corsica Libera sensibilise la population aux méfaits du monopole de Véolia.
Les statuts de ses salariés interdisent les revendications spécifiques inhérentes à la Corse. La décorsisation de l’encadrement est systématique. Le représentant des usagers de la Corse à l’Agence de bassin, déterminant et finançant les investissements en matière d’eau en Corse, est le représentant de la CEO en Corse ! Outre son activité de concessionnaire pour la distribution, cette compagnie réalise à titre privé des travaux pour certaines infrastructures en concurrence des entreprises corses dans l’opacité totale. 

VEOLIA S’ACCAPARE NOTRE EAU

La Corse dispose de ressources en eau importantes par rapport aux îles voisines. L’eau est un bien collectif du peuple corse qui doit en avoir la maîtrise et ne doit pas payer au prix fort. Avec la complicité des élus, avec des soutiens gouvernementaux et autres, cette société en situation de quasi monopole, fait payer aux corses les tarifs les plus élevés de France.
A l’échelle de l’ensemble français, c’est en Corse que le prix de l’eau est le plus élevé (En moyenne, en France, le m3 d’eau est facturé 3€ dont 1,45€ relatif à la potabilisation et 1,55€ pour l’assainissement, la Corse du sud est à 3,34 euros le m3 en 2008. Et c’est en Corse que ce prix a le plus augmenté depuis 2005). 
La part fixe, abonnement donnant droit à l’eau courante et à l’assainissement varie fortement selon les communes. Destiné à couvrir les frais de gestion des installations, l’abonnement atteint en moyenne 56 euros en 2004 et a tendance à augmenter de 2% par an. Les plus chers, + 80 euros, sont payés en Corse, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Bretagne, Aquitaine et dans la Loire. 
Les marchés pour la gestion de la distribution de l’eau sont de plus en plus captés par VEOLIA (filiale KYRNOLIA) et la plupart des communes du littoral sont sous son emprise. 
Comment peut-on accepter que les dirigeants de l’Assemblée de Corse aient fait le choix de VEOLIA au lieu de l’Office Hydraulique de la Collectivité ? 
La gestion privée de notre eau par Veolia (avec des pratiques opaques) entraine une augmentation du prix pour le consommateur. Cette situation est directement liée à la position dominante de Kyrnolia ainsi qu’au nombre de résidence secondaires et au mitage qui augmente les coûts des réseaux et des équipements. La Corse est la seule région de France disposant d’un outil comme l’Office Hydraulique, pourtant l’Office d’équipement hydraulique, outil de la CTC, est systématiquement écarté au profit de Veolia, par ceux-là même qui gouvernent l’assemblée de corse. 
Si cet outil était leader en matière de distribution de l’eau, ce sont 6 à 7 millions d’euros que la CTC pourrait économiser en subvention de fonctionnement de l’OEHC et plusieurs millions de bénéfices qui seraient réalisées chaque année, ce qui permettrait une baisse du prix de l’eau pour les agriculteurs. 

VEOLIA ET NOS ELUS

Comment peut-on accepter que les dirigeants de l’Assemblée de Corse aient fait le choix de VEOLIA au lieu de l’Office Hydraulique de la Collectivité ? Le prix de l’eau à Calvi a été multiplié par cinq depuis l’arrivée de VEOLIA et il est chez Mr Rocca-Serra 50% plus élevé que la moyenne nationale
- Hormis quelques communes ayant accordé leur confiance à l’Office ou gérant en Régie, la quasi-totalité des concessions d’eau pour les communes du littoral (les plus rentables) est trustée par VEOLIA. 
- Le président de l’Exécutif de l’Assemblée de Corse, le Président de l’Assemblée de Corse, le président de l’Office de l’environnement et le président de la CAPA (par un avenant inique étendant à toute la CAPA le contrat scandaleux de 1992 liant la ville à la CEO) ont donné la gestion de l’eau de leur collectivité à VEOLIA! 

VEOLIA NE S’ARRETE JAMAIS

Si cet outil était leader en matière de distribution de l’eau, ce sont 6 à 7 millions d’euros que la CTC pourrait économiser et plusieurs millions de bénéfices qui seraient réalisées chaque année. 
Après le hold-up de la SNCM, mené avec le fonds Butler Capital Partners dont il a racheté la part, après son implication dans la gestion de l’eau, dans l’assainissement, l’informatique et les réseaux, l’environnement et le tourisme, pour la Corse…le groupe cherche a accentuer sa main mise, avec d’autres objectifs dans des secteurs stratégiques : transports routiers, déchets, messageries, la gestion du stationnement automobile et la concession du chemin de fer …. 
Corsica Libera n’accepte pas que les Corses soient spoliés des outils de leur développement économique.
Corsica Libera n’accepte pas qu’un groupe financier truste l’eau, les transports et d’autres activités représentant des secteurs stratégiques pour le développement de la Corse
Corsica Libera n’accepte pas que VEOLIA soit en position de dicter, à son profit, avec le soutien d’élus complices, et au détriment des intérêts collectifs des corses, les choix qui déterminent l’avenir de notre pays.
CORSICA LIBERA appelle donc les Corses et les élus à dire non à Veolia et à sa volonté de mise en coupe réglée de la Corse. Les droits des travailleurs, les intérêts des utilisateurs et la qualité du service public sont menacés. La position de monopole de VEOLIA est dangereuse pour notre avenir car elle lui permettrait de dicter sa politique en matière de développement de la Corse avec, bien sur, l’aval de l’Etat français. 
VEOLIA FORA !

SOURCE : CORSICA LIBERA

Et pour en savoir plus :

Publié dans environnement

Commenter cet article

Anne Antomarchi 20/01/2011 01:38



Je suis catastrophée!! quelle horreur , Quelle serait la solution? il faut en trouver une!!


Anne Antomarchi/journaliste1réalisatrice


Ambassadrice de Corsica Diaspora


Basée à Montréal.


Lire :Haïti, un pays volé en cachette: http://blogues.guidesulysse.com/Le-monde-est-un-livre/