Corse, F.N.L.C : pour la disparition des juridictions d'exception

Publié le par dan29000

 

Communiqué du F.L.N.C

 

 

La donne politique française n’a jamais pesé sur nos choix et il n’a jamais été dans nos intentions de vouloir influencer les échéances électorales qui sont les leurs. Aussi nos actions de ces derniers jours étaient programmées de longue date et reportées pour cause d’élections.

En aucun cas, elles ne constituent une mise en garde ou une menace en direction du nouveau pouvoir politique en place. Elles s’inscrivent dans notre combat de ces dernières années face à l’accroissement programmé des menaces spéculatives sur notre terre. Elles sont dans le droit fil du discours qui est le notre depuis des décennies sur ce sujet. La terre corse doit rester possession entière du Peuple Corse, jamais elle ne sera une valeur marchande, que les commerçants soient d’ailleurs corses ou non corses.

Aujourd’hui la dérive spéculative a aiguisé trop d’appétits, déclenché trop de mécanismes, pour certains mortifères. Elle constitue une des principales menaces pour l’intégrité de notre Peuple. Ce dernier est en état de légitime défense. Nous ne laisserons pas faire. Nous ne laisserons pas s’installer impunément pus de 4500 résidences secondaires étrangères par an soit plus de 45 000 en dix ans. Nous ne sommes qu’un peuple de 300 000 âmes.

Toute complaisance à cet égard, la passivité des élus de tous bords, le silence de trop nombreux de nos citoyens voire même les postures apitoyées de certains en direction des malheurs des nantis relève de la complicité, il faut en être conscient et saluer les combats de tous ceux qui, y compris sur le terrain public, dénoncent ces menaces.

Il est certainement plus facile au nom d’un opportunisme politique de rédiger un communiqué de condamnation de nos actions alors que trop de jeunes corses vivent au quotidien la détresse de ne pouvoir trouver un logement décent, n’osant même pas rêver de construire leur propre maison.

A cet égard, nous notons que l’échéance prochaine du mois de Juin sera l’occasion pour tous les candidats de s’exprimer sur ce sujet primordial à nos yeux. Pour cela nous faisons confiance à notre Peuple pour se responsabiliser et s’unir afin de gagner ce combat là. Nous n’avons jamais jeté le discrédit sur les combats publics à condition qu’ils se déroulent dans la clarté. Nous rappelons l’essentiel de nos revendications et de nos propositions politiques déjà affirmées dans la diffusion de notre dernier Ribellu que nous joignons à notre communication. Aujourd’hui, nous retrouvons des socialistes au pouvoir en France.

Nous leur rappelons si besoin en était qu’ils sont les héritiers de ceux qui ont construit avec nous les deux précédents statuts. II n’en a certainement pas toujours été fait le meilleur usage. Nous en sommes aussi conscients, une classe politique discréditée et souvent dévoyée s’est longtemps évertuée à en limiter les effets positifs.

L’actuel est perfectible et nous attendons des avancées dans tous les domaines évoqués. Des mesures essentielles se doivent d’être annoncées par l’Assemblée de Corse. Leur cohérence sera significatives de la volonté réelle de réussite. L’Etat français devra alors s’engager dans un processus de règlement politique de la question nationale corse. François Mitterrand avait dissous la cour de sûreté de l’Etat. Nous attendons la disparition des juridictions d’exception.

Nous sommes attentifs tout comme nous restons vigilants face aux agressions qui menacent notre Peuple. Elles sont multiples et multiformes, nous le savons, notre capacité de riposte reste à leur mesure et la mise en garde faite aux groupes mafieux dans notre précédente communication reste d’actualité. Notre engagement se veut essentiellement politique car nous restons avant toute chose une organisation politique. Nous revendiquons la campagne menée ces jours derniers contre la dépossession de notre terre.

 

 


STA TERRA DEVE FIRMA A I CORSI

EVVIVA A LOTTA DI LIBERAZIONE NAZIUNALE

EVVIVU U POPULU CORSU

A POPULU FATTU BISOGNA A MARCHJA

FLNC

Publié dans actualités

Commenter cet article