Cowboy angels, film en état de grâce de Kim Massee, en DVD

Publié le par dan29000

cowboy-angels.jpgIl était une fois à Paris, un gamin de 11 ans, Pablo qui n'avait pas vraiment une vie facile. Souvent sa mère le délaisse pour un de ses amants alors il zone dans les rues et tombe sur Louis. Louis lui joue au poker, pas vraiment à l'aise non plus dans sa vie. Il joue et perd. Pablo cherche un chauffeur pour l'emmener en Espagne où serait son père. Dès le début du film, il n'est pas vraiment difficile de saisir que l'on va se trouver devant un moment privilégié de la vie de ce duo improvisé. Pas difficile non plus de comprendre  que l'on entre assez vite dans un film hors du commun. Pas un film hors du commun par le flot de dollars dépensés, ou par le flot d'actions inutiles sur l'écran, ou encore par le flot de lieux communs déversés comme chez Luc Besson ! Non ici, on le voit dans les bonus, le film n'est pas basé sur le fric, mais sur les émotions, sur le talent de celle qui tient la caméra au  plus près des visages et des corps. Aussi sur la qualité du scénario créé à quatre mains entre Chloé Marçais et Kim Massee.
Ce road movie attachant va permettre un rapprochement entre deux êtres qui vont, pour un temps de leurs vies respectives, se croiser, estompant un peu leurs profondes solitudes.
Cowboy angels s'est aussi un film de transformation. Pablo et Louis, à la fin de leur périple, ne seront plus tout à fait les mêmes. Et croyez-moi, nous aussi, car le film fonctionne totalement, porté par une musique originale de Laurent Petitgand (aussi acteur), parfaitement en adéquation avec chaque scène et en prime un titre d'Elliot Murphy.
En vérité ce film est habité par quelques "belles âmes" sans que leurs noms ne soient au générique, les connaisseurs y croiseront Bob Dylan, Woody Guthrie, Jack Kerouac, Win Wenders, ou encore Jim Jarmush et Jim Harrison, auteurs essentiels à nos vies...Durant un peu plus d'une heure et demie, le film oscille avec légèreté entre humour et mélancolie, rythme difficile s'il en est et parfois l'ombre émouvante d'un des plus grands cinéastes américains, sinon le plus grand, vient à passer au milieu des acteurs en présence qui vivent avec justesse leur histoire : Cassavetes surgit alors dans notre esprit...Peut-être son esprit est-il de retour via Kim Massee. Cet auteur avait fondé le cinéma indépendant à une époque qui nous semble déjà bien lointaine, tout comme Truffaut à ses débuts. Et eux aussi savaient, comme Kim Massee, nous narrer des belles histoires, de Gloria à L'enfant sauvage...
Diego Mestanza et Thierry Levaret semblent avoir déjà beaucoup vécu ensemble avant ce film tant ils fonctionnent bien et cela n'était pas évident.Ce qui n'est pas le cas. On  retiendra aussi Noëlie Giraud qui, en quelques scènes, marque le film de sa présence lumineuse.
Bon, en conclusion, que vous ayez déjà vu ou non le film, il faut vous précipiter pour acheter ce DVD double car les bonus  sont particulièrement soignés (ce qui devient parfois rare). Un beau making of, malgré sa brieveté, la bande-annonce et une très belle vidéo de Libération. Je viens de revoir le film et à la seconde vision, l'effet est le même, signe des films qui vont bien vieillir dans les prochaines années, alors ne pas avoir ce DVD dans votre vidéothèque serait vraiment dommage.
Et déjà on attend avec impatience le prochain film de Kim Massee...

_______________________________________________________________________

BREVE REVUE DE PRESSE 

Un road-movie enthousiasmant et libre par une Franco-américaine proche de Jarmush. Libération.
Tout sonne juste dans ce film. Le canard Enchaîné.
"Cowboy angels" distille une petite musique très personnelle qui témoigne d'un regard singulier. Télé Obs.
Kim Massee réalise un film léger et aérien sur un sujet qui, pourtant, ne l'est pas. Une jolie performance. L'humanité.

PRIX DU PUBLIC : COLOGNE 2008
DISTRIBUTION / ARTWORX FILMS

EN COMPLEMENT /

portrait_kim.jpgNée à Kansas City aux Etats-Unis, Kim Massee grandit à Paris, ville d’adoption de ses parents américains. Après une scolarité française, elle retourne aux Etats-Unis pour suivre des études supérieures à l’Université de New York où elle obtient un diplôme en Philosophie. Elle partage ensuite sa vie entre Paris et New York.

Elle s’intéresse au théâtre, à la peinture et occupe différents postes dans le cinéma. Elle devient très vite assistante du directeur d’acteurs Jack Garfein, fondateur de l’Actors Studio Los Angeles et de l’Actors and Directors Lab à New York. Elle se passionne pour la direction d’acteurs, et dès les années 90, démarre, parallèlement à ses projets de mise en scène et de réalisation, le coaching de nombreux comédiens sur leurs tournages à l’étranger (notamment Jacques Weber, Solveig Dommartin, Julie Christie, James Thierree-Chaplin, Catherine Deneuve, Ruppert Everett, Nastasia Kinski…).

En 1990, elle réalise à New York son premier film indépendant, Bouquet d’Amor (N/B, 16mm, 40min). Son parcours international l’amène à collaborer avec des cinéastes et auteurs aussi différents que Raoul Ruiz, Luc Besson, Wim Wenders, Jim Jarmush, Tom Decillo, Steve Bushemi, Howard Buten, Vincent Ravalec, Richard Hell...

Elle monte sa société Artworx en 2000 pour développer et tourner ses propres films dont plusieurs courts et moyens métrages. Parmi eux, deux courts métrages, avec des jeunes en difficulté et placés en foyer de réinsertion, qui lui inspirent le scénario de son premier long métrage : COWBOY ANGELS qu'elle produit et réalise avec sa societé Artworx Films. Le films est distribué en France en Octobre 2008.



Publié dans écrans

Commenter cet article

doctoral dissertation 12/01/2010 11:58


Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!
___________________

doctoral dissertation