De l'engagement dans une époque obscure, Miguel Benasayag, Angélique Del Rey

Publié le par dan29000

engagement

S'il est un débat important en ce moment, c'est celui de l'engagement. La disparition des idéologies,  la fin bénéfique des illusions sur les lendemains qui chantent, les grands soirs qui approchent, ou sur  l'insurrection qui vient, sans vraiment venir, du Parti qui résoudra absolument tout...La liste pourrait être longue, en passant par l'avant-garde éclairée (par elle-même)...Notre époque est effectivement bien obscure, car elle endort, aseptise, formate, nous laissant alors assez démunie. Obscure époque, parce que les Lumières s'éloignent assez vite, les nationalismes reviennent, les relents néo-fascistes réapparaissent en Europe...Vouloir continuer à s'engager comme les militants le faisaient il y a deux siècles n'a plus aucun sens, sauf pour ceux qui se veulent encore gardiens de temples vides. 

 

  Il nous faut donc faire un effort pour envisager autre chose, un autre monde de fonctionnement pour une autre forme d'engagement. C'est ce que propose cet essai de Miguel Benasayag et Angélique Del Rey, un engagement-recherche, dans une perspective de lutte radicale et de construction de soi. Un essai qui, quelques années après, se situe bien dans la lignée de celui rédiger avec Florence Aubenas : "Résister, c'est créer".


 S'appuyant à juste titre sur La Boétie, Spinoza, Gramsci ou encore Foucault, et surtout sur des expériences politiques concrètes particulièrement riches comme celles des Tupamaros uruguayens, les auteurs nous permettent d'entrevoir une nouvelle forme d'engagement. Leurs propos, clairement divisés en six parties, sont limpides. Comment passer d'un engagement-transcendance à un engagement-recherche.

 

Le duo passe en revue quelques grandes notions : le désir de s'engager, la différence entre programme et projet, qu'est-ce vraiment que le pouvoir et donc le contre-pouvoir, les paroles qui divisent et les actes qui réunissent, ou encore l'éloge du conflit où "Nous devons renoncer à agir dans la perspective d'une solution définitive et globale."


 Que faire face à la démobilisation générale depuis quelques années qui peut se concrétiser par exemple dans l'hexagone, par le recul constant du syndicalisme, par l'hémorragie militante des partis politiques, par la crise de la presse de gauche, par l'échec de la nouvelle voie de lutte qu'aurait été le NPA, et l'impuissance des mobilisations syndicales, la liste pourrait être longue...Depuis plus de 150 ans, l'engagement se fonde sur "demain un monde meilleur", une sorte de paradis sur terre, pour les uns, après la révolution, pour les autres, après les élections. Croyances. Croyances qui riment souvent avec impuissance. Les auteurs, ici, nous entretiennent d'une question éthique, d'un mode de vie, dans notre monde ACTUEL. Pas dans un hypothétique monde futur, sans cesse d'ailleurs remis à demain ou après-demain. Arrêter notre recherche sans fin, du paradis sur terre. Lequel paradis des "futurs radieux", s'avéra plus d'une fois, être en réalité l'enfer...C'est pourquoi il est utile de renoncer à notre volonté de cohérence, car les choses changent, rapidement, sans que cela soit d'ailleurs la promesse d'un changement global de toutes nos sociétés capitalistes.

 

 Bien entendu, comme en psychanalyse, les "résistances" sont nombreuses, et ce ne sont pas de bonnes résistances.  Récuser l'existence d'un centre, en finir avec les vieilles notions de prise du pouvoir, et surtout comprendre mieux la complexité de la réalité...Un projet, plutôt qu'un programme clé en mains comme les vieux partis nous les rabâchent encore à chaque élection, que cela soit la gauche réformiste libérale ou la gauche révolutionnaire dogmatique d'hier...


 Chercher une ou des alternatives voilà ce qui peut animer l'engagement dans un futur proche. Des expériences multiples sont déjà à l'œuvre. Un essai particulièrement tonique, comme toujours chez Benasayag, ancien guérillero en Argentine, psychanalyste, philosophe et écrivain, auteur du célèbre "Résister c'est créer" et traduit en dix langues. Un essai vivifiant en compagnie d' Angélique Del Rey, enseignante en philosophie, auteur en 2010 de "A l'école des compétences, de l'éducation à la fabrique de l'élève performant". Ensemble ils proposent depuis quelques années une réflexion passionnante sur la notion d'engagement, notamment dans "Connaître est agir" en 2006 et "Eloge du conflit" en 2007 (La découverte). De plus ils animent également le collectif Malgré tout.

 

Un livre essentiel et tonique, pour une nouvelle forme d'engagement, ici et maintenant. Construire des résistances en se construisant face aux nombreuses impuissances de plus en plus visibles en Europe ou même les alternances politiques ne dissimulent plus le vide de pratiques obsolètes.

 

 

Dan29000

 

De l'engagement dans une époque obscure

Miguel Benasayag, Angélique Del Rey

Le passager clandestin

2011 / 160 p / 14 euros

 

Pour découvrir le site de l'éditeur, c'est ICI

 

===================================

EXTRAITS /

 

"S'engager dans une époque obscure, ce n'est pas réaliser un programme, mais chercher en situation et  selon des voies multiples voire contradictoires, dans tous les cas conflictuelles, comment dépasser ce mythe de l'individu qui nous plonge dans l'impuissance et nous soumet à l'utilitarisme de la post-modernité"


"Qu’il s’agisse de vie personnelle ou de vie sociale, le sentiment d’optimisme émerge par surcroît, lorsqu’on a renoué avec la puissance d’agir, avec la compréhension et la connaissance du monde et des situations, quand on remet en contexte, connaissant les causes et libérant la puissance d’agir. Alors intervient le “ré-enchantement“ du monde, non comme une fin, mais comme un produit de l’agir, un effet de la rupture des cloisons qui nous séparent du monde, des autres, des situations et de soi-même."

 

 


  "Libérer la puissance d’agir des gens" - Article complet sur Basta ! http://www.bastamag.net/article1266.html

 

 


Publié dans lectures

Commenter cet article

marco 21/11/2011 18:39


Pas encore lu, même ses bouquins en général sont supers,une façon original de pensée en dehors des sentiers battus, et cela fait du bien à lire

dan29000 21/11/2011 18:41



pas mieux...



Mitsuko 21/11/2011 15:44


Rien qu'à lire les deux extraits, on se rend bien compte qu'il y a besoin d'engagement dans une époque obscure ...


Cela devrait être un débat important avec tous les politiques pour trouver des solutions afin de pouvoir rétablir les choses ...


Mais ils ne font rien que rabacher des idées complètements décalées, à croire qu'ils le font exprès !!!!

dan29000 21/11/2011 17:09



Pas forcément exprès, mais la grande force impuissanted de l'habitude, des habitudes du passé, la facilité aussi à reproduire, le déjà fait, déjà vu, déjà pratiqué parfois issu de la famille, des
traditions, etc...