Dépassements d'honoraires : encadrer est insuffisant, il faut supprimer

Publié le par dan29000

solidaires.jpgDépassements d’honoraires : Les encadrer ne suffit pas, il faut les supprimer.

 


Par uf - 26/10/2012

La négociation entre la caisse nationale d’assurance maladie, les syndicats de médecins libéraux et les complémentaires santé sur les dépassements d’honoraires s’est conclue jeudi 25 octobre par un accord. La CNAMTS et le gouvernement sont satisfaits de cet accord alors qu’il s’agit d’une capitulation devant les lobbies médicaux. Contrairement à ce qui est affirmé, les assurés sont les grands perdants de cette négociation.


Cet accord entérine des dépassements allant jusqu’à 2 fois et demi le tarif de la sécu pour les consultations (70 € au lieu de 28€) ainsi que pour les actes chez les spécialistes du secteur 2.

Dans le cadre d’un « contrat d’accès aux soins », sous réserve de faire 30% de leurs actes au tarif Sécu, les médecins de secteur 2 pourront continuer à pratiquer des dépassements pour les 70 % des patients restant. Et en plus, pour les « récompenser », l’Assurance Maladie prendra en charge une partie de leurs cotisations sociales. Ces médecins gagnent donc le beurre et l’argent du beurre.


Et encore, ce contrat reste facultatif.


Le relevé de conclusion ne prévoit aucune interdiction ni aucun véritable système pour sanctionner les dépassements « abusifs ».

Les complémentaires santé devraient rembourser tout ou partie des dépassements ce qui entraînera une augmentation des tarifs des complémentaires. Mais rappelons que tout le monde n’a pas de complémentaire santé.

Aujourd’hui la plupart des syndicats de médecins libéraux (comme la CSMF ou la FMF) qui ne songent qu’à défendre les intérêts corporatistes d’une caste minoritaire de privilégiés et pensent à leur portefeuille avant la santé des malades ont gagné !

Aujourd’hui le gouvernement et la CNAMTS qui ne voulaient qu’une réforme à minima pour ne pas froisser les lobbies médicaux sont satisfaits. Ils ont choisi leur camp qui n’est pas celui des patients ni de la protection sociale solidaire.

SUD Protection Sociale dénonce ce projet d’accord injuste qui se fait sur le dos des assurés et ne permet pas l’accès aux soins pour tous.

Pour SUD Protection Sociale, il est temps de réaffirmer que « la santé n’est pas une marchandise ». Un débat public sur notre système de santé et son financement s’impose.


Pour permettre un réel accès aux soins pour tous, un premier pas serait la suppression pure et simple de tout dépassement d’honoraires.


Cela passe aussi par un certain nombre de mesures immédiates comme la suppression des franchises médicales et autres forfaits qui pénalisent les malades. Cet accord au rabais montre qu’en matière d’accès aux soins égal pour tous, le changement ce n’est pas maintenant !


Paris le 26 octobre 2012

 

SOURCE / SOLIDAIRES

Publié dans actualités

Commenter cet article