Des cons et consorts, un premier roman d'Emmanuel Glais

Publié le par dan29000

 

CONS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Il faut parfois être de parti pris. Les premiers romans d'auteurs inconnus sont parfois plus intéressants, en cette nouvelle rentrée littéraire, que les nouvelles productions souvent formatées des stars littéraires qui vont s'empiler sur les tables de nos librairies.

Certes, écrire régulièrement des articles sur des premiers romans est un risque. Une sorte de loterie pourrait-on dire. 

 

 

 

"Des cons et consorts" devrait plaire à un large public, si...


Oui il y a un si...

 

Ce petit roman devrait vous plaire, si vous aimez Houellebecq. Car non seulement il a quelques affinités électives avec ce romancier médiatique surfait, (pardon pour le pléonasme) mais son nom revient de page en page tout au long de ce roman, des fois que le lecteur ne puisse arriver à comprendre vers quoi tend la vie de Jonathan.

 

Car Jonathan est le personnage principal, assez seul le pauvre Jonathan, malgré Sabine ou Ilona, ou un ou deux potes, qui hélas pour nous, ne sont souvent que de fragiles silhouettes sans atteindre au statut de personnage.

Donc Jonathan. Vrai personnage houellebecquien en diable, qui dès la première page quitte la lecture de Vian pour un site porno baptisé Youporn, sous prétexte qu'il est "plus sain de se branler sur les images d'une salope américaine que sur l'idée d'une trop jeune fille". (Page 9).

Remarquons l'élégance du propos, et au cas le lecteur n'aurait pas encore saisi le sens, le consternant "Plateforme" de Houellebecq vient surenchérir.

 

Notre Jonathan est étudiant à Rennes, et nous sommes en 2015 alors que Sarkozy a entamé son second mandat.

Je sais, là,  cela s'approche un peu du cauchemar...

Jonathan a une vie vraiment dure, ses cours ne l'excitent pas trop, sa copine le trompe, sa famille s'éloigne de lui.

"Qu'est ce que je peux faire...J'sais pas quoi faire (Karina chez Godard, pour les non cinéphiles).

Alors ce roman devrait vraiment vous plaire si vous aimez les belles histoires d'étudiant  qui s'ennuient  et qui donc vont voir des prostituées.


Ce roman devrait aussi vous plaire, si vous êtes un supporter du Stade rennais, car on a droit à deux pages sur les joies procurées par cette fantastique équipe de foot.


Alors bien évidemment si parmi nos lecteurs il y a des étudiants qui s'ennuient, lecteurs de Houellebecq, amateurs de foot et fréquentant les prostituées, on ne peut que conseiller de vous précipiter chez votre libraire pour acheter ce roman.


On pourrait allonger la liste à la Prévert, mais l'inventaire serait un peu vain.


Surtout quand vous saurez que Jonathan nous fait l'éloge de la télévision "La télévision n'est pas un média pourri. Même TF1 ne peut être réduit à un vendeur de temps de cerveau disponible, quoi que Patrick Le Lay en pense." (page 98). Et qu'à un autre moment notre ami Jonathan songe à la possibilité de devenir espion (page 99)...


Sans oublier quelques pensées hautement philosophiques :


"En fin de compte, une manifestation c'est un extraordinaire concentré de mépris." (page 47)

 

Heureusement quand même un point fort dans ce premier roman, la quasi absence de dialogues, une grande chance, car lorsque dialogues il y a cela donne cela :


"Je n'ai rien de mieux à faire que de t'accompagner" assura Jonathan à Ilona.

"Comme tu veux", répondit-elle.

 


Vous l'avez compris sans doute Jonathan est un personnage parfaitement antipathique avec lequel personne ne voudrait partir en vacances. Surtout quand il se retrouve en Algérie, et nous inflige quelques lignes consternantes sur la belle ville d'Alger. Séquence d'autant plus douloureuse, que l'auteur de ces lignes a eu la chance d'y séjourner...Il est rare de passer autant à côté d'une ville...

 

Il est souvent de tradition de dire qu'un premier roman est autobiographique, espérons pour l'auteur que cette fois cela ne soit pas le cas.


A noter quand même la réussite de la couverture avec Egon Schiele.

 

Dan29000

 

Des cons et consorts

Emmanuel Glais

Editions de la rue nantaise

2011 / 156 p / 14 euros

 

+++++++++++++++++++++++++++++++++

 

Ce livre est une chronique destinée au site "LES AGENTS LITTERAIRES"

Un site mobilisé au service des livres peu médiatisés.

Avouez que l'idée est belle, si vous avez un blog vous pourrez vous inscrire et recevoir des propositions de livres, puis le livre choisi, afin d'écrire un article qui se retrouvera ensuite sur votre blog et sur le site LES AGENTS LITTERAIRES.


On va donc partir du principe que nous n'avons pas eu de chance, ne doutant pas que ce nouveau site (mars 2011) renferme plein d'excellents livres dont les grands médias ne parleront hélas jamais.

 

Découvrir le site, ICI

Publié dans lectures

Commenter cet article

Mitsuko 26/08/2011 11:41


Je viens de lire ta critique de ce premier roman et vu ce que tu en dis, je ne pense pas que ca me plaira car ca me semble plutot bizarre ... Merci d'avoir fait cette critique ...


dan29000 26/08/2011 13:14



Bizarre non, très médiocre, surfer dans le sillage d'un auteur surfait comme Houellebecq ne peut que donner, hélas, du médiocre...