Désintox : Marseille, capitale européenne de la culture, contrôle des subventions et nettoyage de la ville

Publié le par dan29000

Marseille capitale de la Culture 2013 : Serrage de villes et boulons de culture - Entre contrôle des subventions et nettoyage de la ville


Documentaire sonore de la revue Z + liens CQFD

Téléchargement et écoute ICI (utilisations libres).

 

 

 

 

Marseille, capitale européenne de la Culture 2013. Mais quelle culture ? Qu’est-ce que c’est que la culture ? Peut-être qu’on ne peut tout bonnement pas la définir cette culture, elle est multiple, nourrie par les mouvements des personnes qui vivent ici et qui ont vécu dans cette ville de Marseille.

En tout cas, c’est sur que la déclaration de "culturel", du mot d’"artiste" par une administration centralisée n’a rien à voir avec les habitants de Marseille. Elle aurait plutôt à voir avec des correspondances à des normes économiques décidées en commission européenne... A l’image du jury déclarant la candidature de Marseille retenue sur des "critères de faisabilité économiques et politiques". Du côté du local, c’est à n’y rien comprendre.

Ou si, peut-être, aux rythmes des rencontres, des déambulations on commence à y voir plus clair. On comprend que derrière le mot culture se cache celui de la récupération, l’ingurgitation du local pour mieux recracher loin du centre-ville les indésirables : les pauvres de la Belle de Mai où s’est établie une friche artistique, les dockers en lutte bien décidés à ne pas se faire prendre la parole par un festival tout fraichement débarqué sur leur lieu de travail menacé et traités de rats par la chargée au tourisme de Marseille madame Vlasto, les petites associations culturelles de quartier qui ne sont pas invités à participer au bal mondain européen.

La culture sert alors de vitrine pour constituer des musées, délimite ce qui doit être retenu de l’histoire de la ville et ce qui doit être oublié sur l’autel du progrès. L’élite catalogue, classe et parasite pendant que le vivant devrait étouffer sous des litres de formol. Et on comprend par les mots de l’équipe municipale que Marseille 2013 n’est qu’un point de départ dans une stratégie globale de modification urbaine de Marseille.

Mais Marseille résiste et garde son esprit de mauvais élève de la France... Paroles d’acteurs locaux de Marseille à propos de l’utilisation de la culture dans le paysage urbain et politique de Marseille. On y croisera des personnes de maisons de quartier, des habitants créatifs et observateurs de Marseille, des dockers.

Ce documentaire vous est proposé par Z, magazine itinérant.


Articles sur Marseille-Provence 2013 parus dans CQFD :

> « On va faire des trucs fous ! »
paru dans CQFD n°102 (juillet-août 2012), par Nicolas Arraitz, illustré par Aurel
Le 19 juin, la Chambre de commerce présentait les perspectives de Marseille Provence 2013 (MP 2013) aux entrepreneurs du cru. Déguisé en start-up, CQFD était là et, l’espace d’un battement de paupières, s’est laissé griser par un méga-puissant Powerpoint conçu pour taper dans l’œil des potentiels mécènes. À six mois de son lancement, l’année Capitale a toujours un faux air de réalité virtuelle. Gilles Brunschwig, directeur général de Futur Télécom, ouvre le bal et donne la parole à Hugues de Cibon, passé de la (...)

> La culture nous prend pour des truffes
paru dans CQFD n°103 (septembre 2012), par Nicolas Arraitz, illustré par Plonk et Replonk
La mairie de Marseille recrute mille bénévoles pour encadrer les festivités de 2013, « année capitale ». Comme à Lille en 2004, ces gentils blaireaux se convertiront en « ambassadeurs » d’une vaste couillonnade touristico-ludique censée civiliser une cité aux mœurs trop barbares. Depuis Paris, le Premier ministre a d’ailleurs évoqué 2013 comme une « opportunité formidable » pour « mobiliser les énergies » et, qui sait, mettre les kalachnikovs en sourdine… La Ville a recouvert la ville d’affiches et le message (...)

> La grande fanfaronnade
paru dans CQFD n°85 (janvier 2011), rubrique Supplément, par Bruno Le Dantec, illustré par Rémi, illustré par Yohanne Lamoulère
« 2013 sera un formidable accélérateur pour Marseille ! », se réjouit son sénateur-maire. Accélérer, mais pour aller où ? Dans un monde idéal, l’urbanisme et la culture, tel un dialogue amoureux entre l’espace et le temps, se promèneraient main dans la main sur les larges avenues d’un avenir radieux. Et comme nous y sommes presque, grâce à une démocratie qui nous fait éternellement patienter dans l’antichambre du meilleur des mondes, tout est mis en œuvre pour que cette symbiose se réalise. Le hic, c’est (...)

> Le Fric trop puissant
paru dans CQFD n°99 (avril 2012), par Aristide Bostan, Nicolas Arraitz, illustré par Lindingre
À Marseille, les autorités sont sur les dents. Un mystérieux groupuscule d’encagoulés est sur le point de frapper un grand coup. Certains experts ont cru déceler la marque d’Al-Qaïda, d’autres la main de mafias corse ou serbo-croate… CQFD est entré en contact avec la cellule de propagande du Front des réfractaires à l’intoxication par la culture (Fric). Romanquête. « Rendez-vous demain à 14h, à Château Gombert, derrière le cimetière. Pas de blagues, on vous a à l’œil. » Après plus de dix jours à courir (...)

> Une ville dans le viseur
paru dans CQFD n°94 (novembre 2011), par Nicolas Arraitz, illustré par Lindingre
À Marseille, la série noire des règlements de comptes entre dealers de cités – prétexte initial à l’envoi de renforts policiers – continue de plus belle. Mais l’esprit du flic est ailleurs. Il est le bras armé de la reconquête urbaine, avec comme horizon immédiat une hypothétique réélection de Sarkozy en mai 2012, puis Marseille 2013 qui grimera la ville en capitale européenne de la culture. L’agenda est décidément bien chargé ! « Euroméditerranée, l’opération qui transforme la ville. » Le panneau accueille (...)

> Mille bâtons dans les pattes
paru dans CQFD n°97 (février 2012), par Gilles Lucas, illustré par Rémi
Présenté en grande pompe le 19 janvier, le catalogue du pré-programme des réjouissances de Marseille 2013 vante beaucoup le caractère multiculturel de la ville… Comme le quartier populaire de Noailles, par exemple ? Non, justement, non. Ça, c’est ce qui doit disparaître. « La culture a trouvé sa capitale. » La machine à générer automatiquement des mots aura méchamment chauffé, déclinant à l’envi « l’art, la citoyenneté, le populaire et le lien social » à propos de cette « ville cosmopolite » et « (...)

 

 

 

SOURCE / MILLEBABORDS.ORG

Publié dans arts

Commenter cet article