Désintox : "panier des essentiels" ou le mépris gouvernemental envers les pauvres

Publié le par dan29000

 

 

Un panier pour les pauvres - et comme ça, ils ne seront pas obèses...

 

La dernière mesure sociale du gouvernement, l'annonce de la création d'un "panier des essentiels", est répugnante.

 

Voici les raisons de mon dégoût:

 

1) D'abord l'expression elle-même, avec son heideggerianisme à la Nicolas Hulot, cette synthèse du panier et de l'essentiel, de la conso et de l'authenticité. C'est le panier bobo du Lubéron ou hyper-riche du Pyla pour les pauvres de Gennevilliers. Par la force des choses, ils se débrouillaient déjà pour acheter au moins cher; ils auront "l'essentiel" pour le même prix. Ce qui leur changera la vie, bien sûr. 

2) Un gouvernement de droite qui prône au quotidien le libéralisme et la responsabilité individuelle instaure une consommation assistée à destination des personnes "à faible pouvoir d'achat" (c'est ainsi qu'on rebaptise les pauvres). Elles ne sont évidemment pas capables de faire des choix raisonnables. Monsieur Lefebvre, notre secrétaire d'Etat à la consommation, va leur apprendre à faire leur ligne, à manger "essentiel", à "manger responsable", à faire le choix de "l'alimentation durable".

3) Pouvoir d'achat? Connais pas. Chômage? Connais pas. Cette mesure "sociale" n'est pas construite sur une démarche de justice: elle est négociée à la bonne franquette avec les "principales enseignes de la grande distribution". Celles-ci ne se font pas prier puisqu'elles y trouvent une publicité gratuite pour leurs prix d'appel... La preuve: il y aura même un logo! Sans logo,rien de possible. Le même Lefebvre, qui n'a peur de rien en matière de cynisme, ajoute qu'il s'agit "de donner aux Français la possibilité de découvrir des produits de qualité à des prix abordables". Vous étiez un peu cons, on va vous éduquer - par la publicité et le logo.

4) Cette démarche "structurante" va de pair avec l'annonce dans d'autres domaines de "tarifs sociaux" pour l'électricité, le gaz, le téléphone - tarifs sociaux auxquels quasiment personne n'a droit, à supposer même qu'on puisse découvrir qu'ils existent et à quelles conditions on y est éligible. Attendons maintenant les tarifs sociaux pour les péages, l'essence, l'hôpital, les pompes funêbres, le loto, les sex-shops.Un gouvernement qui prône l'initiative ne cesse d'ouvrir des guichets pour assistés (à conditions qu'ils restent en petit nombre svp!).

5) Tout ceci est de la com, de la pub et de l'image. Frédéric Lefebvre, ci-devant porte parole agressif de l'UMP, relooké en secrétaire d'Etat et en intello pour Gala (grand lecteur de Zadig et Voltaire et pourquoi pas de La princesse van Clèves & Arpels), se promotionnant en écrivain mais dactylographiant une somme de 500 pages avec deux doigts ("t'as fait ça tout seul?" comme dit Anémone à Jugnot dans Le quart d'heure américain) est l'inventeur de cette mesure révolutionnaire: l'essentiel dans un panier.

6) Carrefour, Leclerc, Système U, Cora, Monoprix, deviennent les acteurs de la politique de redistribution. Il suffisait d'y penser: ils sont déjà dans la distribution. On peut réfléchir aussi que cela ressemble furieusement à de l'organicisme fasciste: les entreprises affirment leur solidarité avec le peuple. Encore quelques efforts et monsieur Lefebvre réinventera les magasins du peuple ou les coopératives Michelin.

Le problème avec ce genre de politique est qu'on a la peste ET le choléra.

Pauvres! A vos paniers!

 

Source : TRAVERSES, un blog de Libération.fr

 

Publié dans actualités

Commenter cet article