Destroy ! L'histoire définitive du punk, d'Alvin Gibbs

Publié le par dan29000

destroy.jpgPassons sur le sous-titre "histoire définitive du punk", il est vrai que l'auteur n'est pas historien, sinon il saurait que l'histoire, même celle du punk,  ne peut être définitive. Alvin Gibbs fut un des acteurs de ce mouvement musical, étant musicien dans un des groupes britanniques de l'époque, les UK Subs. Il ne manque d'ailleurs pas de nous faire partager un peu longuement la vie de son groupe un peu surestimé. Il fut aussi le bassiste d'Iggy Pop. 

 

Il nous offre ici UNE des histoires possibles de cette explosion musicale fracassante. La rapide montée du mouvement avec ses nombreuses facettes : musique, mais aussi scandales, idées, grands noms de la saga, les clubs, les styles, bref une sorte de "Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le punk, sans oser le demander".

 

Parfaitement informé, ayant vécu les années fastes de ce courant musical de l'intérieur, Gibbs livre une tranche de vie souvent passionnante, avec en prime des citations judicieuses, de Mick Jones à François Villon en passant par Johnny Rotten en 1976 :

"N'acceptez pas l'ordre ancien. Débarrassez-vous en !"

 

Le bouquin débute avec les New York Dolls et David Johansen. L'auteur-musicien passe ainsi en revue la presque totalité des groupes qui, durant une poignée d'annés, constituèrent ce courant musical provocateur, qui réussit, un peu, à secouer l'attentisme ambiant du rock déjà assagi.

 

En onze chapitres très structurés, Gibbs nous donne sa vision, une vision de l'histoire du punk. Il existe pas mal de livres sur le sujet, mais en anglais. C'est donc la principale qualité de ce livre malgré ses limites. On peut sauter d'ailleurs des passages comme "Un séjour américain avec les UK Subs" ou une liste totalement subjective du top 100 punk de tous les temps issue des votes (!) des lecteurs de Sounds en 1981. A moins de ne pas bien comprendre l'esprit du punk, le concept de liste, et celui du top 100 ne font pas bon ménage...

 

Il y aurait beaucoup à écrire sur cette musique et ses rapports à la politique, notamment durant les années Thatcher. Gibbs évacue en quelques lignes le contexte social et politique, survolant "Rock against racism". Mais avec un ego surdimensionné, nous apprendrons qu'il a bien porté son badge "Rock against racism". Ouf on était un peu inquiet sur ce sujet !

 

En conclusion, on ne peut que féliciter les Editions "Camion blanc" d'avoir publié un tel livre sur ce sujet. Mais la prétention de l'auteur laisse un espace ouvert à une analyse plus fouillée de ce courant musical d'importance où il faudrait sans doute, un écrivain ou un journaliste, pas un musicien écrivant.

 

Dan29000

 

A voir le site de l'éditeur :

 

 http://www.camionblanc.com/

 

 

Destroy !

L'Histoire définitive du punk

Edition Camion blanc

2007 / 367 p / 26 euros 

 

 

 

Publié dans lectures

Commenter cet article