Dictateurs en sursis, une voie démocratique pour le monde arabe, de Moncef Marzouki

Publié le par dan29000

 

 

dictateurs en sursisEn ces jours historiques non seulement pour nos amis tunisiens, mais aussi pour tous les pays arabes, il est nécessaire d'avoir quelques connaissances afin de mieux décrypter la situation au lendemain de la chute d'un des nombreux dictateurs des pays arabes. Nous vous proposons donc un livre paru il y a un peu plus d'un an qui non seulement cadre bien le sujet, mais de plus apporte de précieux renseignements sur la dictature de Ben Ali, dictature, faut-il le rappeler, qui n'est pas encore  vraiment tombée. Le régime, ses structures, sa police, ses milices, ses médias, sont toujours là et bien là hélas. Sans doute plus pour longtemps.



Pour quelles raisons la démocratie est-elle absente dans les pays arabes ?


En sept chapitres particulièrement clairs et argumentés, Moncef Marzouki nous propose quelques pistes sensées, s'appuyant sur sa longue expérience.


Et Moncef Marzouki n'est pas n'importe qui.


Neurologue et professeur de santé publique, il est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages en français et en arabe dont "Le mal arabe" aux éditions de L'Harmattan en 2004. Il fut aussi président le la Ligue tunisienne des droits de l'homme, de la Commission arabe des droits de l'homme et du Réseau africain pour les droits de l'enfant, qu'il créa. De plus en 1994,  il se présenta aux élections présidentielles en Tunisie, ce qui est toujours dangereux dans une dictature où les élections ne sont qu'un moment totalement truqué, avec une opposition de facade, aux ordres. Il connut donc les prisons de Ben Ali puis  l'exil en France où il vit et travaille depuis 2001. Il exerce une médecine communautaire dans les banlieues parisiennes, à l'image de celle qu'il avait implanté dans les banlieues de Sousse.

Le livre, d'une lecture vraiment aisée malgré la complexité du sujet, est d'autant plus abordable qu'il se présente sous la forme d'un dialogue avec Vincent Geisser, chercheur à l'Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman (IREMAM-CNRS) auteur lui aussi de nombreux ouvrages dont "Discriminer pour mieux régner" en 2008 aux éditions de l'atelier, avec El Yamine Soum.

En une brève mais réussie préface Noël Mamère nous rappelle à juste titre que la protection de nos démocraties passe par l'aide aux démocrates de rupture, et que la démocratie arabe n'est pas à envisager comme une utopie, mais qu'elle débute maintenant.

La Tunisie en janvier 2011 vient bien entendu illustrer ses propos.

 

"Je suis devenu contestaire par la force des choses. Je n'avais d'autre choix, sinon de me taire".


C'est la citation choisie par Vincent Geisser pour ouvrir son introduction, une citation extraite de cinquante heures d'entretien avec Marzouki.

Leurs entretiens se déroulèrent à Paris et Marseille en 2008, mais ils prennent un relief particulier en cette semaine de la chute de Ben Ali.


Les deux premiers chapitres sont consacrés à  une formidable mise à nu de la dictature où il s'agit de surveiller, réprimer, humilier. Une véritable éducation à la peur ou la dictature peut être envisagée comme une maladie, mais une maladie qui est curable, même si cela n'est pas simple et même si cela prend du temps. Au-delà des libertés bafouées de manière endémique, il nous explique aussi comment le développement fut perverti, avec une économie contre la société, avec la terrible complaisance des intellectuels "progressistes". Des notions indispensables à saisir pour les européens submergées par les mensonges économiques des Sarkozy et autres DSK, directeur "socialiste" du FMI, machine de guerre économique contre les peuples. Deux grands alliés de Ben Ali.

Poursuivant sa désintoxication de nos esprits, Marzouki traite aussi de la fameuse rengaine des USA et de l'Europe, sur les dictatures du monde arabe considérées comme remparts à l'islamisme. Quelques belles pages afin de mieux comprendre cet alibi qui ne peut tenir longtemps. Dans la même veine, il épingle, à juste titre, le business des droits de l'homme, épouvanté qu'il fut, lui qui est médecin, d'avoir rencontré des médecins tortionnaires. Avec une nécessité de penser les droits de l'Homme à partir de l'histoire propre des peuples arabes.

Les questions très pertinentes et très incisives de Geisser permettent un dialogue clarifiant sur des questions aussi délicates que la fameuse laïcité, le retour de la question sociale et l'asséchement des partis dans une dictature ou l'idée consternante de nombre d'européens que les dictatures arabes serait une sorte de fatalité !

Derrière l'homme engagé pointe souvent l'humaniste, avec sa tolérance, son érudition, sa persuasion et son pragmatisme.

L'homme est brillant, ses propos aussi, son humilité perceptible. Ses explications reposent sur un profond vécu qui transpire dans ses idées politiques. Le livre s'achève sur la fameuse UPM, l'Union pour la méditerranée, sans oublier la haine créatrice entre Israël et les Arabes, la CPI, et bien entendu l'Iran qui fait peur au monde, sans oublier Chavez et Morales...

Beaucoup de choses en peu de pages, mais une réussite car l'homme s'exprime de manière accérée, et nous fait partager ses idées, claires, nettes, compréhensibles.

S'il avérait, le jour où ces lignes sont écrites, qu'il se présentait à la présidence de la Tunisie, l'homme serait plus qu'un candidat crédible parmi d'autres. Moncef Marzouki a une vision du monde arabe, et une vision du monde arabe dans le monde. Il nous rappelle aussi une chose essentielle pour la France, marquée en ce moment par la vague d'islamophobie relancée par le débat sur l'identité nationale du gouvernement, que la peur de l'islamisme est proche du fantasme, et que  les islamo-démocrates sont une réalité.

En conclusion, un livre indispensable à lire, en ces jours de renouveau pour les peuples arabes. La chute de la dictature tunisienne est en marche, celle de Ben Ali est une réalité, malgré les élucubrations du dictateur lybien.

Un dictateur de moins en sursis.

Etant tunisien, Marzouki nous parle beaucoup de la dictature subie dans son pays, mais d'une telle manière que ses propos sont valables pour les dictatures du Maghreb du Machrec et de tous les pays arabes qui devront un jour prochain se débarrasser de leurs tyrans sanguinaires appuyés par nos "démocraties" capitalistes.

Une nouvelle vague de secondes indépendances pourrait être en vue.

Pas de fatalisme, rien n'est jamais écrit, tel est le cri d'espoir de Moncef Marzouki, au-delà des complicités entre les dictatures arabes en sursis et les puissances occidentales.

A lire d'urgence afin de mieux comprendre les événements actuels, alors que l'auteur semble sur le point de rentrer en Tunisie.

 

Dan29000

 

A lire aussi sur notre site : Tunisie : Moncef Marzouki (CPR), exilé en France, en entretien

 

Tunisie, une dictature mafieuse, par Moncef Marzouki

 

Pour lire le site trilingue de l'auteur, c'est ICI

 

Dictateurs en sursis

Une voie démocratique pour le monde arabe

Moncef Marzouki

Entretiens avec Vincent Geisser

Préface de Noël Mamère

Editions de l'atelier

2009 / 192 p / 19,50 euros

 


Publié dans lectures

Commenter cet article