Dijon : activités des squats et chantier de juillet aux Tanneries

Publié le par dan29000

Dijon: Quelques activités autour des squats dijonnais + chantier début juillet aux Tanneries

La Bougie Noire, Dijon (avril 2012)

Edito du programme de juin de l’Espace Autogéré des Tanneries:


Salut,

Nous profitons de cet édito pour vous inviter à participer du 1er au 10 juillet au désormais traditionnel chantier d’été des Tanneries où se mêleront pendant 10 jours BTP do it yourself, aménagements des espaces d’activités, rendez-vous sportifs et ludiques, danses, échanges de savoir et vie en collectif. Il s’agit de profiter de l’été dans la grande usine autogérée puisqu’il est de plus en plus probable que l’on déménage un jour et transvasions les structures et projets dans un nouvel espace. Nous ferons d’ailleurs le point à ce sujet dès que l’issue des négociations en cours sera plus claire. En attendant, le chantier débutera dès le 1er juillet après une boum de soutien à Blabla le 30 juin, histoire de partir en forme et en fredonnant sur les travaux. Cette année le chantier sera marqué par du tri des trésors et matériaux accumulés, du travail sur les archives et de la déco, de la mécanique vélo pour disposer de cycles communisés, des équipées sur les toits pour parer aux fuites ou du jardinage pour épauler les potagers du quartier. Pour le reste, outre le tournoi international de ping pong des Tanneries, pas mal de surprises à préciser et de l’espace pour que vous veniez avec vos propositions de lectures, jeux de pistes et dérives urbaines… 

Sinon et dans le sillage immédiat des élections, saluons la détermination de ceux et celles qui résistent à Notre Dame des Landes face au projet d’aéroport et le recul, encore très partiel, du nouveau gouvernement à ce sujet. Celui-ci semble vouloir laisser une trêve, tout au moins aux agriculteurs et occupants légaux, pour ne pas avoir un premier ministre attaqué de manière systématique sur ce dossier. Signe qu’il s’agit de continuer à manifester du soutien à un niveau national et de renforcer les occupant-e-s sur place.

Du coté des migrant-e-s à Dijon et ailleurs, rien n’est réglé et une manif aura lieu avec certains d’entre eux et les associations qui les soutiennent le 19 juin pour faire face aux refus quasi systématiques des demandes d’asile par l’OFPRA et aux menaces d’expulsion des lieux occupés à Dijon, et au-delà du territoire français. Rappelons que l’internat de l’école des greffes, bvd. de la Marne, où vivent plus de 250 migrant-e-s, est menacé d’expulsion à partir du 15 juillet et que le squat de la rue Bertillon, pas loin de chez nous s’est vu sauvagement coupé l’eau et l’électricité par la municipalité qui a par ailleurs mis en place une procédure et des menaces de démolition pour en faire partir les migrant-e-s.

Un mot enfin pour soutenir l’installation dans le quartier d’un projet agricole près du potager collectif des Lentillères sur les anciennes terres des maraîchers du Pré Vélot. Quelques paysans sans-terres se sont attaqués aux trous laissés il y a quelques semaines par un tractopelle sur le terrain et l’ont remis en culture. Ils invitent à une journée ferme-ouverte le 9 juin, après la manifestation organisée par les anonymous dijonnais contre la privation et la mise au pas de l’univers virtuel et du vivant, légumes y compris (Rdv à 14h place de la libération).

A bientôt dans la rue ou par ici.


Mardi 5 Juin

19H Réu progra’ au Local Libertaire, 61 rue Jeannin

Réunion de programmation de la salle de spectacle de l’espace autogéré des Tanneries. C’est le moment pour venir proposer des soirées, discuter de ce qui s’organise et s’impliquer dans l’autogestion de la salle. Au Local Libertaire, 61 rue Jeannin, au fond du couloir.

Mercredi 6 Juin

18H Revue de presse « Nous autres », aux Tanneries

On discutera ce soir de la 3e fournée de « Nous autres » avec un dossier central sur « l’insurrectionalisme », dont un texte de bilan sur les expériences insurrectionalistes espagnoles des années 90 et 2000 ou encore une interview réjouissante sur des offensives créatives contre la répression à Berlin.

« [Nous autres] s’adresse à celles et ceux qui luttent contre les diverses formes de domination, et le font sans s’inféoder à des organisations qui les dépossèdent de leur capacité d’agir et de penser. Qui luttent, donc, en s’organisant à leur propre échelle, humaine et locale, sans pour autant perdre de vue que que leur combat ne prend sens que dans un mouvement plus large. (…) Nous partons du fait que (les) divergences nous traversent : que les hypothèses que nous ne suivons pas d’emblée ne nous font pas face comme des ennemies qui nous seraient irrémédiablement étrangères. »

21H Estamira – documentaire – Brésil – 2004 – 121 min
aux Tanneries aussi.

[Cycle Anti-Psychiatrie]
Dans la banlieue de Rio de Janeiro, Estamira est une femme de 63 ans, folle mais heureuse, qui travaille depuis plus de 20 ans dans la déchetterie de Gramacho récupérant des objets pour le recyclage ou pour une usage personnel. Schizophrénique mais très charismatique, elle est la référence d’une petite communauté des personnes âgés qui vivent des déchets. Au long du documentaire on voit la folie de cette femme au travers de ses principes philosophiques et ses concepts sur la vie et la religion, mais au delà de ça, on voit qu’elle était une femme “normal” avec trois enfants, violé par son mari, tous considérés comme des personnes bien placées et normales. D’après une de ses filles, elle dit que sa mère était une femme religieuse qui travaillait dans un supermarché, après se faire violer pour la deuxième fois in Campo Grande elle est devenue « folle ». La folie de Estamira est bouleversante, en appréhendant son regard sur la vie on se demande qu’est ce que c’est être « fou », et on est capable de se rendre compte de notre propre folie…

Jeudi 7 Juin

19H Repas de soutien au Food Not Bombs, au bar « le Chez nous »

Le Food not Bombs nouvelle formule est arrivé, et s’installera désormais chaque troisième samedi du mois place du Bareusay, à midi ! Pour fêter ça, et pour faire un peu de sous histoire de continuer à proposer des repas végétaliens gratuits chaque mois, le collectif organise un repas de soutien au bar « Le Chez nous », dans la ruelle.

Samedi 9 Juin

14H Manifestation anti-ACTA, Place de la Libération
16H Ferme-ouverte au « jardin des maraîchers », au 45 rue Philippe Guignard
19h Repas au Potager collectif des Lentillères, rue Philippe Guignard

Mercredi 13 Juin

18H Histoire populaire des sciences – Clifford D. Conner, aux Tanneries

Nous connaissons tou-te-s l’histoire des sciences telle que nous l’avons apprise dans les manuels scolaires : comment, grâce à son télescope, Galilée démontra que la Terre n’est pas au centre de l’univers ; comment Newton découvrit l’existence de la gravité en voyant tomber une pomme ; comment Einstein résolut les mystères de l’espace et du temps grâce à une simple équation… Le récit traditionnel de cette épopée attribue à une poignée de grands hommes aux grandes idées l’intégralité de ces découvertes. Pourtant les sciences sont depuis toujours une oeuvre collective. Ce livre raconte l’histoire des savoirs établis par les chasseurs-cueilleurs, les petits paysans, les marins, les mineurs, les forgerons, les guérisseuses et tant d’autres gens qui devaient assurer leur subsistance au contact quotidien de la nature. La médecine trouve son origine dans la découverte par les peuples préhistoriques des propriétés thérapeutiques des plantes. La chimie et la métallurgie se développent à partir des savoirs produits par les mineurs, les forgerons et les potiers de l’Antiquité. Les mathématiques doivent leur existence aux topographes, aux marchands et aux comptables. Au XIXe siècle, l’alliance du capital et de la science marque le coup d’envoi de la civilisation de la technoscience, dominée par les experts et obsédée par la puissance, l’efficacité, la rationalisation, l’accumulation et le profit. Comprendre ce basculement nous permet de saisir la nature de la tyrannie technologique qui nous aliène aujourd’hui.

21H Atenco – Rompre le siège ! – documentaire – Méxique – 47 min
aux Tanneries aussi.

En mai 2006, dans une petite ville de la banlieue de Mexico, San Salvador Atenco, un conflit s’aggrave entre le gouvernement mexicain et la population qui lutte pour la terre et ses droits. Des affrontements violents éclatent après l’évacuation brutale par la police des fleuristes du quartier. Pendant plusieurs jours règne un état de siège, 3.000 effectifs sont déployés dans la petite bourgade qui avait, 5 ans auparavant, fait échoué un projet de construction d’un aéroport pour la ville de Mexico.

Le documentaire revient sur ces journées de répression et de vengeances (demeures dévastées, détentions massives et arbitraires, abus sexuels,…) et dénonce la manière d’opérer des médias bourgeois, qui créèrent un climat de terreur afin de justifier une intervention policière musclée.

Mardi 19 juin :

Manifestation de solidarité avec les migrant-e-s et demandeurs d’asile (précisions sur l’heure et le lieu sur Brassicanigra)

Mercredi 20 Juin

19h : Concert, vernissage et apéro organisé par les Heavy Tanneries et les Moustaches autogérées
A la salle polyvalente Jacques Mesrine, 45 rue Philippe Guignard.

Un concert grandiose dans un espace champêtre pour fêter la sortie du superbe album sérigraphié de remix d’un de nos groupes cultes, « La peau et les os », avec une partie de ceux qui les ont remixés et deux groupes de surfeurs en tournée. D’ores et déjà au programme, avec d’autres surprises à venir :
- La peau et les os (des violons, des samples, des voix de la poésie et de la transe from Synthé-tienne)
- Seasick 6 (rock’n’ surf from To Lose)
- Les profs de skids (surf’n’roll from Grrrignoble)
- Ame de boue (solo new wave from Pan-âme)
- Silence (folk en duo batterie gratte fom Synthé itou)

Vendredi 22 juin

21H Concert Maloka (5€), aux Tanneries

Avec Sihasin, punk rock et musique trad. Navajos par les membres du groupe « Blackfire », un nouveau projet des activistes de la cause indienne en Amérique du nord ! Burning Lady, groupe punk rock and roll du nord avec une chanteuse qui revient aux Tanneries après un passage au festival Maloka de 2011. The Alchemist and Acevities, anarcho-surf dijonnais qui est devenu assez productif dans la région ! + tables de presse, disques et bouffe vegan bien sur !

Samedi 23 Juin

12H Place du Bareusay
Repas Food Not Bombs

Mercredi 27 Juin

18H30 Assemblée d’activités, aux Tanneries

21H Ciné Queer aux Tanneries – But I’m a Cheerleader – Jamie Babbit – 1999 – 85min

Megan est une lycéenne américaine, pom-pom girl à ses heures perdues. Trahie par quelques signes révélateurs tels que son aversion pour les baisers gluants de son petit ami, ses camarades, ainsi que sa famille, l’envoient dans une pension un peu particulière : True Directions, visant à la remettre dans le droit chemin de l’hétérosexualité. Elle est censée y apprendre à redécouvrir son genre « naturel », par l’accomplissement des tâches féminines habituelles..

Le film est intéressant car, sous un regard amusé et amusant, il repose de façon claire les rapports entre genre, et hétéronormalité, et interpelle sur les processus de « guérison de l’homosexualité », encore à l’oeuvre de nos jours.. La projection sera précédée d’un petit court métrage sur le même sujet.

Samedi 30 Juin

22H Boum Blabla, aux Tanneries

Retour aux sources ! La BOUM Blabla fait son come-back pour fêter la sortie du numéro 15 fraichement dans les bacs, et permettre de financer son impression. Accessoirement, la rédaction espère pouvoir voler sous les tropiques durant l’été… Mais n’en dites rien, et venez danser sur les ruines du pouvoir !

Du 1er au 10 juillet : chantier d’été aux Tanneries (voir édito)

 

 

Les Tanneries, c’est au 15/17 boulevard de Chicago, à Dijon. Téléphone: 03 80 666 481.

 

 

Source : Squat! net

 

Publié dans environnement

Commenter cet article