Dijon : Espace autogéré des Tanneries : rencontre "Reclaim the fields"

Publié le par dan29000

 

 

 



Squat_point_net.jpgDijon : rencontres francophones Reclaim the Fields, aux Tanneries du 22 au 24 octobre 2010



Du 22 au 24 octobre, ont lieu les rencontres francophones de Reclaim the Fields (RtF) à l’Espace Autogéré des Tanneries à Dijon. Ces trois jours sont consacrés à partager les expériences locales, renforcer le réseau européen et imaginer des perspectives offensives. Si les luttes de RtF vous interpellent, ces rencontres vous sont ouvertes.

 

 

 


Suite à deux années remplies de rencontres et de discussions, entre le camp européen de Cravirola, les rencontres de Basta et de Barcelone et celles à venir, le réseau européen RtF poursuit son chemin. En France, comme en Suisse ou en Belgique, face au verrouillage des terres par les grands propriétaires et les différentes institutions agricoles, face à l’urbanisation galopante et à la main mise de l’agroalimentaire sur la production agricole, de nombreuses actions ont été menées, mettant à contribution la solidarité dans le réseau : occupations de terres (Laval, Tarascon, Dijon...), invitations surprises à la SAFER (Montpellier, Lyon), et initiatives diverses (Roots of resistance, inauguration du parc Eldorado dos Carajas à Bruxelles, ex-parc Monsanto, ...).


Cette rencontre a pour objectifs d’échanger sur nos pratiques, de renforcer la solidarité dans le réseau, de faire converger les contacts, les groupes existants et les initiatives. Il s’agit surtout d’insuffler les dynamiques offensives à venir. Pour autant l’ambition de cette rencontre ne vise pas à constituer un sous-réseau francophone de RtF, mais bien de s’inscrire concrètement dans les luttes paysannes en Europe.

Pourquoi Dijon ?

Le 28 mars 2010, une manifestation a réuni plus de 150 personnes pour libérer des terres agricoles en friches zone urbaine. Depuis six mois, un collectif de jardinier-e-s cultive cette parcelle et lutte contre un projet d’éco-quartier mégalo dont la conséquence sera le bétonnage de six hectares d’une terre de grande valeur agronomique. Dans l’optique d’élargir les possibles, nous nous sommes proposés d’accueillir cette rencontre. Les Tanneries, espace autogéré dijonnais depuis 1998, constituent, notamment par l’histoire de ses luttes, un lieu qui fait écho aux perspectives offensives de Reclaim the Fields.


**************************************************************

Programme du week end

**************************************************************


> Vendredi 22 Octobre


# 12h - Repas du midi avec toutes celles et ceux qui sont déjà-là


# 17h - Présentation des participant-e-s
Suivi de :
Présentation de l’espace autogéré des Tanneries
Quelques informations sur comment fonctionne sur le lieu


# 17h30 - Reclaim the Fields, c’est quoi ?
Pour que tout le monde démarre avec le même niveau d’info sur la question, petit historique et fonctionnement du réseau RtF : d’où ca vient ? Comment fonctionne RtF ? Au delà du coté réseau, pourquoi il est nécessaire de s’en emparer ? Présentation des projets « réseaux de fermes » et « réseau semences ».


# 18h30 - Se connaître pour agir ensemble
Ce que l’on voudrait, c’est que l’on présente un peu mieux, ce que l’on porte chacun-chacune à notre échelle, a quoi ressemble notre « étoile », notre jardin collectif, notre parcelle occupée, notre ferme collective ou notre démarrage de petite production en Amap ô black, pour mieux connaître et comprendre la façon dont les individus, les groupes refusent les productions marchandes, leurs rapports à la paysannerie, aux semences, aux phénomènes du pétrobio, etc.


# vers 21h apéro, repas, discussions...


> Samedi 23 Octobre : Journée sur les « luttes pour la terre »


# 9h30 - Sur le mode des « Word coffee », on discute à quelques un-e-s autour d’une table et on prend des notes sur des questions variées comme : Pourquoi lutter pour la terre aujourd’hui en Europe et localement ? Et pour qui lutter, pour y faire quoi dessus ? Quelles formes peuvent prendre concrètement ces luttes ? Quels sont les outils juridiques et techniques dont on a besoin ? Quelles paysanneries pour quelle société ? Quels modes de solidarité activer sur ces luttes là ? Et d’autres questions pertinentes qui vous viendront à la lecture de ces propositions...


# A midi, si on parvient a contacter quelqu’un(e) de compétent, on ferait bien un point sur les problématiques juridiques liées aux occupations de terres.


# 13h - Repas


# 15h - Un petit retour oral sur les rencontres des squats ruraux qui se sont tenues cet été sur le versant sud des Pyrénées, dans un village abandonné (la dictature franquiste et notamment sa politique de construction de barrages hydrauliques a eu pour conséquence une forme d’épuration des campagnes du piémont pyrénéen) puis squatté. Aujourd’hui, un mouvement tente de réoccuper des dizaines de villages abandonnés, et de pratiquer un certain retour au mode de vie paysan.


# 15h30 - Imaginer les initiatives communes au travers du réseau pour renforcer la solidarité et les luttes pour les terres. Sur la base des discussions du matin, ateliers autour de la diversité des formes que peuvent prendre les luttes pour les terres (et des formes qu’elles peuvent prendre) :
l’installation de petits paysans
contre les infrastructures dévastatrices
pour des lopins vivriers dans les villes


# 18h - Rencontres avec les réseaux militants dijonnais
Apéro-rencontre ouverte autour du réseau "Reclaim the fields" et de la résistance face à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes en Loire Atlantique. Cet apéro permettra d’échanger sur nos projets locaux et sur des stratégies de résistance face à l’industrie agro-alimentaire. Des occupants de Notre-Dame-des-Landes viendront aussi présenter ce qu’ils envisagent pour résister à l’implantation d’un nouvel aéroport près de Nantes et à la destruction de terres agricoles.


# 21h - Apéro, repas...


# 22h - Boum & Cie


> Dimanche 24 octobre


# 9h Réveil et décollage collectif des paupières


# 10h - Comment conforter la constellation européenne dans ses territoires francophones ?
Pour avancer un peu dans tous les projets, on a besoin de réfléchir aux moyens qu’on se donne pour créer concrètement des outils de coordination, développer des argumentaires politiques, écrire des brochures informatives, participer entre les rencontres à des groupes de travail, comment s’approprier les outils d’organisation et de diffusion du réseau... Et pour le moment, avec RTF, on voudrait :
Constituer un annuaire de fermes dans lesquelles nous pourrions faire des apprentissages concrets de petites productions agricoles, sans passer par les organismes de formation classiques et plus pragmatiques que le wwoof et ses potentielles dérives...
Faciliter les coordinations de gens qui s’intéressent aux occupations de terre : Outils de communication à mettre en place ? Communication autour de ses actions ? Aspects juridiques ? Prochaines actions de réquisition de terres ?
Mener une campagne pour la production et la mutualisation de semences libres (RTF pourrait avoir son propre catalogue ?) Il y a aussi une commission « fermes collectives » qui se structure lentement à l’échelle européenne pour réfléchir à un argumentaire autour des espaces de productions agricoles collectivistes.


# A midi, mise en commun des discussions de groupes, imaginer des perspectives d’actions collectives...


# 14h - Discussion et préparation de la rencontre RTF en Autriche. On peut profiter de la rencontre francophone pour jeter un œil sur l’ordre du jour de la réunion à Wieserhoisl qui se déroule le week-end suivant. C’est l’occasion de porter une parole collective lors de cette rencontre européenne


# 15h - Bilan de la rencontre et formation d’un groupe de travail pour faire les comptes rendus. Ce serait bien de les avoir rapidement, ça serait un bon support pour les personnes qui se rendront en Autriche.


Dans l’aprem, pour celleux qui resteraient jusqu’au lundi, différentes activités au jardin occupé pourront être proposées : épandage de compost, montage de serres, désherbage ou autre.


**************************************************************

Déroulement des activités, discussions

**************************************************************


Pour les discussions à plein, il sera bien d’avoir des facilitateurs, et qu’on fasse tourner les rôles. Pour les travaux en groupe, c’est probablement moins primordial, à voir au sein des différents groupes qui se constitueront. Discussion en groupe, ou non, il serait bien qu’il y ait des prises de notes, en vu d’établir un compte-rendu du week-end (et du coup, les comptes-rendus pourraient servir de base aux discussions lors de la rencontre européenne en Autriche).


**************************************************************

D’un point de vue pratique

************************************************************** Il y a un certain nombre de couchages aux Tanneries. En fonction du nombre de personnes qui se joindront à la rencontre, diverses propositions de couchages supplémentaires seront proposées : dans tous les cas, apportez un matelas de sol et un duvet. Sur place, la nourriture (végétarienne et vegan) sera proposée à prix libre. Un pot de confiture, un petit gâteau maison ou un breuvage quelconque sont les bienvenus ! Si vous avez des légumes,conserves ou autre denrée merci de nous contacter pour que l’on prenne cela en compte dans l’intendance. Le hangar des Tanneries est peu chauffé, hormis certaines salles d’activités. L’automne serait peut-être superbe, dans le doute, il vous est conseillé d’apporter des habits chauds.


Afin d’organiser au mieux la rencontre, d’anticiper le nombre de personnes qui viendront, gérer la bouffe le couchage... un système d’inscription est mis en place. Cela nous facilitera grandement la tache. Pour s’inscrire, il vous suffit d’envoyer un courriel à cette adresse : clem-ts_AT_no-log.org (remplacer le _AT_ par @).


Vous pouvez préciser au moment de l’inscription quand vous arrivez, si vous venez avec de la bouffe, avec quoi, en quelle quantité... La rencontre commence le vendredi à 17h. Vous pouvez arriver le vendredi matin ou le jeudi soir (à ce moment là merci de vous annoncer). Une première bouffe est possible le vendredi midi pour celleux qui seront déjà arrivé-e-s. Comme d’hab, ramenez vos graines et vos bulbes pour quelques échanges bien sentis.


**************************************************************

Comment se rendre aux Tanneries ?

**************************************************************

Espace Autogéré des Tanneries
17 Boulevard de Chicago
21000 Dijon
Sortie Dijon-centre en venant de Lyon, Besançon.
Bus n°12 arrêt Chicago
Tel : 03 80 666 481
@ : tanneries_AT_squat.net
http://tanneries.squat.net/


Espace autogéré des Tanneries

 

Source : Squat.net 

Publié dans actualités

Commenter cet article