Douarnenez (29) : le festival de cinéma, Pays basque, Galice, Catalogne, et aussi LGBTQI

Publié le par dan29000

 

douarn-copie-1

 

 

 

 

 

   Si vous habitez la Bretagne ou si vous êtes en vacances en Bretagne, ne manquez pas la 35e édition du Festival de cinéma, une des belles institutions du Finistère. Un cocktail toujours réussi de politique, de social et de culture. Cette année en tête d'affiche les Communautés autonomes en Espagne.

 


   Cela tombe au moment où depuis deux ans ce pays donne le ton sur le plan des mouvements de résistance, les Indignés sont nés là-bas, les manifestations géantes se multiplient depuis deux ans face  à la crise et cet été fut marqué par la longue lutte des mineurs des Asturies et leur marche sur Madrid. Un festival où plane l'ombre des anarchistes et de la CNT avec l'excellent film de Comolli intitulé "Buenaventura Durruti, anarchiste" et le très attendu documentaire-fleuve de Richard Prost, "Un autre futur" sur l'histoire libertaire en Espagne, mercredi  à 19 h à la MJC.


Un coup de projecteur que Danactu-resistance ne pouvait manquer à l'heure où la France compte encore 138 prisonniers politiques basques et l'Espagne, 489 ! Nous en reparlerons en octobre lors de la grande manifestation de Bayonne le 13 pour le respect des prisonniers basques, actuellement en grève de la faim alors que l'un d'eux, atteint d'un cancer en phase terminale, se meurt en prison.


Dans le désordre, nous vous conseillons quelques films indispensables, parfois déjà chroniqués sur notre site, comme "Squat, la ville est à nous", samedi 25, "Kashima Paradise" ce lundi soir, ou encore l'excellent "Transamerica" de Duncan Tucker à revoir mardi 21.


Vous l'avez compris, un heureux mélange de résistances, de débats aussi sous un chapiteau chaque jour à 18h, sans oublier le cinéma en Bretagne avec un programme de la cinémathèque de Bretagne, et aussi le monde des sourds.


Sans oublier aussi plein, mais vraiment plein d'invités, on ne va pas tous les citer, nous aimons bien, entre autres, Gabriel Mouesca, Manuel Rivas qui sera là pour la journée littérature, Richard Prost et Emilie Jouvet...


Mais le festival, c'est de la convivialitté, de quoi manger, boire, écouter, (musiques et débats), mais aussi lire avec une librairie éphémère, située près du cinéma LE CLUB.


Et comme tout cela, c'est beaucoup, mais vraiment beaucoup de boulot, on va aussi remercier les 300 bénévoles, car le festival ne pourrait exister sans eux.


Et si vous venez, n'oubliez de vous faire plaisir, en achetant le programme, vraiment bien fait, des heures de lectures passionnantes.


Sinon, entre deux films, vous avez la mer, le port, la ville de Douarnenez, le tout dans une ambiance vraiment cool, bref, les vacances intelligentes, c'est maintenant...


 

Dan 29000

 

 

Lire aussi notre article précédent

 

============================================================================================

LGBTQI

Le festival de cinéma travaille sur les minorités depuis 1979 en ayant toujours à coeur, à chaque édition, de rendre visible les femmes (leurs luttes, leurs créations, leurs témoignages).

Cet été, nous avons choisi de présenter un volet LGBTQI, (Lesbiennes - Gays - Bisexuels - Transgenres - Queer - Intersexué-e)
La force du projet est une ambitieuse programmation pluridisciplinaire (films, vidéos d’artistes, expositions photo, débats, palabres…) conjuguant des démarches d’artistes (se) mettant en scène leurs vécus ou leurs réflexions et un panorama des travaux les plus récents en matière de Genre avec des focus sur les questions LGBTQI, articulant différentes sciences humaines (sociologie, psychanalyse, anthropologie, économie…), des expériences et trajectoires de vie, des documentaires et créations, en présence d’artistes, d’acteurs des luttes actuelles et de chercheurs.
En déclinant les réflexions sur le Genre et les cultures LGBTQI de différentes façons, il s’agit de mettre à jour tout ce qui fait aujourd’hui enjeu.
L’autre force de ce projet réside dans la mixité des publics qui seront sollicités, conviés, partie prenante, spectateurs et acteurs de ces rencontres : le grand public et les publics directement concernés, la parole étant au centre, dans l’Agora du festival.

- 4 jours de rencontres et rassemblements
- 15 films, documentaires et fictions, présentés, débattus
- Une sélection de films expérimentaux
- Entre 15 et 20 invitéEs, réalisatrices-teurs, artistes, chercheuses-eurs, militantes-tants, responsables associatifs, journalistes
- 1 grand débat - l’Agora
- 1 palabre matinale
- 1 exposition photographique
- 1 concert
- 1 librairie éphèmère avec un fond spécifique
aux questions féministes, de genre et LGBTQI
- 1 salon d’art-vidéo. Un programme salon d’image : 7 heures de programmes courts, expérimentaux, de portraits filmés et de créations artistiques, issus des communautés LGBTQI
- 1 atelier Genre (rencontres régionales).

liste des films:

Angel

Avant la nuit

Des Saris et des Hommes

En 80 jours

Fucking Amal

Jenny Bel'Air

Let it go!

Mutantes

Omar

Qui a peur des amazones?

Rome désolée

The Ballad of genesis and Lady Jaye

Too much pussy

xxy

Transamerica

 

++++++++++++++++++++++++++++++++++

Communautés autonomes :Catalunya, Euskadi, Galiza

Pour ses 35 ans, en 2012, le Festival va accueillir la Catalogne, le Pays Basque, la Galice, quelques unes des communautés autonomes qui constituent l’Espagne(s)

Cette cinématographie, documentaires et fictions (œuvres majeures, films cultes, écritures singulières et atypiques, films d’archives, créations récentes, films censurés, polémiques, films expérimentaux, critiques), est accompagnée d’un ensemble de rencontres et de débats, d’expositions et de concerts, de lectures et d’activités diverses sur les peuples invités.

En parallèle aux films sélectionnés et choisis, à travers eux aussi, la manifestation retracera l’histoire, abordera des problématiques récurrentes, interrogera les systèmes politiques, les constitutions, la situation des « minorités » le cas échéant (qui sont-elles ?), les enjeux au plan sociologique, diplomatique, sociétale, éducatif, les tensions, les utopies.

Le festival évoquera ainsi les chantiers, qu’ils soient culturels ou sociaux, tentera de faire émerger les paroles, l’inaudible, le méconnu, à faire la lumière sur des personnalités remarquables, des sensibilités insuffisamment vues ou entendues, des initiatives.Des visions.

En 1986, le Festival avait accueilli la Catalogne (films de Josep Maria Forn, Joan Josep Bigas Luna, Jaime Camino, Ventura Pons, Antoni Ribas, Jose Antonio Salgot, Carlos Perez Ferre, Jordi Feliu, Francesc Betriu, Raul Contel, Carles Mira, Francesc Bellmunt, Jan Baca, Joan Abril, Roma Guardiet, Père Balana, Manuel Cusso, Llorenç Soler, …).

En 1988, c’est le Pays Basque qui était venu à Douarnenez (films de Nestor Basterrechea, Imanol Uribe, Pedro Olea, Arthur Mac Caig, Alfonso Ungria, Juan Bautista Berasategui, Antton Ezeiza, Montxo Armendariz, Jose Antonio Zorrilla, Angel Lertxundi, Rebolledo, Llagostera, José Alberdi, …).

25 ans plus tard ? Quid ?

Nous voilà en phase : des sélections cinématographiques, découvrir réalisateurs, producteurs, scénaristes, collectifs, aventures expérimentales,

- De l’Identification des enjeux sociaux et culturels actuels, politiques, les thèmes cruciaux et les problématiques principales.

- De Découvrir artistes- plasticiens, photographes, auteurs et poètes, musiciens

- D’entrer en relation avec des chercheurs, des journalistes, des initiatives collectives, des personnalités, des aventures alternatives,

- Etc.

 

Source : festival du film de Douarnenez


 

Et pour découvrir la suite, le site du festival, ICI

Publié dans écrans

Commenter cet article