Du Larzac à Bruxelles, de José Bové, entretiens avec Jean Quatremer

Publié le par dan29000

 

 

 

josé-copie-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

José Bové est un personnage que l'on ne présente plus, tant son engagement et sa fidélité dans de multiples combats sont connus. De la résistance victorieuse contre l'extension d'un camp militaire sur le Larzac au début des seventies, jusqu'à la fonction de porte-parole de la Confédération paysanne, syndicat aussi efficace qu'indispensable. En passant par le démonteur de Mac Do ou le faucheur d'OGM. En ce moment le gars à la moustache s'occupe de la nouvelle campagne contre les forages recherchant du gaz de schiste (Lire nos articles des jours précédents).

Mais Bové est devenu député européen en 2009 sur la liste Europe Ecologie conduite conjointement avec Cohn-Bendit et Eva Joly.

 

Un parcours qui peut parfois surprendre, surtout ceux qui, comme nous, firent avec lui la campagne présidentielle de 2007, ou encore ceux qui militèrent  à ses côtés pour le "non" au traité constitutionnel européen lors du référendum de 2005. Il était donc fort intéressant de l'interroger sur ce long parcours, jamais dénué de bon sens.

C'est Jean Quatremer, correspondant de Libération auprès de l'Union européenne depuis 1992 qui le questionne. Spécialiste de l'Europe, ayant écrit plusieurs ouvrages sur le sujet, il est aussi le créateur du blog "Les coulisses de Bruxelles". Il a voté "oui" en 2005 et ne pouvait donc être suspect de caresser l'ancien leader syndical dans le sens du poil. Dans le préambule, le journaliste nous avoue que son éditrice avait choisi pour débuter cette nouvelle collection sur l'Europe, Jacques Delors ! On ne peut se féliciter qu'en définitive, ce fut Bové, homme des résistances en tous genres, bien loin du profil d'un homme du passé et dirigeant du PS.

Au-delà des réponses de Bové, la qualité du livre tient à un vrai dialogue, sans concession, de la part de Quatremer. Les questions sont judicieuses et formulées avec clarté, mais nuances.

Quatre parties bien délimitées à cette discussion enrichissante.

D'abord la vision d'un nouveau député européen nommé José Bové, conscient du "grand souk administratif" qu'est Bruxelles, du décalage important entre les citoyens et l'Europe.

 

"Chaque gouvernement se comporte avec l'Union comme un coq sur son tas de fumier"

Il ne peut qu'admettre que face à la toute puissance du Conseil européen et du Conseil des ministre, les contre-pouvoirs sont encore très très faibles. La machine européenne s'est autonomisée,fonctionnant sur elle-même sans que cela corresponde à un vrai débat politique.

Bien entendu, Jean Quatremer ne manque pas de poser la fameuse question sur l'évolution de Bové, leader du "non" en 2005, devenant député européen aux côtés d'un farouche partisan du "oui", Dany Cohn-Bendit.

Même si nous ne pouvons vraiment le suivre sur ce terrain, sa réponse à une logique, une cohérence, et il l'explique parfaitement. A lire pour ceux qui continuent à s'interroger.

La seconde partie de l'entretien est consacré justement au dépassement du fameux "non" à la constitution européenne. Ce résultat, pour certains, était une barrière infranchissable.

Dans la troisième partie, Bové nous livre une belle critique argumentée de l'Etat-nation, une création "totalement artificielle". Sont aussi passés en revue, la PAC et la fin prochaine des paysans si rien n'évolue, l'OMC qui aujourd'hui s'invite de plus en plus dans nos assiettes, le gaspillage généralisé, l'agriculture devenue industrielle, poursuivant son mode productiviste (Les trois quart des aides européennes, qui représentent la moitié du budget de l'Europe, vont à un seul quart des agriculteurs).

Enfin, la dernière partie est intitulée : Vers la fédération européenne, moyennant de ne pas construire l'Europe sur la peur de l'autre. Bové fait le constat tout à fait juste que la faillitte des sociaux-libéraux à réguler le capitalisme, est apparue comme une faillitte de l'Europe, ce qui est alors plutôt injuste. Il y a quelques années, l'Europe, plus réduite, eut durant plusieurs années des gouvernements "de gauche", le moment aurait pu permettre une forte évolution par le haut et des réformes significatives afin de réduire le chômage de masse et la pauvreté installés dans les frontières européennes.

Ce ne fut pas vraiment le cas.

En appendice, un questionnaire sur l'Europe idéale de Bové, l'Europe des livres, du cinéma, du sport, du travail, des femmes, de la justice, de la solidarité.

Le livre s'achève avec un glossaire fort utile, car combien de Français peuvent aujourd'hui donner la définition de l'OCDE, du cycle de Doha, du PPE, ou encore du FESF créé en 2010.

Cela était prévisible, le combattant du Larzac ne reste jamais enfermé bien longtemps  à Bruxelles ou Strasbourg, il demeure un homme de terrain, un des rares députés européennes  à ne pas être coupé des réalités. Malgré son choix politique revendiqué, il ne cherche pas à éviter les fortes limites de la politique européenne actuelle.

Un livre indispensable pour tous ceux qui s'intéressent  à l'Europe, à l'environnement,  à l'écologie, et aussi bien entendu à tous ceux ,dont nous faisons partie, qui partagent de longue date les multiples combats de ce résistant.

 

Dan29000

 

Du Larzac à Bruxelles

José Bové

Entretiens avec Jean Quatremer

Editions du cherche midi

Collection, L'Europe telle que je la vis

dirigée par Marion Lavenir

2011 / 180 p / 13,50 euros

 

 

Lire aussi notre article concernant une autre forte personnalité du monde politique de ces dernières années, Charlie Bauer, ICI

Et le site de l'éditeur, LA

 

Publié dans lectures

Commenter cet article

Mitsuko 28/02/2011 06:45



Bonjour Dan,


Bel article sur José Bové ... Un personnage que j'apprécie ... Il est toujous droit dans ses bottes et sans concession ...


Je vais chercher ce livre là ... rapidement ..


Bravo pour cet article que tu nous offres ce matin ... Il est très intéressant ...


Bon lundi à toi. A bientôt. Bises ...


Mitsuko



dan29000 28/02/2011 10:01



oui, un bouquin vraiment intéressant à lire et faire lire, d'un homme passionné et...passionnant meme si j'ai parfois du mal à le suivre sur le plan européen...Bon lundi