Dublin : le capitalisme détruit nos vies, résistance ici et maintenant

Publié le par dan29000

 

 

Rachel Peavoy, morte de froid dans son appartement sans chauffage


 

Une enquête vient de révéler qu’une jeune dublinoise, mère de deux enfants est morte d’hypothermie pendant la période la plus froide de janvier, après que la municipalité eût refusé de lui rétablir le chauffage.

Rachel Peavoy, âgée de 30 ans, habitant Shangan Road, à Ballymun, dans la banlieue de Dublin, a été retrouvée morte dans son appartement le 11 janvier 2011. Le médecin légiste a conclu qu’elle était morte d’hypothermie.

La dernière personne à qui madame Peavoy avait parlé fut sa mère, Celine, la veille de sa mort. Elle lui avait dit de prendre soin de ses fils, Leon et Warren, et qu’elle allait couper son téléphone parce qu’elle avait du mal à dormir. Le lendemain, après de nombreuses tentatives de la joindre au téléphone, son frère Leon Peavoy et son amie Jaqueline Johnston allèrent la voir chez elle. C’est là, dans la chambre à coucher, que madame Johnston trouva le corps mort de son amie de longue date.

L’enquête a découvert que la municipalité de Dublin avait coupé le chauffage de l’appartement de madame Peavoy. Cette mère seule avait pris contact avec les services municpaux à ce sujet, mais il lui fut répondu que le chauffage ne serait pas remis en route parce qu’un grand nombre d’appartements autour du sien étaient vides et qu’un nouveau système de chauffage allait être installé.

Ciaran Craven, l’avocat de la famille Peavoy a dit aux enquêteurs que l’ex-ministre du logement, Noel Ahern, avait été contacté par madame Peavoy et par sa famille à ce sujet, et qu’il avait représenté les intérêts de madame Peavoy à de nombreuses reprises. Maître Craven a confirmé aux enquêteurs que l’appartement de madame Peavoy était « dangereusement froid » pendant ce mois de janvier où Dublin s’est recouvert de neige. En appelant à une enquête, il a expliqué qu’il s’agissait d’une affaire où « une jeune femme qui ne souffre d’aucune maladie meurt d’hypothermie », et qu’il y avait « un lien incontestable entre cette mort et l’absence de chauffage. »

Dans une des notes de l’enquête, on peut lire que le policier qui a fait les premiers constats avait remarqué que l’appartement était « extrêmement froid ». Le médecin de madame Peavoy a de son côté expliqué qu’elle lui avait demandé d’écrire une lettre pour la soutenir dans sa demande de chauffage. L’enquête au sujet de cette mort est ajournée jusqu’au 24 février afin de recueillir d’autres informations concernant cet appartement. La victime, qui souffrait d’un trouble de la personnalité ‘borderline’, souffrait également de douleurs au dos.

source : http://www.examiner.ie/ireland/froze-to-death-in-flat-143613.html

Publié dans actualités

Commenter cet article