Ecologie : la phytoépuration, une solution écologique à l'épuration

Publié le par dan29000

 

 

La phytoépuration, une solution écologique à l’épuration des eaux usées des zones rurales

Alors que les systèmes d’assainissement individuels classiques (entendons ici les fosses septiques) sont coûteux et pas toujours efficaces, il existe une alternative écologique et économique, la phyto-épuration. Cette technique, également appelée lagunage, utilise les plantes pour épurer et filtrer les eaux usées de la maison.

La phyto-épuration se sert des facultés épuratrices naturelles des plantes aquatiques et de leur milieu pour assainir l’eau. Cette végétation sert de support à des colonies bactériennes (bactéries aérobies) qui transforment les matières organiques des eaux usées en matières minérales, qui finissent absorbées par les plantes. En échange, les plantes alimentent les bactéries en oxygène par leurs racines. Elles assimilent également le nitrate et le phosphate ainsi que certains polluants de l’eau et s’en servent comme « de l’engrais ». Le lagunage consiste tout simplement à reproduire ce processus naturel dans nos jardins pour assainir nos eaux usées. L’eau récupérée dans les différents bassins d’épuration est ensuite réutilisée pour l’arrosage.

D’ailleurs de très nombreuse communes utilisent déjà ce système, des exemples :

  • Les eaux usées du parc de Samara, à La Chaussée-Thirancourt (Somme) sont épurées grâce aux plantes.
  • La station d’épuration d’Honfleur se soigne par les plantes. Inaugurée le 5 novembre 2004, la nouvelle station d’épuration de Honfleur dans le Calvados, qui s’étend sur 4 hectares avec une armée originale et efficace de divers végétaux vient prêter main-forte aux boues activées pour améliorer la dépollution et embellir le site.
  • La mise en service en avril 2009 de la station de Nègrepelisse marque une nouvelle étape de l’implication de la Communauté de Communes Terrasses et Vallée de l’Aveyron dans le développement durable.

Un peu d’histoire :

Depuis l’antiquité et de par le monde entier sont connus les phénomènes naturels d’auto-épuration des mares, étangs et marécages. A partir de 1920, le lagunage connaît un large développement à travers le monde. Mais ce n’est qu’en 1950 que des études ont été menées pour mieux comprendre le fonctionnement des écosystèmes. Des améliorations sont alors apportées comme un meilleur dimensionnement.

En 1960, en Californie, la première lagune à haut rendement fût construite ; elle mettait en jeu la culture intensive d’algues. Aujourd’hui, on trouve des bassins d’épuration écologique dans plus de 50 pays du monde et leur nombre augmente tous les jours

Le lagunage écologique s’implante donc peu à peu en France et sous toutes les latitudes en raison de la crise économique et de la prise de conscience des problèmes environnementaux. Depuis 1960, où les premières stations d’épuration biologiques sont apparues, ce système a su évoluer et répondre à des problèmes notamment dans les petites et moyennes communes et sur le littoral en période estivale

Selon le Cemagref , le filtre plantés (FDR) s’est répandu très rapidement, en particulier dans la gamme des stations inférieures à 2 000 EH. Moins de dix stations en 2000, quatre cents en 2004, plus de mille en 2010.

Les différents systèmes :

Le lagunage à microphytes

Comment ça marche : Il repose sur l’action combinée des algues unicellulaires et des bactéries. Grâce au rayonnement lumineux, les algues produisent de l’oxygène qui permet la respiration et le développement des colonies bactériennes. Les bactéries – ainsi que certains champignons microscopiques – dégradent la matière organique en azote ammoniacal. Celui-ci, dans un milieu bien oxygéné, se transforme en nitrates assimilables par les algues, tout comme les phosphates qui proviennent en majeure partie des eaux de lessives. Les algues se multiplient alors dans le milieu et ainsi de suite.

Le lagunage à macrophytes

Comment ça marche: les végétaux fixent les colonies de bactéries sur la base de leurs tiges et leurs rhizomes (tiges souterraines), ce qui améliore les performances des organismes épurateurs. Par ailleurs, ils absorbent par leurs racines une partie (10 % environ) des sels minéraux – nitrates et phosphates – issus de la décomposition de la matière organique présente dans les eaux usées.

Le bassin de finition à hydrophytes

Comment ça marche : le séjour prolongé de l’eau au contact des hydrophytes permet une absorption importante de sels minéraux, ce qui évite l’eutrophisation du milieu naturel récepteur. L’oxygène émis par les plantes favorise l’oxydation des ions ammonium résiduels. Là où il n’existe pas d’exutoires satisfaisants, les eaux du bassin de finition peuvent être épandues de façon diffuse dans un système boisé qui servira de piège pour les nitrates résiduels.

Parlons performances ? :

Les systèmes d’épuration d’eaux usées par les plantes ont démontré leurs performances pour les collectivités de moins de 2 000 habitants.Les performances des différents systèmes d’épuration sont généralement très bonnes, comparées à celles des Step classiques, du moins celles qui fonctionnent bien, ce qui n’est pas toujours le cas. Leur fiabilité n’a plus à être démontrée, compte tenu de leur mise en œuvre à plusieurs milliers d’exemplaires à travers l’Europe. De nouvelles expérimentations permettront, cependant, d’améliorer encore la qualité des systèmes..

Les eaux épurées par les plantes sont en gros de même qualité que celles sortant d’un bon système mécanique classique équipé d’unité de dénitrification et de déphosphatation.

Mais c’est au niveau de la production des boues que les avantages des plantes apparaissent. Celles-ci sont moindres et de meilleure qualité que celles produites par les systèmes mécaniques. Cela tient à l’assimilation par les plantes d’une partie de la pollution.

Parlons prix :

Les systèmes de phytoépuration offrent une solution économique et durable pour l’épuration des eaux usées. L’investissement n’est pas aussi élevé que pour une station classique avec bassins en béton, des pompes, etc. Un filtre à phragmites à lits verticaux, système le plus coûteux, revient, pour 1 000 habitants, moitié moins cher qu’une station d’épuration classique.

Exemples

Pour 50 à 1 000 habitants, un filtre à phragmites coûte 60 % du prix d’un système classique. Pour une famille de 4-5 personnes, il revient à 4 000 à 5 000 €.

Conclusion : Arrêtons dans les zones rurales qui n’ont pas le tout-à-l’égout. de déverser nos eaux usées polluées dans la nature. A l’heure où la législation se durcit et va rendre obligatoire un assainissement pour toute maison non raccordée d’ici 2012, pensez a mettre en place la solution de l’épuration par les plantes. Vous ferez un geste pour la planète et pour votre portefeuille !!!!

Écologiquement votre

Rémy

 

Source : eco-planète.org

 

Publié dans environnement

Commenter cet article