Edouard Leclerc poursuit le journaliste Bertrand Gobin, solidarité et pétition

Publié le par dan29000

 

 

 

Mobilisation citoyenne contre les poursuites d’E. Leclerc

Au cours de l’année 2010, le journaliste Bertrand Gobin a publié sur son site Internet plusieurs articles au sujet de la Légion d’honneur remise fin 2009 à Edouard Leclerc. Preuves à l’appui, il lève le voile sur le comportement de celui-ci sous l’Occupation, peu compatible avec la distinction que lui a remise N. Sarkozy. Son enquête révèle d’ailleurs que le préfet du Finistère, ancien patron des RG, s’était opposé à cette décoration, mais l’Elysée est passé outre. Ce jeudi 13 janvier, Envoyé Spécial, l’émission de France 2, diffusera un reportage sur le sujet.

Bertrand Gobin vient d’apprendre qu’il devait affronter au pénal une plainte d’Edouard Leclerc pour diffamation. Il a été auditionné par un officier de police judiciaire et sa mise en examen apparaît très probable. Il est le seul journaliste visé par cette plainte. Ni L’Express, ni l’AFP, ni France 3, qui avaient repris ses informations en avril dernier, ne sont poursuivis.

Journaliste depuis plus de 20 ans, professionnel reconnu pour la qualité de son travail d’investigation, président – élu par ses pairs – du Club de la presse de Bretagne, Bertrand Gobin a traité ce sujet avec beaucoup de rigueur. Nous le connaissons et savons qu’il n’a fait que son métier, sans volonté de nuire ni de diffamer, en rapportant simplement les éléments de son enquête, dans le respect des règles déontologiques et avec ce souci particulier de ne rien publier qui n’ait préalablement été vérifié et recoupé

Cette plainte, comme celles – trop nombreuses – qui visent à détourner de leur travail les journalistes d’investigation, n’a en fait qu’un objectif : discréditer Bertrand Gobin et lui imposer une procédure et des conséquences financières que son statut d’indépendant ne lui permet pas de supporter.

Via ce site, nous souhaitons informer le public et recueillir le maximum de signatures et de soutiens.

 

Le Comité de soutien                                      

 

 

 

Pour signer la pétition, c'estICI      

 

=======================

 

Edouard Leclerc, pas très clair

lundi 19 avril 2010 par Jacques-Marie Bourget

Édouard Leclerc, le séminariste devenu épicier puis mammouth de la distribution, est accusé d’avoir été collabo pendant la guerre. Et il vient de se faire décorer de la Légion d’honneur par Nicolas Sarkozy

Ça fait du bruit dans Landerneau. Édouard Leclerc, le séminariste du coin devenu épicier, est accusé d’avoir été collabo pendant la guerre. Si la vieille histoire s’est réveillée, c’est que Leclerc vient de se faire décorer de la Légion d’honneur par Nicolas Sarkozy ; une médaille qui, à son revers, ne porte pas « Au bon beurre » mais « Honneur et patrie ».

Un journaliste et éditeur, Bertrand Gobin, estime qu’il n’y a pas assez d’honneur dans cette Légion-là. Gobin publie sur Internet l’histoire d’un Édouard Leclerc, âgé de bientôt 18 ans, rendant trop de visites à l’officier Schaad au siège de la Gestapo.

En 1944, Leclerc est emprisonné à Quimper. Sa famille, convaincue qu’il va être fusillé, mobilise l’aide d’une relation, Pierre Branellec, qui connaît des membres du comité de la libération du Finistère. Branellec confirme : les faits sont si graves que Leclerc risque la mort.

Tout s’arrange quand on conseille au jeune homme de jouer le fou. Il ne sera pas jugé car « irresponsable de ses actes », c’est ce qu’écrit la cour de justice au père de François Pengam, un résistant fusillé à 19 ans, qui estime Leclerc pas clair. Depuis, chaque fois que l’épicier a demandé une décoration, elle lui avait été refusée.

Notons qu’Antoine Veil, le mari de Simone, présent lors de la remise du ruban à son vieil ami, joue de malchance. Dans le passé, Antoine a déjà été confronté à un douteux compagnonnage au coeur du conseil d’administration d’Union de transports aériens, celui de Jean Leguay, adjoint du préfet René Bousquet, et représentant de la police de Vichy auprès des Allemands.

 

Source : Bakchich.info

                                                           

Publié dans actualités

Commenter cet article