Edvige 3, le retour, par décret, la résistance s'impose...

Publié le par dan29000

Préparés de longue date, avec la complicité active de la LICRA et de SOS RACISME, le gouvernement, profitant des événements de Poitiers,  vient de créer, hier dimanche, deux nouveaux fichiers , en cour-circuitant la représentation nationale, par décret :


Le premier : "Prévention des atteintes à la sécurité publique" vise les bandes, hooligans et groupuscules et toutes personnes dont l'activité individuelle ou collective indique qu'elles peuvent porter atteinte à la sécurité publique.

Le second : " Enquêtes administratives liées à la sécurité publique" concerne les postulants à un emploi dans la police, la gendarmerie et les secteurs sensibles (aéroports, centrales nucléaires...).

Un million de salariés est concerné, visant notamment à vérifier qu'ils ne font pas preuve de "comportements portant atteintes aux bonnes moeurs" et également que leur "motivation, religieuse, philosophique ou syndicale" ne s'avérerait pas incompatible avec l'exercice de leurs fonctions.

Les enfants à partir de 13 ans seront concernés !

L'origine physique sera également prise en compte !

Déjà le feu vert complaisant de la CNIL et l'aval du Conseil d'Etat...

La LICRA qui était déjà venue au secours d'Hortefeux lors de ses plaisanteries racistes, déclare que tout  va bien, se discréditant un peu plus. Sos-racisme se plaint d'avoir été trahi, on comprend cela quand l'origine raciale des personnes fichées sera prise en compte ! La collaboration avec ce gouvernement donne parfois de mauvaises surprises aux organisations trop complaisantes...


On notera enfin la réaction outrée de Delphine Batho, députée (PS) co-auteure du rapport d’information sur les fichiers de police qui avait révélé que le nombre de fichiers avait augmenté de 70% en trois ans, et qu’un quart n’ont aucune existence légale ( Le quart des 58 fichiers policiers est hors la loi), et qui dénonce la “méthode choisie” par Brice Hortefeux : 

Le ministère de l’Intérieur vient de décider, dans le dos du Parlement, de créer les remplaçants d’Edvige par simple décret. La méthode choisie est une fois de plus celle d’un pouvoir qui veut passer en force sur tout, tout le temps, qui refuse le débat démocratique, écrase le parlement et sa propre majorité. 
Elle  déplore également le fait que les décrets font “apparaître dans Edvige 3 ‘l’origine géographique’ des personnes, comme un moyen de contourner l’interdiction de ficher l’origine ethnique, ce qui n’est pas acceptable“.
Elle a en outre jugé “insuffisantes” les garanties “concernant les personnes mineures ou le fait de ficher les activités syndicales” dans les “enquêtes administratives". 

Publié dans actualités

Commenter cet article