En finir avec l'expérimentation animale dans les laboratoires

Publié le par dan29000

 

 

 

 

L'expérimentation animale

par Félicien Michaut 

 

 

 

 

 

Voilà un sujet très lourd et qui fait très mal.
Vu les photos que j’ai vues lors de mes recherches, je pense qu’il serait trop indécent d’en montrer ici. On a donc décidé de laisser de belles images de nos chers animaux.

Déjà que l’on fait des chasses à la baleine à des fins scientifiques, dit-on…
Sans oublier les véritables massacres pour faire des manteaux de fourrure. Bref...

On va maintenant élever en laboratoire des souris qui y sont nées et uniquement à des fin d’expérimentations.
J'ai vu des photos et vidéos de chats portant des électrodes plantées dans leurs têtes, ou des singes ligotés sur leur siége, le crâne trépané laissant apparaître le cerveau, les yeux emplis de terreur et de douleur. Cela devrait suffire à révolter de cette barbarie, la plus endurcie des personnes.
Tout ça pour des expériences menées par les grands laboratoires pharmaceutiques et aussi pour le marché de la « beauté ». Il y a plusieurs catégories de docteurs et de scientifiques, ici nous parlons de ceux qui se font de l’argent sur des soit-disant expérimentations qui font régresser par bien des cas la recherche. Pour exemple, le lien entre l’amiante et le cancer remonte à 1907, mais après que les scientifiques échouèrent a le démontrer sur les animaux, il fallut attendre une trentaine d’années pour voir aboutir ces recherches. On ose alors compter les litres de sang versés, et l’argent des contribuables.

Il faut comprendre la logistique autour de ces tortures animales et tout le matériel comme les camisoles de forces, les pompes servant à gaver de force, les cages et autres matériels médicaux qui servent bien souvent à tuer de manière bien scientifique.
(src : NEXUS)

En France, il existe environ 1000 ou 1100 laboratoires pratiquant des expériences sur les animaux. Trois établissements sur quatre sont « publics », mais les firmes privées tuent les trois quarts des animaux. En Europe, près de 40000 animaux sont encore sacrifiés chaque année pour de cruels tests cosmétiques.(Src: Terre sacree)


Des éxpériences sur la surdité sont réalisées sur des chats et des chatons.
(SRC : International-Campaigns)

Alors que les réelles avancées sont toujours issues de systèmes basés sur le modèle humain.
On peut citer des exemples assez démonstratifs, comme la morphine qui est un puissant analgésique extrait de la fleur de pavot, la quinine qui traite la malaria est extraite de l’écorce du Cinchona, ou encore l’aspirine, médicament le plus employé dans le monde.
Aucun de ces produits ne doit quoique ce soit à l’expérimentation animale.
On est en droit de se demander où sont passées les questions morales et les étiques scientifiques ?
Une confiance aveugle aux résultats des tests sur les animaux peut conduire à des erreurs dans certains cas.
Pour exemple chaque année, deux millions d’américains sont atteints de maladies graves et approximativement 100 000 autres meurent de mauvaises réactions aux médicaments qui leurs avaient été prescrit. Nous parlons bien sûr de produits testés sur des animaux.

D’autres médicaments, qui n’étaient pas autorisés, étant donné les résultats négatifs des expérimentations animales, sont aujourd’hui prescrits car sans effets négatifs sur l’homme contrairement aux animaux, tels que :

- le depo-provera : ce contraceptif a difficilement été autorisé car il provoquait le cancer chez le chien et le babouin.
- le furosémide : ce diurétique endommage le foie des rongeurs, contrairement à celui de l’homme. Il est largement prescrit dans le traitement de l’hypertension et des maladies du cœur.
- L’isoniazide : communément employé dans le traitement de la tuberculose, il entraîne le cancer chez l’animal.
- La Pénicilline : lors de sa découverte, son emploi fut reporté parce que cela ne marchait pas sur les lapins. Pour cause, ils l’éliminent dans leurs urines. C’est seulement en dernier recours qu’il fut administré à un premier patient avec succès.
(src : NEXUS)

Les exemples ne manquent pas, on pourrait en établir une liste très importante.
Les grands laboratoires ont réussi depuis des années à guérir le cancer à des souris, par contre le fait que ça ne fonctionne pas sur les hommes ne les a pas freiné.
Ces jolis laboratoires où l’on rend des singes dépendants à la cocaïne, au crack ou à l’héroïne.

Dans certains pays on rend même des chiens policiers complètement dépendants pour la détection de drogue.

Le politiquement correct s’évertue à cacher la vivisection aux yeux du grand public.
Si vous voulez, pour comprendre pourquoi une personne allongée se levant brutalement pouvait éprouver des étourdissements ou un évanouissement, des expériences ont été faites sur des chiens en leur ouvrant la poitrine, afin d’effectuer une jonction sur le système cardiovasculaire et faire varier la tension des artères carotides dans leur cou.
Il faut savoir en plus que si vous ouvrez un rat, un chien, un cochon ou un humain, vous découvrirez à peu près le même modèle mais organisé autrement. Ce sont ces différences qui changent la donne sur les expérimentations et autres tests.

Il est certain que les marchés juteux des multinationales pharmaceutiques ne se risqueraient pas à faire des expériences sur des êtres humains par peur de poursuites judiciaires.
Il ne faut pas oublier non plus, certains laboratoires cosmétiques, peu scrupuleux, qui emploient des méthodes toutes aussi sanguinaires, les unes que les autres.


Plus récemment un macaque qui a été importé de Chine pour servir à des expériences dans un laboratoire officiel français a été testé positif pour le virus de l’herpès B.
(Src : www.experimentation-animale.org )

L’aspect mental et spirituel pour la santé est aussi différent entre l’animal et l’homme. La peur peut être bien différente, surtout quand on ne comprend pas ce que l’on vous administre et pourquoi et où on est, et qui sont ces gens…
Il faut savoir aussi que le rapport cigarette, cancer fut découvert longtemps avant que le public ne soit averti des dangers du tabagisme : parce que l’expérimentation animale n’était pas arrivée aux aux conclusions !

« Le travail de prévention contre la polio fut retardé par une conception erronée de la nature de la maladie humaine, fondée sur le mauvais choix de modèle expérimental qu’était le singe. »
(Sabin, l’inventeur du vaccin antipolio 1984)

Maintenant que nous avons une technologie hautement avancée, sommes-nous obligés de torturer l’espèce animale au nom du principe de précaution ?
Il n’est aucunement nécessaire d’être scientifique pour arriver au raisonnement logique, de l’exagération de ces méthodes, ou l’on transforme la vérité pour des questions d’argent.
Avons-nous le droit de dire : « Vaut mieux que ce soit eux que nous… ? »

Pour encore plus d'info: www.experimentation-animale.org

Une petite pensé pour le vol de Spoutnik 2 (1957) avec a son bord cette chienne "LEIKA" qui sera le premier être vivant à atteindre l'espace.


Si vous êtes d’avis que les laboratoires pharmaceutiques sont là pour guérir les gents, c’est-peut-être par ce qu’ils vous font croire que vous êtes malade.

Il semblerait que la fin de ces testes barbare serais proche en ce qui concerne les cométiques après plus de 20 ans de recherches des scientifiques du centre Epskin de Lyon sont parvenus à reconstruire à l’identique, un épiderme humain en partant de déchets de la peau prélever lors d’opérations de chirurgie esthétique.
A suivre a on connait les intox souvent lancer dans la communication sur ce sujet.



Félicien Michaut



Publié dans environnement

Commenter cet article