EPR, autopsie d'un flop monumental et déroute du nucléaire français

Publié le par dan29000

 

 

stop-epr.jpgPrésenté comme le "fleuron" de l'industrie nucléaire française, le réacteur EPR accumule les plus graves déconvenues, dont la dernière en date est un échec tonitruant à Abou Dhabi. Bien sûr, il n'existe pas de "bon" réacteur puisque tous sont dangereux et produisent des déchets nucléaires. Mais, conçu au début des années 90, le réacteur EPR est déjà un vieux réacteur, archaïque avant même d'entrer en service.

 

Pire : issu de compromis entre le réacteur français N4 de Framatome et le réacteur Konvoi de Siemens, l'EPR est finalement une véritable... usine à gaz, si complexe qu'il est pratiquement impossible à construire (voir ci-dessous).

 

Ce n'est donc pas une surprise que l'EPR soit recalé à Abou Dhabi, mais aussi aux USA, en Grande-Bretagne, etc. Une fois de plus, il est démontré que la France "championne du monde du nucléaire" n'est qu'un mythe qui n'a pas grand chose à voir avec la réalité.

 

 

Deux chantiers EPR catastrophiques en Finlande et à Flamanville

 

Deux EPR sont en construction à ce jour et ces deux chantiers rivalisent de retards, de malfaçons et de surcoûts.

Finlande :
Commencé fin 2005, dirigé tant bien que mal par Areva, le chantier compte à ce jour (en attendant de probables nouvelles révélations) 44 mois de retard et 3 milliards d'euros de surcoût… qui vont d'ailleurs être payés par les Français.
> Lire l'article sur le site de l'expansion

Un comble: Areva attaque en justice internationale son client finlandais TVO. Voilà qui ne risque pas de décider d'autres sociétés d'acheter un EPR !
> Lire l'article sur le site Romandie News

Flamanville :
Commencé fin 2007, dirigé (lui aussi tant bien que mal) par EDF, le chantier compte déjà un an de retard et 1 milliard d'euros de surcoût.
> Lire l'article sur le site du Moniteur
> Lire l'article sur le site du Moniteur

De toute évidence, ce chantier suit le triste "exemple" de celui de Finlande et va aggraver ses retards et ses surcoûts tant les déboires s'accumulent.
> Lire par exemple l'article sur le site de France 24


----------------------------------------------------------------------------------------------------

L'EPR en construction en Chine ?

 

On a pu lire ici où là que deux EPR était en construction en Chine, ce qui est faux. Les informations venant de Chine sont difficiles à vérifier mais il est certain que, au maximum, le "premier béton" d'un seul EPR aurait été coulé. Il est probable que le second EPR ne soit jamais construit, et rien ne prouve que le premier sera vraiment mené à terme vu les graves déconvenues du programme EPR (voir l'ensemble du présent dossier)


Le Réseau "Sortir du nucléaire" a ainsi révélé en août 2009 que la cérémonie dite du "premier béton" avait été reportée. EDF et Areva ont prétendu fin août qu'il ne s'agissait que d'un contre temps causé par... des intempéries.
> Lire l'article sur le site Romandie News

 

Depuis, EDF a annoncé avoir reçu le 22 octobre l'accord final du gouvernement Chinois donc, l'excuse des intempéries était clairement un mensonge d'EDF et Areva.

> Lire l'article sur le site Romandie News

 

Quant on voit ce qui se passe en Finlande, il est certain que, si le chantier chinois est réellement lancé, la première question à se poser est : "Combien de milliards cette affaire va-t-elle coûter (et non rapporter) aux Français ?"...


----------------------------------------------------------------------------------------------------

L'EPR ne sera probablement jamais construit aux USA


Régulièrement, Areva et EDF annoncent qu'ils vont construire des réacteurs EPR aux USA.
> Lire l'article sur le site de Challenges

 

Or, il ne s'agit que de belles déclarations sans aucun lien avec la réalité. En effet, l'EPR n'est pas certifié par la NRC (l'autorité de sûreté nucléaire américaine). Le processus est en cours jusqu'en 2012.
> Lire l'article sur le site de la NRC

 

Or, tout laisse à penser que l'EPR sera recalé, du fait de ses différentes failles de sûreté et en particulier de sa vulnérabilité en cas de crash d'avion de ligne (voir plus loin). D'ailleurs, la NRC n'a pas hésité à recaler l'AP 1000, le concurrent américain de l'EPR (Cf document).

 

Il faut être bien naïf pour croire que, après avoir rejeté leur propre réacteur, les USA vont dérouler le tapis rouge pour l'EPR...


----------------------------------------------------------------------------------------------------

Un projet d'EPR a d'ores et déjà été annulé aux USA


Avant même que ne soient mises à jour les graves failles de la sûreté de l'EPR, un projet de construction de ce réacteur a été annulé dans le Missouri pour de simples raisons financières : l'électricien américain AmerenUE est arrivé à la conclusion que produire de l'électricité avec l'EPR était beaucoup trop cher.
> Lire l'article sur le site Romandie News


----------------------------------------------------------------------------------------------------

De nouveaux EPR ne seront vraisemblablement jamais exportés

 

A ce jour, la Finlande est le seul pays à avoir acheté un EPR et elle s'en mord les doigts. Nous avons vu que la Chine hésitait encore à construire ou non les deux EPR envisagés. Mais aucun autre pays n'envisage sérieusement de construire l'EPR. Lors de ses déplacements à l'étranger, M. Sarkozy a signé un "memorendum" ou un "accord de coopération" qui évoque la possibilité théorique de construire des EPR. C'est ainsi que beaucoup de gens croient que le président français a vendu de nombreux EPR, ce qui est totalement faux.

 

Finalement, M. Sarkozy n'a vendu qu'un seul EPR... à lui-même (mais avec notre argent). Il s'agit du projet EPR annoncé à Penly (Seine-Maritime). Il est évident que ce projet, dont le chantier est annoncé pour 2012, année d'élection présidentielle, est directement à la réélection ou non de M Sarkozy.
> Lire l'article sur le site de l'Usine Nouvelle


----------------------------------------------------------------------------------------------------

Le système de contrôle de l'EPR est défaillant...

et l'Autorité de sûreté française n'avait rien vu !

 

Le lundi 2 novembre, les autorités de sûreté nucléaire britannique, finlandaise et française ont publié un communiqué commun mettant en lumière de graves failles du système de contrôle du réacteur nucléaire EPR.
> Lire le document de l'ASN

 

Mais cette démarche unanime masque la réalité : c'est l'autorité de sûreté britannique qui a détecté le problème en juin 2009.
> Lire l'article siur le site du Times

 

Or, l'autorité de sûreté française (ASN) avait depuis longtemps autorisé la construction de l'EPR.
> Lire le document de l'ASN


L'ASN française n'a donc rien vu... ou rien dit. Dans les deux cas, il est avéré que l'ASN est aussi peu fiable… que l'EPR.


----------------------------------------------------------------------------------------------------

L'EPR n'est pas conçu pour résister à un crash d'avion de ligne


Dès 2003, le Réseau "Sortir du nucléaire" s'est procuré un document confidentiel défense qui reconnaît que, contrairement à ce que prétendent les autorités françaises, le réacteur EPR n'est pas conçu pour résister au crash d'un avion de ligne.

 

Dans le cadre de cette affaire, sur réquisition du Parquet de Paris... section antiterroriste, la DST (aujourd'hui DCRI) a placé deux fois en garde à vue un porte-parole du Réseau "Sortir du nucléaire", accusé de "compromission du secret de la défense nationale".
http://www.sortirdunucleaire.org/dossiers/confidentiel-defense.html


----------------------------------------------------------------------------------------------------

Conclusion


Le programme EPR est un véritable désastre industriel et financier. Conçu au début des années 90, l'EPR est archaïque avant même d'être construit. Il est si lourd et compliqué que même ses inventeurs, Areva et EDF, n'arrivent pas à le construire, et ses graves défauts de conception obèrent son avenir.

 

De toute façon, personne ne peut construire un réacteur pouvant résister au crash d'un avion de ligne, un réacteur à la sûreté sans faille, un réacteur ne produisant pas de déchets radioactifs (pour lesquels n'existe aucune solution) et du plutonium (qui sert à faire des bombes atomiques), un réacteur ne nécessitant pas de polluantes mines d'uranium pour l'alimenter en combustible, etc.

 

L'EPR est bien le pire de tous les réacteurs nucléaires, mais aucun réacteur nucléaire ne vaut beaucoup mieux que l'EPR. Le sens de l'Histoire est clair : l'avenir est aux économies d'énergie et aux énergies renouvelables, le nucléaire est une énergie du vingtième siècle…

 

Source : Réseau sortir du nucléaire

Publié dans environnement

Commenter cet article

Mitsuko 20/11/2011 19:17


Autopsie d'un flop monumental , EPR et déroute du nucléaire français ...


Alors, ne serait-ce pas le moment de parler de la sortie du nucléaire pour la France, une fois pour toute et ne pas se laisser faire par le loby qui veut
continuer le nucléaire français ...


Il serait temps qu'ils y pensent ... non ???

dan29000 20/11/2011 20:08



Certes, le pb c'est qu'il n'y a guère que les verts pour demander cela, et comme ils sont plus intéressés en ce moment par avoir des députés au printemps prochain, ils ont échangé,
courageusement, certaines de leurs demandes phares, contre des places...TRISTE, mais édifiant...