EPR : nouvel échec d'AREVA en Finlande, le groupe écologiste demande une commission d'enquête parlementaire

Publié le par dan29000

EPR : après le nouvel échec Finlandais, Baupin réclame un audit

Après les Tchèques de CEZ 1, l’opérateur Finlandais Fennovoima vient à son tour d’exclure définitivement Areva d’un appel d’offres pour la fourniture d’un réacteur nucléaire de 1600 MWe. Une chose est désormais certaine : il s’agit bien d’un échec personnel pour Luc Oursel, le pari des 10 commandes d’EPR en 2016 s’avérant désormais irréalisable tandis que la réputation internationale d’Areva s’effondre aussi vite qu’un soufflé raté ou qu’un cœur de réacteur mal refroidi, ce qui revient au même.

Une information que vous ne lirez probablement jamais dans la presse française

Évidemment, il reste les chantiers en cours : Okiluto et les deux réacteurs en cours de construction en Chine. Voyons cela de plus près : le premier chantier souffre de retards cumulatifs et de larges dépassements budgétaires 2 et n’est pas à l’abri d’une décision politique Finlandaise traduisant son exaspération au moment où le clash entre Areva et Teollisuuden Voima, l’opérateur Finlandais d’Okiluto est manifestement consommé.

2013-02-27_12h15_26 (1) Ce qui devait arriver Areva : un conflit ouvert est déclaré à Okiluto (Reuters, 25213)

Des Chinoiseries à Taishan

Au niveau du chantier Chinois de Taishan, même si après un léger flottement initial les travaux progressent aujourd’hui à un rythme normal – on serait presque tenter de dire « trop rapide » – merci à l’efficacité Chinoise et à des règles techniques disons, moins contraignantes, le grain de sable dans cette belle machine pourrait ici être politique, certains officiels estimant que les négociateurs français étaient décidément allés beaucoup trop loin dans des “engagements de transfert technologique irréversibles” imposés par les Chinois, dans un domaine industriel loin d’être banalisé.

2013-02-27_14h46_27(2) Les Chinois, habiles négociateurs, auraient-ils piégé les français dans ce dossier ? (dissident-media)

A la même époque (janvier 2008), le responsable des négociateurs d’Areva, mandaté personnellement par le Président Sarkozy, avait été retenu durant trois mois en Chine contre sa volonté, probablement pour tordre un peu plus le bras à un équipementier et à un État français 3 qui commençait sans doute à se demander dans quel guêpier nucléaire il s’était fourré si naïvement ; mais le poisson était ferré, revenir en arrière c’était obligatoirement perdre la face, un évènement inacceptable pour tout ministre moderne et surtout pour la cohorte technique qui l’entoure et lui survit 4.

Le 26 décembre 2012, le Canard enchainé révélait ainsi que l’agence française des participations de l’État avait fermement critiqué l’accord tripartite EDF-AREVA-GGNPC en s’inquiétant de conditions inappropriées et “allant à l’encontre des intérêts français”, autrement dit de saborder la politique française de développement électronucléaire en Chine mais peut-être aussi bien plus largement 5, pour finaliser un contrat boiteux et ne pas perdre – une nouvelle fois – la face dans un milieu qui ne fait aucun cadeau et ne supporte pas les faiblesses et les étourderies.

2013-02-27_15h10_29

(3) Le “Canard”, volatile à  l’odorat très développé, avait levé un magnifique lièvre fin 2012 ! (France-TV)

Suite à ce nouvel échec, le groupe écologiste réclame officiellement la création d’une commission d’enquête sur l’EPR

Denis Baupin, porte-parole du groupe écologiste et vice-président de l’Assemblée nationale a réclamé lundi 25 février la création d’une commission d’enquête parlementaire qui se saisirait en toute indépendance du dossier de l’EPR. Même si la résolution qui sera soumise prochainement au vote des députés a peu de chances d’être validée par les représentants des blocs politiques qui ont plus ou moins participé directement à cette pantalonnade nucléaire, l’attitude tranchante du député de Paris scellera probablement la première pierre d’un débat de fond sur l’opportunité de poursuivre ou non des gesticulations atomiques ne menant finalement qu’à l’affaiblissement de notre pays sur la grande scène internationale.

2013-02-27_16h04_59

(4) Quelques pays “amis” de la Chine (boycott du prix Nobel de la Paix 2010 attribué au dissident Xiabo)


Sources :

Dix EPR d’ici 2016… Et si Areva rêvait ? – latribune, 141212

Finland rejection deals blow to Areva’s nuclear export ambitions – reuters, 25213

Les écologistes veulent une commission d’enquête sur l’EPR – capital, 25213


(230)

  1. La Tchéquie a confirmé le 25/2 qu’elle rejetait définitivement le recours non suspensif déposé par Areva en jugeant régulière la modification législative bannissant les contrats “à tiroir”
  2. Qui seront réglés rubis sur l’ongle par les contribuables français
  3. Rappelons que l’État français contrôle 87% du capital d’Areva
  4. Les ministres passent, les conseillers restent…
  5. Les Chinois, pas jaloux pour deux sous des petits secrets récupérés, faisant généralement rapidement profiter les pays amis intéressés par les connaissances fraichement acquises

Partager la publication « EPR : après le nouvel échec Finlandais, Baupin réclame un audit »

 

 

 

SOURCE / GEN4.FR

Publié dans environnement

Commenter cet article