Espagne : chômage à 21 %, les "Indignés" bravent l'interdiction de manifester, appelant à ne pas voter PSOE et PP

Publié le par dan29000

 

 

Les manifestants espagnols restent mobilisés

Mise à jour le vendredi 20 mai 2011 à 17 h 23

Des manifestants sur la place Puerta del Sol, au centre de Madrid (20 mai 2011)

Photo: AFP/Pedro Armestre

Des manifestants sur la place Puerta del Sol, au centre de Madrid (20 mai 2011)

Des milliers de manifestants espagnols ont exprimé leur intention de rester mobilisés jusqu'à dimanche, bravant l'interdiction qui devait entrer en vigueur vendredi à minuit, à la veille des élections régionales et municipales.

Un appel à protester de manière silencieuse sur la Puerta del Sol, à Madrid, a été lancé pour samedi à 00 h 05, soit quelques minutes après l'entrée en vigueur de l'interdiction de la Commission électorale.

« Nous convoquons tout le monde à venir à la Puerta del Sol pour lancer un "cri muet" avec un morceau de ruban adhésif sur la bouche », annonçait un message posté sur le site du mouvement madrid.tomalaplaza.net.

Des protestataires se relaient depuis six jours dans plusieurs villes espagnoles pour protester contre la crise économique, le chômage et l'injustice sociale. Ils ont notamment installé des tentes et des bâches dans le centre de Madrid.

Les manifestants, qui se surnomment les « indignés », demandent aux électeurs de ne voter dimanche pour aucun des deux grands partis espagnols, soit le PSOE (socialiste) de José Luis Rodriguez Zapatero et le PP (l'opposition de droite).

« Ils ne peuvent pas nous chasser à coups de pied, les dirigeants politiques ne le permettraient pas, cela leur donnerait une mauvaise image juste avant les élections », a commenté Virginia Braojos, 32 ans, participante au mouvement.

Zapatero conciliant

Le chef du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, a déclaré qu'il sera compréhensif avec le mouvement de protestation composé majoritairement de jeunes.

« J'ai beaucoup de respect pour ces personnes qui manifestent, ce qu'ils font de manière pacifique, et je comprends bien que cela est dû à la crise économique, à leur désir de trouver un travail. [...] Bien sûr, il y aura compréhension et sensibilité de la part du gouvernement », a précisé le chef du Parti socialiste vendredi, lors d'une allocution à la radio.

Le ministère de l'Intérieur et le gouvernement agiront correctement, de manière intelligente. Nous voulons que tous les droits soient garantis et que la journée de réflexion soit respectée. [...] Mon devoir est d'écouter, d'être sensible et tenter de trouver des réponses.

— José Luis Rodriguez Zapatero, chef du gouvernement espagnol

Jeudi, la Commission électorale espagnole avait annoncé que les « concentrations et réunions » prévues samedi et dimanche étaient illégales, en raison des scrutins municipaux et régionaux de dimanche. Le gouvernement a indiqué qu'il étudiera la résolution de la commission en attendant de voir ce que les manifestants feront samedi.

Le quotidien espagnol El Pais affirme que les policiers informeront les protestataires du caractère illégal de la manifestation « non autorisée », sans toutefois les disperser. Il précise que l'absence d'autorisation ne permet pas la dissolution d'une manifestation selon la législation espagnole et européenne, à moins qu'elle n'occasionne des actes de violence ou d'autres types de manquements à la loi.

M. Zapatero, qui soutient ne pas vouloir briguer de troisième mandat aux prochaines législatives de 2012, a promis qu'il n'y aura pas de nouvelles mesures d'austérité après les élections du weekend, tout en soulignant l'obligation de réduire le déficit public sous peine de perdre la confiance des marchés.

« L'impatience est là, je la comprends, mais nous sommes sur le chemin des réformes et nous allons nous améliorer », a-t-il déclaré.

Un chômage record

Le chômage record qui frappe l'Espagne, pays de quelque 47 millions d'habitants, touche plus de 21 % de la population active, le taux le plus élevé de l'Union européenne. Il grimpe à 45 % chez les jeunes de 18 à 25 ans.

 


Radio-Canada.ca avecAgence France Presse, Reuters et El Pais

Publié dans actualités

Commenter cet article

Mitsuko 22/05/2011 11:11



Bonjour Dan,


Il me semble que ce soit normal de manifester lorsqu'il y a 21 % de chomage ...


Il est légitime de manifester pour vivre mieux ...


Les jeunes ne vont pas se laisser faire et les autres suivront ...


Bon dimanche à toi. A bientôt. Bises.


Mitsuko



dan29000 22/05/2011 11:17



Non seulement 21% pour l''ensemble de la population, mais pour les jeunes, entre 18 et 35 ans, c'est 45 % ce qui est effarant...Bon dimanche à toi...