Espagne, Ciudad Real : un nouvel aéroport à un milliard d'euros abandonné

Publié le par dan29000

photos-25 6282 [Résolution de l'écran] [Résolution OrigiEspagne : Un aéroport à 1 milliard d’euros abandonné, une leçon pour l’ayraultport

 

L’aéroport international de Ciudad Real en Espagne, censé accueillir 5 millions de passagers par an, a été fermé cette année par manque de trafic. En plus de toucher le secteur de l’immobilier, la crise économique et financière, impacte aujourd’hui le secteur de l’aviation. La vieimmo 10 07 2012. Une leçon pour l’ayraultport? 


http://www.lavieimmo.com/immobilier-international/espagne-un-aeroport-a-1-milliard-d-euros-abandonne-15242.html

 

http://www.liberation.fr/economie/2012/08/13/a-ciudad-real-la-fin-des-megalos-mannes_839598

 

A Ciudad Real, la fin des mégalos mannes


13 août 2012  Avec son aéroport fantôme flambant neuf, cette ville de Castille-La Manche symbolise les errements financiers des régions espagnoles. Par FRANÇOIS MUSSEAU Envoyé spécial en Castille-La Manche

 


A le voir à l’abandon au beau milieu de l’aride plateau castillan, fermé à double tour, sans voyageur ni avion, on s’interroge d’emblée : fallait-il vraiment construire un aéroport ultramoderne, doté d’une des pistes les plus longues d’Europe (4,2 kilomètres) ? Qui plus est pour desservir une ville de 70 000 habitants sans attrait touristique, et à seulement une heure de train de Madrid ? ( au sud) 

A Ciudad Real, beaucoup font mine de ne pas comprendre la question. En réalité, dans cette région qui fut celle de Don Quichotte et de ses moulins à vent, chacun sait le pourquoi de cette aberration : la folie des grandeurs et, surtout, la cupidité qui s’est traduite par le pillage des fonds publics par un groupe de politiciens et d’hommes d’affaires sans scrupule. Aujourd’hui, c’est un terminal fantomatique, ceint d’un parking grand comme trois terrains de foot, surveillé par deux gardes civils et des agents de nettoyage.

……..Ce n’est pas tout : lorsque l’aéroport a commencé à battre de l’aile, un consortium public a été mis en place, incluant la chambre de commerce, la région et les mairies alentours ; 40 millions d’euros ont été versés à fonds perdus, auxquels il faut ajouter 150 millions d’euros de subventions publiques «offerts» à Air Nostrum, Air Berlin ou Ryanair pour les décider à voler dans une région aussi paumée. Avec l’aéroport de Castellon (sur la côte valencienne, à l’est) – qui n’a jamais vu un seul avion -, celui de Ciudad Real est l’un des legs les plus édifiants d’une Espagne qui, il n’y a pas si longtemps, se payait des luxes mégalos.

…..Manifestants. Depuis l’an dernier, il n’y a plus un seul euro pour une quelconque infrastructure. Le budget régional est amputé de 2,2 milliards d’euros : les salaires des fonctionnaires ont chuté de 20%, environ 10 000 employés publics ont été licenciés, et on ferme des centres de santé à tour de bras. «Je n’ai jamais vu un tel sentiment de révolte, témoigne Antonio Cervantes, du syndicat Commissions ouvrières (CCOO), à Ciudad Real. Plus de 110 000 chômeurs ne touchent ni allocations ni RMI ; s’il n’y avait pas les grands-parents pour aider, la marmite sociale exploserait !»

Une leçon pour l’ayraultport?

 

 

SOURCE / LE BLOG DE JEUDI

Publié dans environnement

Commenter cet article