Etat des résistances dans le Sud 2010, Monde arabe, d'Alternatives Sud

Publié le par dan29000

 

 

 

monde-arabe.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Depuis trois mois l'actualité internationale est dominée par les deux processus révolutionnaires en Tunisie et en Egypte, et par la flambée d'insurrections populaires dans l'ensemble du monde arabe. Beaucoup d'images, de commentaires, d'articles, sur le web et dans la presse écrite. Avec une constante, informer sur les processus actuels qui se développent à une allure surprenante, embrasant des régions entières. Régions que certains nous affirmaient endormies par une sorte de fatalisme des dictatures. Dictatures qui, pour l'arrogance occidentale, étaient sans doute en rapport avec la nature des peuples arabes.


Il est vrai que les "analystes" dits internationaux ne sont pas à une bêtise de plus ou de moins, digne des années où ils prédisaient avec ferveur "la fin de l'histoire". Même dans de prestigieuses revues, le ridicule n'a jamais tué.

 

Alors au-delà des commentaires à chaud, ne serait-il pas intéressant de revenir un peu en arrière, vers la fin des années 2000 ? En effet si les révolutions surprennent souvent, elles ne tombent jamais du ciel. Rien de magique.

Le processus révolutionnaire tunisien et égyptien vient de quelque part. Alors afin de mieux comprendre ce qui se passe aujourd'hui depuis quelques semaines, il est indispensable de savoir ce qui se passait juste avant dans ces pays arabes si proches de nous.

Et c'est justement ce que nous permet ce livre d'Alternatives Sud consacré au Monde arabe. Il date d'un peu plus d'un an, mais est terriblement actuel.

 

Au-delà de l'éditorial signé par le directeur du CETRI (Centre Tricontinental) Bernard Duterme concernant la contestation versus la coercition, l'ouvrage est divisé en deux grandes parties :

D'abord des éclairages nationaux, concernant le Maghreb et le Machrek, sans oublier la péninsule arabique (Arabie saoudite, Yémen, Koweit, Bahreïn et Emirats arabes unis.

Ensuite nous sont proposés par cinq auteurs, des analyses transversales, sur la "rue arabe", les syndicalismes sous l'autoritarisme, les mouvements islamistes, nationalistes et la gauche, la société civile et les rapports entre gouvernants et oppositions en Afrique du Nord.

 

A la lecture des articles sur la Tunisie de Karin Gantin (voir l'extrait) et sur l'Egypte de Sarah Ben Néfissa, l'on sera à même de mieux saisir les mouvements insurrectionnels enclenchés dans ces deux pays.

Commun à presque tous, les ravages de la mondialisation, c'est à dire la libéralisation économique et la disparition progressive des idéologies issues de la période post-coloniale, le socialisme, le nationalisme ou encore le panarabisme. L'ensemble des articles nous montrent qu'existent bien  des résistances syndicales et un bouillonnement des sociétés civiles démocratiques.

 

Indispensable à lire si vous souhaitez vraiment comprendre ce qui se passe en ce moment dans le Monde arabe. Et ce n'est pas vraiment beaucoup s'avancer que dire que ces mouvements ne sont qu'à la naissance d'un processus qui va se poursuivre dans le temps long et qui sera irréversible. C'est dire l'importance de bien saisir les racines actuelles de cette métamorphose.

Et cette publication donne des clés de lecture.

 

Dan29000

 

Etat des résistances dans le Sud 2010

Monde arabe

Alternatives Sud

volume 16-2009/4

Editions Syllepse / Centre Tricontinental

2009 / 232 p / 13 euros

 

Abonnement annuel :

4 numéros : 50 euros

s'adresser :

vente-abonnement@cetri.be

 

Et pour découvrir le site de l'éditeur :

c'est ICI

=========================

 

EXTRAIT /

 

Tunisie : des luttes renouvelées pour des droits inextinguibles

Malgré la violence exercée depuis le centre de l’Etat contre tout type d’opposition sociale ou politique trop explicite, des formes de résistance multiples germent et se développent au sein de la société tunisienne. Au-delà des divers actes de résistance des militants démocratiques, les événements récents du bassin minier de Gafsa témoignent du potentiel de mobilisation des groupes les plus exposés à la précarité socio-économique.

par Karine Gantin
  •   

Les rapports des grandes organisations internationales de défense des droits humains se succèdent depuis près de 20 ans pour dénoncer l’aggravation continue des pratiques répressives du régime du président Ben Ali. Au pouvoir depuis 1987 suite à un « coup d’Etat médical », ce dernier briguait fin octobre 2009 son cinquième mandat dans un jeu électoral contrôlé de bout en bout.

Contexte répressif étouffant

Depuis les années 1990, les vagues d’arrestations ont étouffé les principales voix de l’opposition démocratique et, de manière systématique, des islamistes du principal mouvement politique interdit « Ennahda » ainsi que de leurs soutiens, condamnant ceux-ci à la prison, à l’exil, au silence ou encore à des stratégies alternatives comme l’investissement dans la culture ou la défense des droits de l’homme.

Plus globalement, le pouvoir poursuit son entreprise de verrouillage policier de la société dans toutes ses composantes et déploie un arsenal toujours plus étoffé de mesures répressives : harcèlements, humiliations, interruption des communications, agents postés devant les domiciles ou les locaux afin d’intimider, surveiller, voire bloquer les allées et venues, agressions, sanctions administratives, sociales et économiques, y compris à l’encontre de l’entourage familial, emprisonnements par une justice aux ordres (CNLT, 2007). Les arrestations sont couramment accompagnées de torture, au nom de la préservation du régime ou de la lutte contre le terrorisme [1]. La monopolisation du pouvoir repose sur un jeu continu d’allégeances, à la fois partisan et clanique, via l’intérêt ou la contrainte, de la base au sommet de la société (Hibou, 2006 ; Beau et Graciet, 2009).

Parallèlement, le pouvoir manœuvre ces dernières années pour accroître son contrôle sur les rares lieux civils ayant pu s’aménager une marge d’autonomie : « putschs intérieurs » orchestrés par des membres du parti-Etat - le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) - contre les directions des syndicats de la magistrature et du journalisme (respectivement en 2006 et 2009) ; offensives contre les activités culturelles portant un esprit de liberté ; enchaînement ubuesque et dramatique d’une trentaine de procès à l’encontre de la Ligue tunisienne des droits humains (LTDH [2]).

 

 

 

Contenu

Editorial

Contestation versus coercition dans le monde arabe
par Bernard Duterme
 
Maroc : mouvements de résistance entre malaise et espoirs
par Kamal Lahbib
 
Algérie : impuissance des mouvements populaires
par Samir Larabi
 
Tunisie : des luttes renouvelées pour des droits inextinguibles
par Karine Gantin
 
Libye : avancées sociales, régression politique, dissensions en perspective
par Moncef Djaziri
 
Machrek
Égypte : nouvelles dimensions des protestations sociales
par Sarah Ben Néfissa
 
Palestine : un pays à réinventer
par Pascal Fenaux

Liban : clivées et instrumentalisées, les résistances peinent à se développer
par Marie-Noëlle Abi Yaghi
 
Jordanie : détérioration des relations entre islamistes et royalistes
par Curtis R. Ryan
 
Syrie : entre contestation civile et politique
par Salam Kawakibi
 
Irak : la renaissance ambiguë d’une « société civile »
par Myriam Benraad
 
Péninsule arabique
Pouvoirs et oppositions en Arabie saoudite : de la contestation armée à l’institutionnalisation de l’islamisme ?
par Pascal Ménoret
 
Yémen : précarité politique et sociale croissante
par Laurent Bonnefoy
 
Koweït : paralysie institutionnelle, marchandage politique et lassitude populaire
par Claire Beaugrand
 
Bahreïn : mise au pas de l’opposition légaliste, surenchère de la minorité radicale
par Claire Beaugrand
 
Émirats arabes unis : une « société civile » mais pas de contre-pouvoirs
par Brigitte Dumortier
 
Analyses transversales
La « rue arabe » au-delà de l’imaginaire occidental
par Asef Bayat
 
Syndicalismes arabes au prisme de l’autoritarisme et du corporatisme
par Eric Gobe
 
Rapports entre mouvements islamistes, nationalistes et de gauche au Moyen-Orient arabe
par Nicolas Dot Pouillard
 
État, démocratie et société civile dans le monde arabe
par Bichara Khader
 
Gouvernants et oppositions en Afrique du Nord
par Jean-Noël Ferrié

Publié dans lectures

Commenter cet article

Mitsuko 21/02/2011 06:42



Bonjour Dan,


Belle synthèse que tu nous offres là ... Je n'ai pas encore tout lu mais il est vrai que tout ceci est très intéressant à qui veut bien le comprendre ...


Cela va me permettre de mieux comprendre tout ce qui s'est passé et envisager comment cela pourra continuer dans les prochaines années et au-delà ...


Merci beaucoup de nous transmettre tout cela ...


Bon lundi à toi. A bientôt. Bizzzzzzzzzz ...


SuperNana



dan29000 21/02/2011 09:31



Oui, c'est le bon livre, facile de lecture, pour bien comprendre ce qui se passe dans le monde arabe en ce moment...Bon lundi...