Europe : Les plus démunis doivent payer la crise, moins 40% pour l'aide alimentaire chaque année

Publié le par dan29000

L'Europe met les affamés et l'Aide alimentaire au régime sec

 


Génial, François Hollande a parlé d’un « bon compromis » et  l’illustre (inconnu) Président du Conseil européen, Herman Von Rompuy a tweeté  hier « Il y a un accord! Le Conseil européen s'est mis d'accord sur un cadre financier pluriannuel pour le reste de la décennie. Cela valait la peine d'attendre ». Ah ça pour valoir la peine, ça valait la peine, surtout pour les plus démunis, laissés pour compte et très pauvres qui peuplent notre si belle Europe, Prix Nobel de la Paix, l’an passé.

 

 

 

Avec un budget de 960 milliards pour la période 2013-2020, c’est un budget « historique ». Le 1° budget en baisse de l’histoire… La lutte contre la grande pauvreté n’a qu’à bien se tenir, on est armé. Budget total  en baisse de 3%, il y a forcément du mou dans la corde à nœud et des perdants. Mais comme tout ceci n'est que du cirque, chaque clown annonce en riant qu'il a sauvegardé l'essentiel...

C’est ainsi que le budget  de l’Aide alimentaire passe de 500 millions € à 300 millions € : - 40% d’un coup !!! Voilà comment on met en Europe la « solidarité » au cœur du projet et les « laissés pour compte «  au régime sec. En revanche, lorsqu'il s'est agi de trouver quelque chose comme 320 milliards € pour "recapitaliser" (combler en fait des dettes privés des banques, par de l'argent public du contribuable) les banques, on a fait vite... mais pour lutter contre la pauvreté, c'est une autre histoire !!! Il y a toujours plus de pauvres dépendant des associations caritatives et ONG pour manger et survivre et de moins en moins d’argent alloué au budget…

François Hollande, tout auréolé de son médiatique habit de « chef de guerre » au Mali, avait annoncé qu'on allait voir ce qu'on allait voir. On a vu, en effet... La démocratie, les Peuples et la Pauvreté sont passés à la chasse d'eau, à la moulinette. Ceci dit, avec une majorité d'Etats dirigés par le Droite (avec en fers de lance, Angela Merkel et David Cameron, partisans des coupes sombres dans le budget) et un leader socialiste qui s'agite, mais ne me fera jamais oublier que cette Europe-là, c'est aussi la sienne, pas de surprise à attendre donc, mais de là à amputer de 40% un budget alloué à l’extrême pauvreté, cela restera comme une tâche indélébile dans la conscience de tous ceux qui ont signés.  

Le Canard enchaîné avait vu juste dans sa Une, mercredi en titrant : « Moins de dunes, plus de thunes ! », mais François de Corrèze, en bon énarque ne lit pas le palmipède.

L'Europe qu'il a voté en 1992 (Oui à Maastricht), soutenu au Traité de Nice et d'Amsterdam, puis pour laquelle il a appelé à voter "oui" au Traité constitutionnel en 2005, avant de voter "oui" (contre le Peuple de France) en 2007 pour le Traité simplifié......... est un recul démocratique permanent qui renforce l'Europe libérale de 1951 (CECA), de la CEE (1957) et de l'Acte unique (1986)...Hollande fait du Delors. A la différence que Delors après 8 années passées à la Commission européenne, lorsque les socialistes orphelins de Mitterrand se cherchaient un candidat, le père de Martine Aubry (sic) a refusé l'offre.... François Hollande, lui, n'a pas manqué l'occasion. Mais, pour reprendre Georges Marchais, Delors - Hollande, c'est bonnet blanc, blanc bonnet...

Pour comprendre à quel point d’illégitimité politique, cette Europe par trop libérale nous a conduit, il suffit de voir le refus de voter le budget, ce qui est pour moi une "fronde" des députés européens, qui savent que des gouvernements, aux Commissaires en passant par les sommets européens et les Peuples, on les méprise.... Ils (les députés) ont paraît-il un "pouvoir de codécision".... C'est le moment ou jamais de montrer qu'ils servent à quelque chose. J'espère qu'en refusant de voter le budget, ils vont être à l'origine d'un "blocage institutionnel salvateur"... Mais cette Europe là, des marchands, des banquiers, d'agences de com et des technocrates est une illusion démocratique pour les Peuples. Elle n'est pas faîtes par le Peuple, pour le Peuple, au nom du Peuple. Encore moins pour les pauvres. Cette Europe me sort par les trous de nez...

Ah il est beau le "pacte de compétitivité" quand on met 40% du budget pour l'agriculture et son modèle "truqué" de subventions...Sûr qu'on va réindustrialiser l'Europe et investir dans la Recherche & Développement et récréer des emplois dans une Europe miné par le chômage. Et ça fait 50 ans que ça dure. Même Edgar PISANI lui-même, apôtre de la PAC, du remembrement, des gains de productivité à tout va, a fini par reconnaître qu'il faut changer le système.

Mais tout n’est pas à jeter, puisque cette PAC, de moins son système productiviste a dégagé de très (trop) nombreux excédents dans les années 80. L'Europe des 10 de l'époque a fini par créer en 1987, un Plan d'Aide aux plus Démunis : le PEAD.  Et nombres d’associations caritatives, remplaçant dans la lutte contre l’extrême pauvreté, des Etats incapables, lâches et démissionnaires, bénéficient de cette aide salvatrice pour des millions de « laissés pour compte ». Et bien pour les "crève-la-faim" qui par millions doivent aux ONG et autres associations caritatives d'avoir un repas, l'addition va être salée. Budget en baisse de 500 à 300 millions €. Une HONTE !!! Comment peut-on faire des économies sur la FAIM ??? A moins de vouloir éradiquer non pas la faim et la pauvreté, mais les pauvres eux-mêmes. Pour la Fédération Française des Banques alimentaires, cela représente "25 millions de repas en moins/an". http://www.liberation.fr/societe/2013/02/08/bruxelles-coupe-dans-l-aide-alimentaire-europeenne_880449 . Dans le même temps, depuis 5 ans, c'est + 30% de bénéficiaires de la générosité des Restos du coeur...

Voilà comment on combat la très grande pauvreté en Europe. En même temps, pour les tenants du libéralisme, la pauvreté n'est pas une fatalité, c'est la faute des pauvres... A VOMIR !!! Risquent pas de vomir, les pauvres, ils n’auront plus rien à manger sous peu.

Mais Hollandréou va nous faire le coup du "j'ai sauvegardé l'aide alimentaire". Alors certes, François a donné l’illusoire impression médiatique qu’il allait chercher un accord (et pas au rabais) quitte à se montrer martial comme jadis le très court sur pattes qui l’a précédé à l’Elysée, mais, c’était pour faire oublier sa conception de l’Europe et pour faire aussi bien que le petit leader du « Parti impérial ». Certes, il avait en face de lui une meute de chefs d’Etat droitier poursuivis par les agences de notations et autres financiers. Tous  prêts à mordre et qui n’ont eu de cesse d’exiger une baisse draconienne du budget, mais cette Europe dans laquelle les grandes décisions doivent se prendre à l’unanimité, c’est autant celle des libéraux de touts bords que celle des sociaux-démocrates à la sauce Hollande-Papandréou-Zapatero et consorts…

Quand les financiers sabrent le champagne, c’est les pauvres qu’on affame, qu’on met au régime sec et qui trinquent !!!

C'est tout simplement insupportable.

 

Voilà pour finir sur une note de grandeur et d'espoir, les paroles de la Chanson : Les restos du coeur

Refrain

Aujourd' hui on n' a plus le droit

Ni d' avoir faim ni d' avoir froid

Dépassé le chacun pour soi

Quand je pense à toi je pense à moi

Je te promets pas le grand soir

Mais juste à manger et à boire

Un peu de pain et de chaleur

Dans les restos les restos du coeur

Aujourd' hui on n' a plus le droit

Ni d' avoir faim ni d' avoir froid

I

Moi je file un rancard

A ceux qui n' ont plus rien

Sans idéologie discours ou baratin

On vous promettra pas

Les toujours du grand soir

Mais juste pour l' hiver

A manger et à boire

A tous les recalés de l' âge et du chômage

Les privés du gâteau les exclus du partage

Si nous pensons à vous c' est en fait égoïste

Demain nos noms peut-être grossiront la liste

II

Autrefois on gardait toujours une place à table

Une chaise, une soupe, un coin dans l' étable

Aujourd' hui nos paupières et nos portes sont closes

Les autres sont toujours, toujours en overdose

J' ai pas mauvaise conscience, ça m' empêche pas d' dormir

Mais pour tout dire ça gâche un peu l' goût d' mes plaisirs

C' est pas vraiment ma faute si y' en a qui ont faim

Mais ça le deviendrait si on n' y change rien

III

J' ai pas de solution pour te changer la vie

Mais si je peux t' aider quelques heures allons-y

Y' a bien d' autres misères trop pour un inventaire

 

 

 

SOURCE / MEDIAPART

Publié dans actualités

Commenter cet article