Faucheurs volontaires : après une lourde condamnation, le soutien financier est indispensable

Publié le par dan29000

faucheurs.jpgLes Faucheurs volontaires lourdement sanctionnés

 



La Cour d'appel de Poitiers a condamné, le 16 février dernier, huit Faucheurs volontaires d'OGM à de très lourds dommages et intérêts au bénéfice de la firme Monsanto et de l'entrepreneur qui avait réalisé un essai de culture, la société IDE Maïs : la note s'élève aujourd'hui à 175.472 euros, soit une des plus sévères condamnations jamais prononcée à l'encontre du mouvement. Trois des Faucheurs volontaires poursuivis, José Bové, François Dufour et Dominique Delort, sont en outre condamnés à plusieurs dizaines de jours-amendes, pour un total de 2.400 €.

La société IDE Maïs réclame aujourd'hui sa part. Elle a exigé 35.000 € de dommages et intérêt, par huissier auprès de François Dufour, faucheur volontaire, ancien porte-parole de la Confédération paysanne et actuel vice-président ((EELV) de l'agriculture au Conseil régional de Basse-Normandie.

Le 15 août 2008, une centaine de Faucheurs volontaires avaient neutralisé à Civaux et à Valdivienne (région Poitou-Charentes) deux parcelles de MON810 x NK603, qui avait été interdit par le gouvernement début 2008. Le Conseil d'Etat avait déclaré les parcelles fauchées illégales en octobre de la même année, soit plus de deux ans après le recours déposé pour faire interdire cette culture. L'action des Faucheurs volontaires relevait donc de l'état de nécessité et ils avaient été relaxés en première instance.


En ne prenant pas en compte cette réalité, la Cour d'appel de Poitiers s'est rangée délibérément du côté de Monsanto et des pollueurs.


Pour que les frais de justice ne soient pas un frein à l'action des Faucheurs volontaire, la solidarité doit s'organiser : envoyez vos dons à l'association Sans Gène (*). Créée en 2007 pour organiser la solidarité autour des militants anti-OGM condamnés, Sans Gêne est parrainée par EELV, ATTAC et la Confédération paysanne. Elle est habilitée à éditer des reçus fiscaux.



(*)10 bis rue du colonel Driant, 31400 Toulouse.


 

SOURCE / LARZAC.ORG

Publié dans environnement

Commenter cet article