Femmes poètes du monde arabe, anthologie de Maram al-Masri, Le temps des cerises éditeurs

Publié le par dan29000

 

femmes-poetes.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

  Si je vous dis, poésie arabe contemporaine, peut-être allez vous penser Mahmoud Darwich, Adonis ou Khalil Gibran... Et pourtant il existe une poésie arabe au féminin même si elle est moins connue. Cette anthologie traduite et présentée par Maram al-Masri réussit, avec brio, à combler cette lacune.

 

  La poétesse syrienne déjà auteure d'un recueil sur les violences faites aux femmes intitulé "Les Âmes aux pieds nus" nous offre ici un magnifique recueil des multiples voix de cette poésie arabe féminine que nous ne connaissions pas vraiment. Née en Syrie et vivant en France depuis 1982, elle a déjà publié une dizaine de recueils de poésie, et nous ne pouvons qu'être en accord quand elle souligne l'importance d'internet dans l'émergence de cette poésie féminine arabe contemporaine. Comme cela fut d'ailleurs le cas dans la chute de plusieurs dictatures dans cette partie du monde.

 

  Au fil des pages, au fil des poèmes, au fil des pays, de la Palestine à l'Irak, l'on s'aperçoit que les thèmes vont bien au-delà de ceux habituellement traités, comme l'amour, la nature, ou la maternité, mais qu'il s'agit aussi de modernité, d'engagement, d'égalité avec les hommes par exemple, de guerre, de cessez-le-feu, de la modernité d'une ville...Et d'ailleurs la forme suit en étant particulièrement libre au niveau du vers, ce qui n'est pas pour déplaire au lecteur.

 

  Depuis deux ans nous avons pu constater la place des femmes dans le processus révolutionnaire du printemps arabe. Le combat contre les interdits, qu'ils soient religieux ou bien sociaux, est une composante de ce mouvement de libération qui passe aussi par la littérature.

 

  Difficile de ne pas se laisser emporter par ce voyage érudit et sensible, de pays en pays, passant de la douleur à la joie, de la mélancolie à l'espoir. Avec néanmoins une grande frustration de n'avoir pas le moindre renseignement sur toutes ces auteures qui se succèdent, pas même deux lignes pour les situer autrement que par leur pays.

 

  De manière arbitraire, nous retiendrons parmi toutes, une de ces belles voix qui murmurent ou parfois crient au plus profond de notre cœur, celle de la Tunisienne Mounia Boulila, "Le poète est vivant", écrit en 2008 en hommage au regretté Mahmoud Darwich.

 

  Lisez ce livre, et offrez le aussi, il donne non seulement de beaux moments de lecture et de réflexion, mais il ouvre aussi des portes sur l'actualité des profonds changements dans le monde arabe.


 

Dan29000

 

 

 

Femmes poètes du monde arabe

Anthologie

Maram al-Masri

Collection poésie poche

Le temps des cerises éditeurs

2012 / 260 p / 16 euros

 

 

Voir le site de l'éditeur

 

====================================

Extrait : page 175

 

Mounia Boulila, Tunisie,

Le poète est vivant !

 

(Hommage à Mahmoud Darwich, le 9 août 2008)

 

Il est parti, le poète des aurores

des soleils qui refusent

les couchers sur la rive de l'éternité

Il est parti, le poète du pain nu

du lait maternel

qui irrigue les terres ardues.

 

 

Il a disparu dans la nuit

Comme une étoile filante

Il a disparu dans la mélodie

Comme un long soupir

Il a disparu dans les prunelles

Comme une larme précieuse

Il a disparu dans le sommeil

Comme un rêve d'enfant

Il a disparu dans le ciel

Comme un éclair d'orage

Il a disparu dans le silence

Qui, depuis, chante sa présence !

 

...


Publié dans lectures

Commenter cet article