Fermeture éclair, un roman de Carl Aderhold, chez JC Lattès

Publié le par dan29000

 

 

fermeture-eclair-carl-aderhold-9782709636261.gif 

 

 

 

 

 

 

 

  Il est des moments dans nos vies où les catastrophes semblent se succéder les unes aux autres, sans qu'une fin prévisible puisse se faire jour. C'est le cas de Laurent, personnage principal de ce troisième roman de Carl Aderbold, après le succès de "Mort aux cons" et des "Poissons ne connaissent pas l'adultère". Laurent est ouvrier depuis de longues années dans une usine fabriquant des pots catalytiques, la Contilis, un nom qui sans doute vous rappellera quelques souvenirs d'une lutte ouvrière récente, d'ailleurs pas encore achevée. Laurent va être licencié, la boite en question se délocalisant en République tchèque. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, son couple vacille et sa femme veut prendre du recul et se délocalise également, avec leur fils.


  Dur !


  Carl Aderhold, originaire de l'Aveyron est fils de comédiens. Après des études d'histoire et une spécialisation dans la littérature du XVIIIe siècle, il est aujourd'hui directeur éditorial chez Larousse. Il nous propose ici un roman social bien ancré dans notre époque où parfois un malheur peut accoucher d'une victoire. Pourtant au départ Laurent n'a strictement rien d'un héros. Comme bien d'autres, il aurait pu sombrer face à la double violence de la perte de son emploi et de l'amour de sa vie. Une vie devenue en quelques jours bien précaire, une vie de chômeur de longue durée, de stages bidons et de solitude affective.

 

  Mais Laurent va devenir un résistant.

 

  Une résistance imprévue quand il va saisir une opportunité proposée par le Conseil régional. Participer avec ses collègues à une Coupe du monde de football des sans-emploi.

 

  Tout un programme.

 

  Fermeture éclair, est un roman qui se situe clairement du côté de l'humain, un roman dans cette époque de patrons voyous, d'ouvriers jetés comme des kleenex afin de satisfaire les actionnaires. Mais un roman qui illustre aussi que les situations les pires ne sont jamais sans espoir. Que la résistance, collective et individuelle, est possible. Que la vie est souvent terrible, mais que chacun peut encore prendre sa revanche, rien n'étant inéluctable.

 

  En plus toute l'histoire de Laurent et de ses potes n'est pas dénuée d'humour, une qualité indispensable à un roman social, évitant ainsi toute tendance misérabiliste. Un roman de résistance...

 

 

Dan29000

 

 

 

Fermeture éclair

Carl Adherhold

Editions JC Lattès

2012 / 336 p / 18,50 euros


 

Voir le site de l'éditeur

 

 

=============================

 

EXTRAIT :

 

Le bras du robot s’abaissa devant lui. Des flammèches volèrent. La machine souda les deux pièces en acier inoxydable du compresseur.
Le bras se retira. Laurent s’avança, plaqua l’embout de la visseuse électrique sur l’écrou de droite, mit le contact, puis réitéra l’opération
sur l’écrou de gauche. Trois pas en arrière. Il appuya sur le bouton du boîtier de contrôle. Cela faisait près de quinze ans qu’il fabriquait des pots catalytiques à la Contilis, l’usine la plus importante de la région d’Alençon depuis la fermeture de Moulinex. La grande horloge accrochée au- dessus de la porte des ateliers indiquait 13 h 40. Dans vingt minutes, il aurait fi ni sa journée. En rentrant chez lui, il passerait
prendre le sapin commandé par Sylvie. Dans dix jours c’était Noël. Le tapis roulant se remit en marche, emporta le compresseur quelques mètres plus loin, devant Blaise, qui vissait les deux écrous arrière et la bague de serrage.

Publié dans lectures

Commenter cet article