Fessenheim : un appel de syndicalistes pour l'arrêt immédiat de la centrale

Publié le par dan29000

Nucléaire Des syndicalistes pour un débat sur l’avenir de Fessenheim

par Alvezio Buonasorte

Des militants antinucléaires et responsables syndicaux de longue date souhaitent ouvrir le débat sur l’avenir de la centrale alsacienne.

 


« À titre personnel et en dehors des structures syndicales, nous prenons position en tant que militants antinucléaires mais aussi comme responsables syndicaux de longue date. Nous souhaitons que s’ouvre le débat sur l’avenir de la centrale de Fessenheim », expliquent les porte-parole de 47 leaders syndicaux. Ces derniers, issus de la CFDT, la CGT, FSU, Solidaires Éducation nationale, de la métallurgie, de La Poste, du Trésor…, sont signataires d’un appel pour l’arrêt immédiat et définitif de la centrale nucléaire alsacienne.

« Arrêter la folie »

« Nous nous préoccupons de l’emploi, mais nous sommes aussi soucieux du danger que représente Fessenheim pour les salariés qui y travaillent et pour la population », souligne Rémi Verdet (FSU et Stop Transports-Halte au nucléaire). Son collègue Tonio Gomez (CGT et Stop Transports-Halte au nucléaire) renchérit : « Il faut arrêter la folie de la poursuite de l’exploitation de cette centrale à bout de course. » Pour ces deux syndicalistes, il est faux de prétendre que la fermeture aura immédiatement des impacts sociaux : « L’arrêt de la centrale peut se faire sans casse sociale : une centrale ne s’arrête pas du jour au lendemain et ensuite, il faudra la démanteler, et nous souhaitons que Fessenheim serve de laboratoire parce qu’aucune centrale en France n’a encore été démantelée… »

Ils regrettent qu’on n’entende « dans ce débat que les collègues de la CGT d’EDF qui ont ouvert les bras à Nicolas Sarkozy, ont fait des manifestations, ont ouvert un site internet pour les soutenir » et qui « défendent leur emploi à court terme », alors qu’il s’agit, toujours selon ces militants antinucléaires, « de prendre position dans un projet de société ».


le 05/04/2012 à 05:00 par Alvezio Buonasorte

 

Source : L'Alsace.fr

Publié dans environnement

Commenter cet article