FFF et Laurent Blanc : les menteurs pris la main dans le quota !

Publié le par dan29000

 

Source : MEDIAPART

 

 

François Blaquart pose ainsi les bases du débat: «L'INF, c'est une belle histoire qui n'a pas eu l'évolution souhaitée en termes d'approche des populations. Parce qu'on a des populations complètement différentes.»Très vite, la discussion s'élargit à l'ensemble de la politique de formation et de recrutement des joueurs dès l'âge de 12 ans. Mediapart est aujourd'hui en mesure de lever le voile sur le détail des débats qui ont agité ce jour-là le huis clos de la DTN, faisant des démentis d'aujourd'hui les mensonges de demain. En voici ci-dessous un compte-rendu détaillé.

 


Réunion du 8 novembre 2010, le verbatim.


Erick Mombaerts, sélectionneur de l'équipe de France Espoirs:François (Blaquard, NDLR), ça mérite quand même qu'on débatte, ne serait-ce que trois minutes. Tu as évoqué les statistiques sur les derniers résultats de l'Institut national du football (à Clairefontaine, NDLR): 4 internationaux A français (sélectionnés en équipe de France, NDLR), 26 internationaux étrangers. 20 ou 26....

Laurent Blanc, sélectionneur de l'équipe de France. Ça, ça me choque.

Erick Mombaerts: Ça nous choque.

Laurent Blanc: Plus qu'autre chose.

Erick Mombaerts: Est-ce qu'on s'attelle au problème et on limite l'entrée du nombre de gamins qui peuvent changer de nationalité? Oui? Non? Donc, auquel cas, on est obligé de le faire sous le coude. C'est-à-dire on est obligé de le faire... Mais est-ce qu'il faut le faire. Je pense que tout le monde doit être concerné, là.

Laurent, qu'est-ce que t'en penses ?

 

MM. Blanc et Duchaussoy© FFF

Laurent Blanc: Moi j'y suis tout à fait favorable. Sincèrement, ça me dérange beaucoup. Ce qui se passe dans le football actuellement, ça me dérange beaucoup.

A mon avis, il faut essayer de l'éradiquer. Et ça n'a aucune connotation raciste ou quoi que ce soit. Quand les gens portent les maillots de l'équipe nationale des 16 ans, 17 ans, 18 ans, 19 ans, 20 ans, Espoirs, et qu'après ils vont aller jouer dans des équipes nord-africaines ou africaines, ça me dérange énormément. Ça, il faut quand même le limiter. Je dis pas qu'on va l'éradiquer mais le limiter dans ces pôles-là...

Erick Mombaerts: Donc il faut 30% ? Un tiers de gamins qui peuvent changer (de nationalité, NDLR)?

François Blaquart, le directeur technique national: Même pas.

Erick Mombaerts: Même pas ?

François Blaquart: Même pas.

Le directeur technique national se dit non seulement favorable à l'instauration d'un quota, mais lâche qu'il a d'ores et déjà passé la consigne à «Gérard». Comprendre: Gérard Prêcheur, l'actuel directeur de l'Institut national du football, le principal pôle de formation de jeunes joueurs de la fédération, à Clairefontaine.

François Blaquart: Faut faire un projet. Moi, j'ai dit à Gérard qu'on allait se voir pour le concours et qu'on limite. Qu'on soit beaucoup plus pertinent dans l'approche, y compris l'évaluation sur l'état d'esprit et ainsi de suite. Je dirais qu'on a des moyens pour le faire. Avec des 12 ans, on s'est aperçu que c'était plus difficile qu'avec des 15... Surtout, qu'on se donne quelques garanties! L'idéal effectivement, c'est de dire, mais pas officiellement: de toute façon on ne prend pas plus de tant de gamins qui sont susceptibles de changer (de nationalité, NDLR) à terme.

 

Réunion DTN, 8 novembre 2010© FFF

Laurent Blanc: Ou alors tu les fais passer par des critères différents de sélection. Il n'y a qu'à voir les centres de formation. Même le pôle Paris. Tu vois toujours les mêmes gens parce qu'ils répondent toujours aux mêmes critères de sélection.

François Blaquart: On peut baliser, en non-dit, sur une espèce de quota. Mais il ne faut pas que ce soit dit. Ça reste vraiment que de l'action propre. Bon voilà, on fait attention. On a les listes, à un moment donné...

Erick Mombaerts: Il faut qu'on s'attaque au problème, quand même !

Laurent Blanc: Moi c'est pas les gens de couleur qui me posent un problème. C'est pas les gens de couleur, c'est pas les gens nord-africains. Moi j'ai aucun problème avec eux. Mais le problème, c'est que ces gens-là doivent se déterminer et essayer qu'on les aide à se déterminer. S'il n'y a que des – et je parle crûment – que des blacks dans les pôles (de jeunes, NDLR) et que ces blacks-là se sentent français et veulent jouer en équipe de France, cela me va très bien.

Erick Mombaerts: Mais ça, on ne peut pas savoir à 13 ans, quand ils rentrent dans nos structures. On ne peut pas savoir. Ils vont te dire qu'ils se sentent français.

Laurent Blanc: Tu peux les aider à s'identifier...

François Blaquart: Il faut identifier. Parce que bon, c'est pas la couleur qui fait... Il y a des gens qui sont, de toutes façons et fondamentalement, de souche française.

Laurent Blanc: Mais bien sûr. Aussi français que toi et moi.

François Blaquart: Et puis la deuxième chose, je rejoins ce que dit Laurent: sur l'état d'esprit, il faut effectivement gratter un peu...

Erick Mombaerts: Oui, enfin ça va pas être simple. Je crois qu'il vaut mieux s'auto-limiter. Il y a bien des clubs comme Lyon (l'Olympique lyonnais, NDLR) qui le font dans leur centre de formation. Ils le font systématiquement. J'étais à Marseille là. Et Henri Stambouli (le patron du centre de formation de l'OM, NDLR) le met en place sur Marseille. Pareil, ils vont limiter le nombre. Voilà. Les clubs, ça y est, ils sont en train de réfléchir. Et ils vont le mettre en place aussi. Ils le supportent plus.

« C'est discriminatoire »

S'ensuit un vif échange entre Laurent Blanc et Francis Smerecki, sélectionneur des moins de 20 ans, d'origine polonaise, qui dénonce une politique discriminatoire.

Francis Smerecki: J'entends bien, mais si on enlève tous ces gens-là?! Si le mec a envie d'être international, c'est quand même normal qu'il aille vers un pays où il va pouvoir jouer. Je pense que c'est humain quand même. T'as été joueur de très haut niveau, Laurent. Si tu n'avais pas pu jouer en équipe de France...

 

© Reuters

Laurent Blanc: J'aurais pas demandé à jouer ailleurs. C'est aussi simple que ça.

Francis Smerecki: Non mais y en a. Et on peut reconnaître que c'est humain de vouloir jouer.

Laurent Blanc: Je le reconnais. Mais il ne faut pas que ce soit tous les joueurs qui puissent faire ça. Parce que tous les blacks, si tu enlèves les Antillais, ils ont des origines africaines. Donc, africaines, ils vont pouvoir aller dans une équipe africaine.

Francis Smerecki: Les Polonais, quand on est arrivé, on était blanc, et puis la France a eu cette influence polonaise. Et puis ça nous a quand même servis.

Aujourd'hui, les règlements ont évolué. Les blacks aujourd'hui, parce que ça a été l'Afrique, et on est fautifs quand même parce qu'on a été les chercher quelque part par wagons entiers. Et aujourd'hui, on voudrait s'en séparer?

Laurent Blanc: J'ai pas dit s'en séparer.

Francis Smerecki: Ben si, quelque part, puisque certains avancent le nombre de 30%. C'est qu'on veut s'en séparer, d'une manière ou d'une autre. Il faut être concret. Le deuxième point, c'est que si tous ces gens-là, blacks ou beurs, ou autres, on les enlève, est-ce qu'il va nous rester une division?

Erick Mombaerts: On ne veut pas les enlever! Les clubs pros, ils peuvent les prendre. Ils se répartissent! Là on parle des structures fédérales.

Nous on travaille pour le football français, on ne travaille pas pour les sélections étrangères.

Francis Smerecki: Et en même temps que tu travailles pour le football français, tu travailles pour l'équipe de France et aussi pour les clubs. Le football français, c'est pas que l'équipe de France ! Mais aujourd'hui, ceux-là, si on les enlève... je sais pas si on a une division.

Laurent Blanc: Tu retournes l'argument !

Erick Mombaerts: Mais on veut pas les enlever. Ils vont dans les sections sportives élites (en milieu scolaire, NDLR).

Francis Smerecki: Je ne retourne pas l'argument. Je dis: première chose, c'est discriminatoire. Et si on enlève la totalité des gens qui peuvent choisir, pour une autre sélection (étrangère, NDLR) éventuellement, je ne sais pas si on a une division. Parce que quelque part, même s'ils vont jouer dans un autre pays, il y a des clubs de Ligue 2 qui vivent avec ces joueurs-là.

Cette partie de la conversation s'achève quand un des participants, gêné, rappelle qu'il y a «300 joueurs français» formés dans l'Hexagone qui jouent dans des clubs étrangers. Puis Laurent Blanc revient, insistant, sur les critères de selection des jeunes.

« Le jeu, c'est l'intelligence. Donc c'est d'autres types de joueurs »

Laurent Blanc: Là, on parle d'enfants de 12 ans, 13 ans ou 14 ans.

Francis Smerecki: Tu peux pas dire à des gens de troisième génération, qui sont nés sur notre sol... Un gamin qui va jouer, je sais pas, pour la Libye ou pour la Guinée, s'il a le choix, si tu le prends (en équipe de France, NDLR), il va aller avec toi, Laurent. Il ne va pas aller là-bas.

 

E. Mombaerts

Erick Mombaerts: S'il te plaît. Moi je vais prendre le problème à l'envers. Quand on parle des structures, c'est aussi la place qu'ils prennent. Moi ce qui m'intéresse c'est que le jeune qui va jouer pour l'équipe de France puisse être en équipe de France de jeunes.

Francis Smerecki: Ecoute, moi, ce qui me gêne sur le fond, c'est (qu'il y a) celui qui a la possibilité d'être français-français et d'aller avec Laurent, et celui, parce qu'il n'a pas assez d'aptitudes et de talent pour aller avec Laurent et qui va aller dans un autre pays, et c'est celui-là que vous voudriez éliminer. C'est impossible.

François Blaquart: C'est pas forcément l'éliminer.

Francis Smerecki: Le limiter ? Ça veut dire que vous allez garder lesquels?  Les blancs ? Les moins bons ?

Erick Mombaerts: Ça ne te choque pas que l'INF (Institut de Clairefontaine) ait sorti quatre internationaux français et 26 internationaux étrangers? Est-ce qu'on peut pas basculer un petit peu. Basculer.

Francis Smerecki: Attends, vous allez pas prendre “Dédé” pour plus con qu'il l'est. Les bons jeunes blancs, s'il avait eu un jeune talentueux blancs, il aurait pris, non ? 

Un participant rétorque qu'il n'est «pas sûr que les blancs aient leur chance». 

Près d'une heure plus tard, le sélectionneur des Bleus reprend la parole pour relancer le débat sur ces thèmes. 

Laurent Blanc: On veut pas éliminer les étrangers, pas du tout, mais faire en sorte que les pôles Espoirs ou les pôles de la DTN testent sur des critères mieux définis pour pouvoir attirer d'autres personnes, parce que si on a toujours les mêmes critères, y aura toujours les mêmes personnes.

Et plus ça va, plus ça va être encore davantage. Parce que je suis sur les terrains tous les samedis, je vois quelques centres de formation: on a l'impression qu'on forme vraiment le même prototype de joueurs: grands, costauds, puissants. Grands, costauds, puissants. Grands, costauds, puissants. Grands, costauds, puissants. Qu'est-ce qu'il y a actuellement comme grands, costauds, puissants? Les blacks. Et c'est comme ça. C'est un fait actuel. Dieu sait que dans les centres de formation, dans les écoles de football, ben y en a beaucoup.

Je crois qu'il faut recentrer, surtout pour des garçons de 13-14 ans, 12-13 ans, avoir d'autres critères, modifiés avec notre propre culture.

Je vais vous citer les Espagnols: ils n'ont pas ces problèmes-là. Ils ont des critères de jeu qui sont très précis, à 12-13 ans.

Erick Mombaerts: C'est ça le projet.

Laurent Blanc: Avec notre culture, notre histoire, etc. Les Espagnols, ils m'ont dit: «Nous, on n'a pas de problème. Nous, des blacks, on n'en a pas.»

Erick Mombaerts: Mais Laurent, le phénomène que tu évoques, c'est tellement ancré chez nous que les petits gabarits blancs qui sont dans les pôles Espoirs, les clubs pro me les laissent sur les bras. Ils ne les prennent pas, n'importe comment, même si c'est des bons joueurs!

Laurent Blanc: Les clubs ils auront toujours leurs critères de sélection. Ça tu pourras pas... Même si en formant des éducateurs, tu vas pouvoir peut-être à la longue changer un petit peu les choses, ou influencer un peu. Mais c'est surtout dans les pôles qu'il faut avoir ces critères-là.

Un participant sort de ses gonds et rappelle qu'un bon joueur est efficace quelle que soit sa couleur de peau, rouge ou blanche, sa taille, grande ou petite.

Laurent Blanc: Oui, mais en ce moment tu n'as pas le choix puisque tu as toujours le même stéréotype de joueurs, tu exagères. Je vois les centres de formation, je les vois de Bordeaux, des cités, et tu as toujours le même stéréotype de joueurs, je suis désolé! Tu vas aller au centre de formation de Bordeaux, tu vas prendre les joueurs, mais des petits bons joueurs, tu n'en auras pas. Donc il faut inciter.

Erick Mombaerts: Est-ce qu'on peut essayer de proposer avant la fin de l'année un projet, quelque chose de différent, bon pas fondamentalement différent, mais qui va être force de projet. Dire: voilà on va s'attaquer à ça. Bon, on a compris aussi qu'on a besoin d'ouverture, de proposer quelque chose et qu'on peut s'attaquer à quelques croyances bien établies, notamment le jeu, hein, le jeu, au détriment peut-être de l'individu. Mais le jeu, forcément, ça va être d'intégrer d'autres types de joueurs. Parce que le jeu, c'est l'intelligence, donc c'est d'autres types de joueurs. Donc tout est lié, tout est lié !

Publié dans actualités

Commenter cet article

Keruzien 01/05/2011 11:29



Qu'ils profitent de leur double nationalité ces jeunes, ils ont bien raison. J'allais écrire, si la formation dans les clubs français peut aider du développement du foot en Afrique, tant mieux.
Quand on voit ce qu'est le foot en France, pas sûre que ce soit tant mieux !


A quand la suppression des nationalités ?



dan29000 01/05/2011 11:55



Pas mieux !



Mitsuko 01/05/2011 09:34



Bonjour Dan,


Je ne suis pas du tout  fan de foot mais les propos tenus (ou pas ...) sont inadmissibles pour des dirigeants comme eux ...


Comment leur faire confiance alors qu'ils mentent et surtout qu'ils ont quand même été un tantinet xénophobes et je pèse mes mots ...


Tout simplement lamentable et pas crédible du tout ...


Bon dimanche à toi, Dan. A bientôt. Bises. 


Mitsuko 



dan29000 01/05/2011 09:49



On ne peut douter des révélations de MEDIAPART et lors de la conf de  presse de vendredi leurs dénégations sonnaient faux, une direction de la FFF a l'image des pouvoirs actuels, menteuse,
tricheuse et xénophobe, le directeur de la DTN vient d'être suspendu, en attendant j'espère mieux...Affligeant, mais hélas bien dans l'air vicié du temps, avec les mêmes idées sur le service
public de télévision (france 2 avec Zemmour) et sur la radio publique (France culture avec Finkielkraut qui fut le premier à dire tout haut de telles choses sur les jours de foot)...!