Finistère : projet de centrale à gaz et ligne THT de la honte...

Publié le par dan29000

 

 

 

 

Nord Finistère : la centrale et la ligne THT de la honte 


Le président du Conseil régional et le Préfet de région viennent d’annoncer un projet de centrale à cycle combiné à gaz de 450 MW dans le nord Finistère et une ligne THT de 225 000 V entre Lorient et Saint-Brieuc.

Réaction commune du CURC22, de Sortir du nucléaire Cornouaille et d’AE2D

 

 



HONTE à ceux qui acceptent en Finistère un projet dont l’absurdité a été démontrée en Côtes d’Armor.
HONTE à ceux qui se voilent la face sur l’effet de serre et les dérèglements climatiques qui s’accélèrent : une centrale de 232 MW à Ploufragan c’était déjà plus de gaz à effet de serre que l’ensemble des établissements bretons soumis à déclaration, alors que dire de 450 MW !


ADIEU les programmes volontaristes et ambitieux de sobriété et d’efficacité énergétique, bonjour les plans climats-énergie « bidon » et la consommation à tout va : RTE (Réseau de transport d’électricité) tirait la sonnette d’alarme sur 60 à 300 heures de pointes de consommation hivernales et on voudrait faire fonctionner une centrale 5 mois par an minimum (en semi-base) !
ADIEU le développement véritable des énergies renouvelables de nos territoires. Avec un gros point d’injection d’électricité et une nouvelle ligne THT, on prolongerait la logique du réseau centralisé hérité du nucléaire. On tournerait résolument le dos à la mise en place d’un nouveau type de réseau sectorisé et maillé, indispensable à la collecte locale des points d’émission diffus (éolien, photovoltaïque, etc.) et nécessaire à la gestion intelligente de nos consommations.
HONTE à ces industriels qui confondent d’une part, les coupures et micro-coupures actuelles dues au manque d’entretien du réseau depuis 10 ans et d’autre part, d’hypothétiques délestages pour manque d’électricité.
HONTE à ces aveugles qui nous proposent un outil qui sera précisément incapable de faire face aux extrêmes pointes hivernales, dans un réseau de gaz congestionné par la multiplication en cours sur le territoire national des centrales au gaz de GdF-Suez, Direct Energie, Poweo etc.
HONTE à M. LE DRIAN qui, délaissant l’intérêt général, adhère sans aucun discernement aux discours des industriels pour aller ensuite imposer ces vues-là aux autres élus bretons.
HONTE à tous ces décideurs, Etat, élus, opérateurs économiques, qui ont la bouche pleine de « développement durable » et posent en même temps des actes qui lui font insulte.
HONTE à ces décideurs qui mettent en place un simulacre de démocratie participative où la présence des associations, dont les propos ont été détournés en juillet, ne sert qu’à cautionner des choix faits d’avance.
HONTE à BMO (Brest métropole océane) si elle venait à accepter l’implantation de cette centrale sur son territoire, alors qu’elle héberge CLIMSAT, organisme de l’ONU destiné à la lutte contre les dérèglements climatiques. Pire, elle renierait sa contribution écrite de 2009 au débat sur l’énergie [1] : « Enjeu : plus de production = plus de consommation : … Ce n’est pas en créant des unités de production que nous maîtriserons la demande. C’est bien en pratiquant doucement mais sûrement une politique auto contraignante et expliquée, puis en développant des stratégies de substitution à la consommation (MdE) que nous y arriverons. » « Enjeu : quels risques ? … chacun est en capacité à comprendre que si l’on ne veut pas augmenter sa facture électrique, on ne commence pas par augmenter la puissance de son compteur.... »
Quant au plan climat de BMO qui doit être acté fin 2010 puis mis en œuvre sur la période 2010-2012, il ne vaudrait plus guère que chiffon de papier ! Après avoir su rejeter Plogoff, allons-nous laisser s’installer le prolongement de la logique nucléaire : gaspillage, dépendance des importations, ressources en voie d’épuisement, centralisation et réseau THT ?
Non M. LE DRIAN, vous ne tournez pas le dos à Plogoff ! 30 ans après vous y revenez : le projet en région brestoise est la béquille du nucléaire qui ne sait pas faire face aux pointes de consommation des millions de chauffages électriques dont ce système nous a accablés, dans le seul but de vendre toujours plus d’électricité aux dindons de la farce que nous sommes.
350 millions d’€ pour une centrale, 250 millions d’€ pour une THT, et autant pour le renforcement du réseau de gaz : pour le plus grand profit de groupes industriels privés, avec la complicité coupable de nombre d’élus. Plutôt que de céder à la tristesse de ces perspectives, nous avons collectivement le devoir de lutter, dans l’esprit de Plogoff, pour que le bon sens l’emporte, en transportant notre combat de Ploufragan en Finistère.


Réaction adressée à :
Mesdames et Messieurs les participants à la conférence bretonne de l’énergie
Mesdames et Messieurs les conseillers régionaux de Bretagne
Mesdames et Messieurs les conseillers généraux du Finistère
Mesdames et Messieurs les maires du Finistère
Messieurs les présidents des communautés de communes du Finistère
Aux médias


CURC 22 – Collectif Urgence Réchauffement Climatique – 22440 PLOUFRAGAN


Site : http://centrale-ploufragan.org


Sortir du nucléaire Cornouaille – 29000 QUIMPER, Site : http://www.sortirdunucleairecornoua...


AE2D – Agir pour un Environnement et un Développement Durables – 29200 BREST
Notes

[1] Contribution Brest métropole océane printemps 2009 (173.58 KB)
 


Publié dans environnement

Commenter cet article