Finistère, toujours plus d'algues vertes : la facture trop lourde pour Kerlaz

Publié le par dan29000

 

Algues vertes. La facture est trop lourde pour Kerlaz (29)

Kerlaz (29), sa plage magnifique et... ses algues vertes. Le coût engendré par leur ramassage est tel qu'il asphyxie déjà le budget tout juste voté de cette commune de 800 habitants.


Une grande et belle plage, c'est un atout touristique de taille pour une petite commune. Mais quand elle est définitivement désertée pour cause de marées vertes récurrentes, c'est la double peine. Les touristes ont fui et il faut payer le nettoyage, toujours à refaire. Vendredi soir, cette question a occupé une large part de la séance du conseil municipal de Kerlaz, petite commune littorale de la baie deDouarnenez. «Cette année, les échouages connaissent une ampleur sans précédent tant par leur fréquence que par les volumes constatés», exposait, à ses conseillers, le maire, Michel Kervoalen. Un phénomène plus précoce que les années précédentes qui affecte fortement les finances de la commune, alors même que la «saison» des marées vertes ne fait que commencer. «À ce jour, le crédit de13.500€ affecté au ramassage est quasiment consommé», poursuivait le maire, estimant «injuste que370 foyers fiscaux soient seuls à assumer les conséquences de ces échouages, alors que tout le monde s'accorde à reconnaître qu'il y a un problème environnemental imputable à tous et depuis plusieurs générations».



Les caisses bientôt vides



«Il est urgent que nous soyons aidés car dès la semaine prochaine, nous aurons probablement épuisé ce crédit», s'alarmait Michel Kervoalen qui, après avoir alerté le préfet du Finistère dès jeudi des difficultés de trésorerie engendrées par la situation, va solliciter le versement de subventions de l'État, de la Région et de toute autre structure susceptible d'aider la commune. Hier, des algues vertes se sont de nouveau échouées sur la vaste plage de Treizmalaouen. «Les vents et les courants apportent sur les plages de Kerlaz toutes les algues vertes de la baie de Douarnenez», se désolait le maire, tout en étudiant une solution alternative d'épandage de ces algues fraîches, histoire de limiter les coûts de transport vers la station de compostage et d'éviter la saturation trop rapide de celle-ci. Rappelons que les algues vertes sont considérées par l'administration comme des déchets. De ce fait, si pour leur traitement, elles relèvent des communautés de communes, leur ramassage, lui, incombe aux communes.

  • Florence Crom

2 réactions

  • Jacobin75
    Pollueurs= payeurs !
    Qu'il adresse donc la facture à la FNSEA , grande promotrice de l'élevage intensif... ils pourront bien consacrer une infime partie des subventiosn qu'ils recoivent tous les mois, pour cette opération de nettoyage....
    Ajouté le 22 mai 2011 à 08h22
  • CHA29BZH
    et les bouteilles en plastique en montagne...
    Le département devrait aussi participer au nettoyage des montagnes françaises ???
    Nous participons déjà aux stations d'épuration...
    Que ceux qui polluent plus payent également plus...
    Ajouté le 22 mai 2011 à 08h19

 

Source : LE TELEGRAMME

Publié dans environnement

Commenter cet article

Mitsuko 26/05/2011 10:34



Bonjour Dan,


Il est urgent que l'état se mette en marche pour gérer ce problème de "toujours plus d'algues vertes " ... 


Il serait peut-être temps de s'y intéresser vraiment ...


Bon jeudi à toi. Bisous.


Mitsuko


 



dan29000 26/05/2011 13:07



A vrai dire, l'Etat ne fait pas grand chose, sinon brasser du vent, il reste sous l'influence des lobbyes agricoles et éleveurs bretons, style FNSEA, qui de plus tiennent certaines mairies,
etc...