Fondation Copernic : répression et discriminations syndicales

Publié le par dan29000

Fondation Copernic : Répression et discriminations syndicales

Editions Syllepse, Paris 2011, 110 pages, 7 euros

 

 

 

 

 

Bien que légitimé par le droit, le fait syndical est remis en cause dans les pratiques et dévalorisé dans les discours

 

 

 


« Faut-il rappeler que la relation salariés-employeur est fondamentalement favorable à ce dernier ? Face à cette dissymétrie de la relation contractuelle, l'expression d'intérêts antagoniques et la défense des droits des salariés passent par l'action syndicale. Peut-on tolérer qu'une institution aussi importante que l'entreprise reste un lieu de non-droit, que la démocratie s’arrête à ses portes au motif qu'il s'agit d'un lieu privé, que toute forme de contre-pouvoir à la toute puissance de l'employeur y soit interdite ? Le droit syndical est au cœur de du droit du travail, dont il est à la fois une émanation et un garant. Il est aussi un élément essentiel d 'analyse critique des évolutions du travail. »

Les auteur-e-s vont aborder successivement « Représentation syndicale : un état des lieux », « La liberté syndicale : un droit à conquérir », « Le droit de résister mis en cause », « Les moyens de luttes contre les discriminations et la répression », « Cas emblématiques de discriminations syndicales » et termineront l'ouvrage par « Quelles propositions ».

Ce petit livre permet donc de faire un état des lieux. Inscrit dans la Constitution, le droit syndical reste à concrétiser, à conquérir en permanence. Le patronat tolère au mieux mais n'accepte pas réellement l'organisation collective des salarié-e-s et leurs résistances.

Le syndicalisme est objectivement un instrument de contestation de leur pouvoir, une incursion dans leur gestion et dans la propriété privé.

 

Le syndicalisme n'est pas toujours/souvent à la hauteur des espérances des salarié-e-s, en particulier par sa culture de division. Les distances créées par la professionnalisation, les phénomènes de bureaucratisation ou d’institutionnalisation participent à la désaffection des adhérent-e-s, qui cependant votent majoritairement pour les organisations syndicales dans les élections professionnelles. Il ne faudrait cependant oublier le cadre général organisé pour diviser les salarié-e-s. Sans oublier les discriminations, les menaces, les licenciements,etc... Pour celles et ceux qui douteraient des réalités, j'invite à lire le chapitre 5 « Cas emblématiques de discrimination et de répression syndicales »

La répression syndicale est un fait politique qui entrave les possibilités d'organisation et de défense des salarié-e-s. Aussi « il nous paraît primordial que puisse se construire un mouvement unitaire de refus de l'arbitraire patronal, que s'instaure un débat entre toutes les forces militantes et plus largement dans l'ensemble de la société, sur les moyens de faire respecter le droit syndical. »

 

Fondation Copernic : Répression et discriminations syndicales

Editions Syllepse, Paris 2011, 110 pages, 7 euros

 

Didier Epsztajn

http://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/

 

Publié dans lectures

Commenter cet article

Mitsuko 12/01/2012 17:59


Fondation Copernic : Répression et discriminations syndicales.


Bien que légitimé par le droit, le fait syndical est remis en cause dans les pratiques et dévalorisé dans les discours ...


Je vais aller acheter ce petit livre qui m'a sûrement m'intéresser sur beaucoup de choses ...


Merci d'en avoir parler, c'est important ...