Food inc, film choc sur la mal-bouffe

Publié le par dan29000

tn-food-inc-19004-1680788870.jpgFOOD INC. qui prend place dans une déjà longue série de film sur la mal-bouffe, décortique les méandres d’une industrie alimentaire qui  dévaste chaque jour notre environnement et notre santé. Des immenses champs de maïs aux rayons des supermarchés, en passant par des abattoirs insalubres, un journaliste enquête pour savoir comment est fabriqué ce que nous mettons dans nos assiettes. Derrière les étiquettes pastorales de « produits fermiers », il découvre avec beaucoup de difficulté le tableau  peu bucolique que les lobbys agro-alimntaires tentent de cacher : conditions d’élevage et d’abattage du bétail immondes, collusion entre les industriels et les institutions de régulation, absence de considérations environnementales, scandales sanitaires à répétition…
Éleveurs désespérés, experts indépendants (comme Eric Schlosser, l’auteur de FAST FOOD NATION), entrepreneurs intègres et défenseurs du droit des consommateurs esquissent, chacun à leur manière, le portrait d’une industrie qui sacrifie la qualité des produits et la santé de ses clients sur l’autel du rendement.
Certes parfois les images nous font penser à WE FEED THE WORLD, mais on peut trouver que tous ces films sont en définitive complémentaires. Si vous êtes amateur de viande vous en ressortirez sans doute végétarien, ce qui serait une bonne chose, pour la planète (voir les brèves ci-contre, et pour votre organisme). Le productivisme est un des maux de la planète, la déforestation aussi, et une des causes majeures se situe du côté de notre alimentation trop riche et  déséquilibrée. La voix off du film est parfois un peu pesante mais cela fonctionne et donnera sans nul doute à bon nombre de spectateurs l'envie de changer de mode de consommation alimentaire.
Enfin on se demandera pourquoi les distributeurs firent le choix de sortir ce documentaire sous le titre peu engageant de FOOD INC, au lieu du titre français utilisé au Québec : Les alimenteurs, bien plus parlant, car il s'agit en réalité de cela, d'alimentation et de mensonges, de manipulations de masse des consommateurs.
A voir tout de même malgré ces quelques restrictions.

Publié dans écrans

Commenter cet article