France 2 et Capa, les nouveaux journalistes-flics tendance balance

Publié le par dan29000

Nous publions  ci-dessous un texte daté d'hier à propos de l'émission pourrie LES INFILTRES diffusée par FRANCE 2 hier soir et qui déchaîne, à juste titre, les polémiques entre vrais journalistes protégeant leurs sources et pseudo-journalistes genre Chabalier, donneur de leçons et auxiliaire de police...

Ce genre de dénonciation sent mauvais, elle sent l'acte citoyen tendance Vichy, comme lorsque des banquiers, constatant qu'un de leurs clients présente des faux papiers, le banquier-citoyen appelle les flics pour le faire embarquer. Sans doute  bien dans l'air vicié du temps cette résurgence de ceux qui dénonçaient les autres par courriers anonymes en 1940 alors que les  occupants  chassaient le juif, le communiste ou le manouche, n'en demeure pas moins intolérable.

Monsieur Hervé Chabalier dégage une odeur nauséabonde et son agence avec, tout comme le soutien de Pujadas en petit gardien de son territoire.

Et après ces valeureux journalistes s'étonneront de recevoir des pierres dans les cités où déjà leur popularité était bien faible, mais leur expertise en manipulation reconnue.

Il faut aujourd'hui s'inquiéter d'une télévision publique qui verse dans la trash tv option TF1. Nous avions déjà dit nos réserves sur  "L'expérience interdite" (voir notre article) mais c'est le concept même des INFILTRES qui est à remettre en cause, surtout quand après l'émission ces journalistes de seconde zone prennent le chemin des commissariats, cela donne un peu la nausée, pédophiles ou pas pédophiles. Mais bien entendu seul l'audimat sera juge et gageons que même en seconde partie de soirée, il sera bon. Chabalier le nouveau Zorro des studios pourra se satisfaire de sa nouvelle double appartenance à la caste du journalisme zélé et à la caste des auxiliaires de police...Quand sonnera l'heure de la retraite, peut-être une reconversion dans sa seconde fonction lui permettra alors de dénoncer plus tranquillement sans craindre les foudres des vrais journalistes...

 

dan29000 

 

 

============================================================================================

INFILTRATION DOULOUREUSE
Une grande agence de presse française (Capa) vient de se transformer en auxiliaire de police au mépris de la règle de base du journalisme : la protection des sources. On peut s’interroger sur une émission (« Les infiltrés ») uniquement basée sur l’emploi de caméras cachées. Ce procédé est à manier avec précautions. Son emploi systématique dérange car l’instrument devient le message et transforme le téléspectateur en voyeur. Passons.Longtemps journaliste, Hervé Chabalier est, à la tête de Capa, un producteur respectable et à succès.La pédophilie et ses réseaux supposés sont du pain béni pour la télé poubelle. Les concepteurs de ces « infiltrés » expliquent qu’en s’attaquant à ce sujet, ils savaient que la loi les obligeait à dénoncer les pédophiles. La loi les oblige à dénoncer tout crime et délit. La pédophilie, comme le trafic de drogue ou d’armes. Passons.Ce qui ne passe pas, c’est que nous — producteurs, réalisateurs, journalistes —, soyons associés à ce que nous considérons comme une dérive de ce métier. Nous croyons en effet que le journaliste doit être un acteur social, libre et indépendant. Le journalisme doit rester une activité sans lien avec quelque pouvoir que ce soit : politique, policier, judiciaire, religieux. Au risque de disparaître.Hervé Chabalier, le présentateur de son émission David Pujadas et les journalistes de Capa doivent savoir que des dizaines de journalistes se sont retrouvés, se retrouvent et se retrouveront en prison pour n’avoir pas dénoncé leurs sources. Ceux que ne veulent pas dénoncer ces journalistes sont, dans la majorité des cas, de dangereux criminels ou des trafiquants en tous genres.
En 1975 , la presse s'extasiait devant le New York Times qui a préféré laisser un de ses journalistes ( Myron Faber) en prison pendant 40 jours plutôt que de livrer à la justice ses notes confidentielles concernant un médecin qui assassinait ses patients. Les temps changent, les réflexes aussi. Jusqu'à présent la police réagissait après la diffusion des enquêtes journalistiques et demandait à avoir copie des rushes ou des notes. Cette fois, les journalistes vont de leur propre initiative trouver la police pour lui remettre les éléments de leur enquête. De plus, ils communiquent sur cette divulgation. C’est du Grand N’importe Quoi.
« Le secret des sources pour lequel on se bat tellement saute ici » expliquent, la bouche en cœur, Chabalier et Pujadas. Ah bon ? Qui fixe ces règles? Pourquoi dénoncer un pédophile et pas un criminel de guerre? Un assassin? Pourquoi ne pas décréter qu’en ces temps de crise un journaliste doit dénoncer à la police les criminels en col blanc à qui il aurait parlé ? qui décide de la nature du crime à dénoncer ? Quand le secret des sources doit-il « sauter » et qui a le droit de le faire sauter ?Notre conception du journalisme et du documentaire nous oppose frontalement sur ce point aux justifications de Capa et des “Infiltrés”. Tout journaliste en situation d’enquête peut et doit avoir des problèmes de conscience qu’il résout au cas par cas, en franchissant parfois certaines limites. Nous ne sommes pas les défenseurs d’un dogme. Là n’est pas le débat que lance aujourd’hui cette émission et la promotion faite autour.En se transformant en auxiliaires de police des journalistes, en arguant de morale plutôt que d’information, des journalistes ouvrent une brèche qui mène à la délation. Ceux qui seraient tentés de suivre ce dangereux précédent sonneraient le glas de ce qui reste des belles illusions de notre profession.
Fabrizio Calvi (journaliste, écrivain) Denis Robert (journaliste, écrivain), Jean-Pierre Moscardo (réalisateur), Pierre Péan (journaliste, écrivain) Benoît Collombat (journaliste), Bernard Langlois (journaliste, écrivain), Emmanuel Poncet (journaliste), Arnaud Sagnard (journaliste), (journaliste) Pascal Lorent (journaliste) Jean Marcel Bouguereau (journaliste) Patrick Fiole (journaliste), Marcel Gay (journaliste), David Dufresne (journaliste), Patrick Volson (réalisateur), Frank Eskenazi (producteur)…
 

Publié dans actualités

Commenter cet article