Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Affaire Boulin : les errements de l'enquête dans un documentaire France 2
Par David Servenay | Rue89 |

Ce fut un des premiers dossiers ouverts par Rue89, le 12 mai 2007, sous le titre « Pourquoi il faut rouvrir le dossier Boulin ». Robert Boulin, ministre du Travail, retrouvé mort en 1979 « noyé » dans 60 centimètres d'eau au milieu d'un étang de la forêt de Rambouillet. Suicidé, dit la version officielle. Dimanche France 2 diffuse à 13h15 un documentaire clair et pédagogique qui devrait faire réfléchir les 8 000 magistrats de ce pays.

Parmi ceux qui croient à la thèse de l'assassinat, plus personne ne doute vraiment du mobile. Reste à confondre les auteurs, déterminer le modus operandi et identifier les commanditaires d'un assassinat : celui du ministre du Travail de Valéry Giscard-d'Estaing, Robert Boulin, mort le 29 octobre 1979.
Un suicide impossible, une enquête truffée d'erreurs de procédure

En 45 minutes, la journaliste Marie-Pierre Farkas revient sur les grandes étapes de l'affaire, et retrace le parcours de Boulin :
le gaulliste historique cumulant les maroquins ministériels pendant dix-sept ans
le successeur annoncé de Raymond Barre à Matignon, car VGE veut contrer les ambitions présidentielles de Jacques Chirac
le politique pris dans les rets de l'affaire de Ramatuelle, une boule puante orchestrée par un maître chanteur proche des réseaux Foccart
le résistant qui se rend à un rendez-vous en forêt de Rambouillet et n'en revient pas…

Suit un décorticage précis et minutieux des errements de l'enquête judiciaire :
pas de constat strict de la scène où le corps est découvert
une première autopsie baclée
une seconde autopsie révélant que Robert Boulin a été battu à mort
des preuves qui disparaissent
une lettre revendiquant le prétendu suicide, dont nul ne retrouvera jamais l'original

Dans cet extrait, il est notamment question de l'état du corps lorsqu'il est retrouvé dans l'étang du Rompu. Les clichés de l'identité judiciaire ne laissent guère de doute : ils recoupent l'impression du journaliste de l'AFP, Jean Mauriac, ami personnel de la famille, qui voit le corps quelques heures plus tard.

Tout ces éléments sont connus. En 2002, Canal + avait diffusé une première contre-enquête montrant l'impossibilité du suicide. En 2007, Benoit Collombat exhumait tous les détails et contradictions de l'affaire dans le livre « Un homme à abattre » (Fayard). Bilan : une enquête truffée d'erreurs, refermée en 1991 par une ordonnance de non-lieu rédigée en une semaine par la juge Laurence Vichnievski.
L'heure officielle de la mort : 2 heures ou 8h40 ?

Depuis, la justice attend. Et n'a visiblement pas l'intention de se presser, puisqu'une première demande de réouverture de l'enquête a été repoussée. Pourtant, certains éléments devraient faire pencher la balance… en particulier la question de l'heure de la découverte du corps de Robert Boulin.

Officiellement, elle se fait à 8h40, le 30 octobre 1979 au matin, par deux gendarmes à moto. Or, le Premier ministre Raymond Barre, comme les membres de permanence du ministère de l'Intérieur, sont alertés entre 1h et 2h30 du matin. Pourquoi un tel laps de temps ?

De question en question, le documentaire signé Marie-Pierre Farkas, Jean-Marie Lequertier et Ghislain Delaval déroule la logique implacable d'une affaire d'Etat. Fabienne Boulin ne cache pas son agacement, mais aussi sa conviction qu'elle saura un jour pourquoi son père a été tué : « On joue avec le temps, moi c'est ma stratégie. »

A voir, surtout un jour d'élections.

► Robert Boulin : au nom du père de Marie-Pierre Farkas, Jean-Marie Lequertier et Ghislain Delaval - dimanche 21 à 13h15 - France 2.



Tag(s) : #écrans

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :