Front National, l'escroquerie sociale !

Publié le par dan29000

fn-la-recolte640x480.jpg
LE FRONT NATIONAL : UNE ESCROQUERIE SOCIALE !



Les crises économiques et sociales actuelles n’en finissent plus de précariser la population et d’exaspérer les travailleurs pour qui le FN peut parfois apparaître comme une solution. Pourtant en grattant un peu le vernis, on retrouve toujours les mêmes visées anti-sociales.


 





Profitant de cette situation et de son statut de nouvelle présidente du Front National, Marine Le Pen tenterait presque de nous convaincre de son âme sociale et de mettre fin à la « diabolisation » dont se plaint régulièrement son parti.
Pourtant, le FN garde les mêmes thèmes, qui, s’ils ont été toilettés, conservent toujours des valeurs qui ferait la fierté d’un Pétain. Quelques exemples pris au hasard attestent d’un véritable projet de l’extrême droite traditionnelle :

- Au niveau économique, Marine Le Pen nous promet l’augmentation des salaires par une nouvelle exonération patronale, à savoir la disparition de l’impôt sur les sociétés. Quand on sait que même la Cour des Comptes juge inefficace ce genre de procédé sur le taux des rémunérations, on se doute de qui profitera du pactole... Dans la suite on trouve la relance économique par un « réarmement » assurant notre « indépendance nationale », une recette qui ne peut que raviver les pires souvenirs...

- Dans la fonction publique, si le discours se veut moins anti-fonctionnaires que son père ; des « efforts de rationalisation des effectifs » seront impératifs ainsi que pour tous un retour au sentiment patriotique. Hé oui, le fonctionnaire n’est pas assez loyal envers l’État, alors pourquoi pas aussi la fin des syndicats du public qui pour rappel n’existent que depuis 1924 ? Hé bien c’est tout simplement ce qui est proposé pour les magistrats. Un bon début ? Le reste est risible, il faut par exemple que les fonctionnaires utilisent plus l’internet... on imagine qu’ils n’y auraient pas pensé eux-mêmes sans Marine !

- Au niveau de la circulation des personnes, c’est clair, on ferme tout, on met des barrières et on sort les fusils. Faisant fi des rapports pointant le rôle favorable de l’immigration du simple point de vue économique, le FN multiplie les mesures répressives aussi délirantes qu’intenables sur le terrain. De la paranoïa xénophobe dans la pure (fin ?) de lignée de l’extrême droite.

Enfin comment peut-on se revendiquer « social » et vouloir condamner les syndicats en les renvoyant à un rôle de faire-valoir en annonçant une limitation des grèves et mêmes des simples manifestations ? Même chose pour le droit et la durée du temps de travail que Marine Le Pen nous promet de « simplifier », là aussi les protections gagnées sur le terrain par les travailleurs seront liquidées. Ces derniers points montrent bien de quel côté du manche se place le Front National : celui des possédants et des patrons, et certainement pas celui des salariés.

Bref, le principe est toujours le même, diviser pour mieux régner : entre chômeur et travailleur, entre homosexuel et hétérosexuel, entre sans-papiers et français, entre bons et mauvais « citoyens », le problème étant forcément « l’autre ». Voilà la base de cette politique pseudo-sociale.

Mais c’est aussi parce que les tenants de la droite traditionnelle n’ont de cesse de reprendre à leur compte le discours frontiste que les thèses de Marine Le Pen réussissent à trouver un écho favorable chez une partie de la population. Ce sont bien les Sarkozy, Guéant et autres membres de la « droite populaire » qui en professant les pires déclarations racistes, voire carrément fascistes, popularisent les pensées les plus réactionnaires.

Si historiquement l’extrême droite et les fascistes ont pu arriver au pouvoir par les urnes (dernièrement en Grèce, l’extrême droite faisait partie du gouvernement de « coalition »), ils y sont arrivés le plus souvent par la force.


C’est bien parce que la CNT est consciente de ce risque qu’elle occupe la rue chaque fois que les réactionnaires tentent d’y descendre. Elle continuera à le faire à chaque fois que ces racistes de tous poils auront oublié que la rue ne leur appartient pas.



Le Secrétariat Relations Médias de la CNT


Publié dans actualités

Commenter cet article