Gardarem, chronique du Larzac en lutte, de Christiane Burguière

Publié le par dan29000

 

 

 

gardarem lo larzac  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a des luttes qui ne s'achèvent jamais, elles changent de formes car les temps changent, mais les résistances demeurent là, présentes. L'une d'elles, et il y en a en définitive assez peu, est la lutte du Larzac. Dans sa forme directe et initiale, elle dura une décennie, ce qui est déjà un exploit.

 Elle commença en 1971, et s'acheva en 1981.

 


 Déjà trente ans, ces derniers jours. Voilà pourquoi en 2011, l'actualité Larzac est très forte, un film vient de sortir, au moins trois livres aussi, dont un sur les affiches. Sur notre site, nous avons décidé, de vous parler des deux autres... Dont celui de Christiane Burguière qui fut l'une des grandes animatrices de cette résistance de longue durée contre l'armée française. Cette armée dont le petit chef se nommait à l'époque Debré, et qui avait décidé d'étendre la surface d'un camp militaire situé sur le Larzac.

 Cent sept exploitations allaient alors disparaître.

 La résistance ne tarda pas à s'organiser autour du "serment des 103". C'est alors le GAEC familial des époux Burguière, la ferme de l'Hôpital, non loin de Milllau qui devint l'épicentre de la longue mobilisation locale. Qui allait devenir assez vite, régionale, puis nationale, et même internationale !

 

 Christiane, qui est aussi partie prenante de l'équipe de bénévole qui construit depuis 1978, le journal Gardarem lo Larzac (que l'on vous conseille chaudement), s'est attelée à la lourde tâche de raconter cette vaste épopée de l'histoire, de cette belle histoire, emblématique, avec la lutte des LIP, des seventies, au lendemain de mai 68. Une lutte anti-militariste, une lutte pour vivre et travailler au pays, une lutte pour la terre, pour la solidarité, une lutte du courage et de la résistance face à une des pires institutions, l'armée française, qui ne recula devant rien pour gagner ce combat qu'elle allait perdre face à la détermination de ce petit groupe.

 

 Nos lecteurs comprendront bien qu'il est impossible de résumer les 85 chapitres proposés, depuis celui sur l'Association de sauvegarde du Larzac, aux Rencontres internationales pour la paix, en passant par le soutien du clergé aveyronnais, le jeûne avec Lanza del Vasto, la création d'une école, les brebis sous la tour Eiffel ou encore la longue marche à pied du Larzac à Paris...

 

 Une des belles idées du livre, est l'alternance entre ces chapitres sur la chronique année après année de la résistance, et des portraits, comme ceux de  Pierre, l'abbé du Larzac, Jeanne une authentique paysanne, ou Suzanne et Pierre militants pour la vie. Des portraits d'aillleurs rédigés par les intéressés, ce qui est une belle idée.

 

 Le soutien fut large, très large, et les soutiens ont aussi leur place dans le livre, des comités Larzac existèrent dans de nombreux endroits de France. Portraits de Michelle du comité de Roanne ou Bernard du comité de Lyon...

 

 larzac_carda-20599.jpgUn livre fort, un livre touchant, un livre d'un couple de résistants, un livre qui fait revivre et qui témoigne pour le futur d'une lutte exemplaire et qui donne toujours des pistes pour vaincre un système qui parfois nous semble invincible. Difficile de trouver un défaut à ce livre, si ce n'est sa couverture, pas vraiment dans l'esprit "Larzac", avec le nom du préfacier, José Bové (2 pages sur 400) plus visible que le nom de Christiane Burguière !

 

 Hormis cette faute de goût pas trop grave, le livre lui est une belle et profonde réussite car il restitue bien ce que furent ces années difficiles et joyeuses, années d'espoir, de solidarité, années où les rassemblements de l'été comptaient des dizaines de milliers de personnes, années où la désobéissance civile se pratiquait, et où tracteurs et brebis envahissaient la capitale.

 

 Un témoignage fort, un livre d'histoire, un livre et des voix qui résistent, comme nous les aimons ici, et surtout le miracle du Larzac, c'est qu'après avoir gagné en 1981 quand l'extension du camp fut enterré, la bataille du Larzac continua sous d'autres formes, pour vivre au pays autrement, avec la Confédération paysanne, avec les luttes des Palestiniens, des Kanaks, avec les résistances aux OGM, et maintenant au gaz de schiste, avec le journal qui poursuit sa route, avec les grands rendez-vous altermondialistes. Et avec les Faucheurs volontaires, ou l'arrivée de l'Altertour pour les trente ans de la victoire cette année.

 

 Le Larzac, une belle illustration qu'un autre monde est possible, tous ensemble !

 

 

Dan29000

 

 

 

Gardarem !

Chronique du Larzac en lutte

Christiane Burguière avec la collaboration de Pierre Burguière

Préface de José Bové

Editions Privat

2011 / 408 p / 24 euros

gardarem

 

Voir le site de l'éditeur, ICI

 

Lire notre article sur le livre :

Larzac, de la lutte paysanne à l'altermondialisme, ICI

 

Et aussi découvrir le site du Larzac et de son journal, seul site du web avec une brebis au mégaphone, ICI

Publié dans lectures

Commenter cet article