Gaz de schiste : Toréador, Balkany et le corps des Mines, entretien avec Marine Jobert

Publié le par dan29000

 

le-vrai-scandale-des-gaz-de-schiste-ed-370x0-3.jpg

Gaz de schiste : «Le corps des Mines est la fois juge et partie»


Par Propos recueillis par Laura Thouny

Le 14 septembre prochain, c'est la rentrée des anti-gaz de schiste. Une loi interdisant l'exploitation de cet hydrocarbure par «fracturation hydraulique» - une technique jugée hautement polluante - a été adoptée en juin dernier, après la révélation que des permis avaient été délivrés en catimini par le ministère de Jean-Louis Borloo en 2010. Le texte donnait deux mois aux industriels pour qu'ils expliquent comment ils comptent exploiter leurs gisements. Ils rendront leurs conclusions dans quelques jours, et pourraient bien en profiter pour contourner la loi, nous explique Marine Jobert, journaliste et co-auteur de l'enquête Le vrai scandale des gaz de schiste. Laquelle dénonce notamment le rôle central du Corps des mines dans ce feuilleton écologique.


Dans votre ouvrage, vous montrez l'implication permanente du puissant corps des ingénieurs des Mines (1) dans les décisions relatives aux gaz de schiste. En quoi sont-ils liés à la signature des permis délivrés en mars 2010 ?

Les hydrocarbures non conventionnels attisent l'intérêt du Corps des mines depuis au moins dix ans. En 2006, déjà, ils avaient délivré des permis d'exploration dans le Bassin parisien. Ce sont eux qui décident quelle sera l'énergie de demain pour la France, sans en discuter avec qui que ce soit.

C'est Pierre-Marie Abadie, directeur de l'énergie et du climat au ministère de l'Ecologie, qui paraphe en mars 2010 les arrêtés autorisant l'exploration du sous-sol au nom de Jean-Louis Borloo, alors ministre de l'Ecologie. Pierre-Marie Abadie qui est lui-même est issu du corps des Mines. Je ne dis pas que Jean-Louis Borloo n'était pas au courant. Juridiquement, il devait l'être.

«Tout était déjà dans la presse. Nous ne sommes pas mandatés à perdre du temps à répercuter des informations qui sont déjà dans les canaux classiques», m'a expliqué un membre du CGIET (le Conseil général des  Mines, ndlr) quand je lui ai demandé pourquoi ils n'avaient pas informé le ministère sur les risques. Un comble !

Ce sont encore des membres du corps des Mines qui vont se prononcer sur l'éventuelle levée de l'interdiction édictée en juin.

Pour examiner l'avenir «des gaz de roches mère» en réponse au tollé du public, Nathalie Kosciusko-Morizet et Eric Besson — alors respectivement ministre de l'Ecologie et ministre de l'Industrie — ont désigné en avril 2011... des membres du Conseil général des mines et du CGEDD (issu de la fusion des Ponts et chaussées et de l'inspection générale de l'environnement, ndlr). Sans surprise, leur pré-rapport est favorable au gaz de schiste.

Ceux-là mêmes qui avaient délivré des permis l'année précédente ont expliqué que le gaz de schiste ne pouvait pas être abandonné. Et doivent maintenant se prononcer sur l'avenir des permis suspendus en juin pour deux mois par un «moratoire». Ils sont à la fois juge et partie !

D'ailleurs, si un pré-rapport a été rendu en avril, ils devaient rendre leurs conclusions fin juin. Nous sommes le 8 septembre et on l'attend toujours !

Dans votre livre, vous évoquez aussi un certain Julien Balkany...

Julien Balkany est le demi-frère de Patrick Balkany. A 30 ans, ce trader a été employé par la société Toréador, en possession de plusieurs permis d'exploration.

ll n'avait pas particulièrement de compétences dans ce domaine et il s'est retrouvé bombardé là avec un poste dont les attributions n'étaient pas très claires : administrateur et vice-président non-exécutif du conseil d'administration.

Dès qu'il a été exposé au plan médiatique (par L'Est républicain, ndlr) et qu'a éclaté la suspicion d'une connivence possible avec le pouvoir, Toréador décide de le changer de poste, et de le reléguer au rang de «conseiller».

Suite à ce changement de casquette, le président de l'entreprise remercie chaudement Balkany pour «sa contribution au développement de Toréador en France». Lorsqu'on  s'adresse à un haut fonctionnaire, la parole d'un Balkany a forcément plus de poids que celle d'un «Duchmol». Lui jure pourtant ses grands dieux qu'il n'a pas usé de son influence.

Quid des autres industriels du secteur amis du Président ?

Paul Desmarais et Albert Frère ont des parts dans des entreprises qui fabriquent des produits chimiques destinés à l'extraction des gaz de schiste. Ce sont aussi des amis de Sarkozy, à qui il a remis la grand Croix et qui étaient présents en 2007 à la soirée du Fouquet's.

Paul Desmarais représente une figure paternel pour Sarkozy. Après la défaite de Balladur, il l'a beaucoup soutenu pendant sa «traversée du désert».

Lorsque la mission d'information parlementaire sur le gaz de schiste les convoque, Paul Desmarais et Albert Frère écrivent main dans la main un mot d'excuse. Ils sont d'une manière ou d'une autre liés par leur amitié vis-à-vis de Nicolas Sarkozy.

Comment les anti-gaz de schiste ont-ils réussi à faire voter une loi d'urgence ?

C'est une mobilisation exceptionnelle par son ampleur, sa transversalité et sa spontanéité.

Tout a commencé par une réunion spontanée de citoyens de l'Aveyron le 20 décembre 2010. Le mouvement a été repris en Ardêche... Et puis tout à coup cette mobilisation a explosé. Il y avait des collectifs partout. Des réunions tous les soirs, qui rassemblaient jusqu'à 300 personnes même dans les bleds paumés. Les élus étaient complètement stupéfaits par ce qu'ils voyaient.

Le poids de cette mobilisation a réveillé les parlementaires. Le réveil le plus abrupt a été celui des élus de droite, qui se sont rendus compte que des permis avaient été délivrés et ont découvert ce que sont les gaz de schiste et la fracturation hydraulique (cette technique qui consiste à injecter de l'eau et des solvants sous haute pression dans la roche pour extraire le gaz de schiste est accusée d'être hautement polluante, ndlr).

Il y a alors eu des déclaration tonitruantes de ces députés, comme Christian Jacob, patron des députés UMP qui déclare en mars 2011: «Je souhaite clairement que le moratoire soit prolongé ad vitam aeternam». Des déclarations sur lesquelles il va revenir en partie, comme ses collègues, lors de la rédaction de la loi sur le gaz de schiste.

Est-ce à ce moment qu'entre en action le lobby des pétroliers ?

Passé le moment de stupeur, les députés ont été bien plus prudents. Ils ont reçu la visite d'industriels qui leur ont expliqué que les gaz de schiste représentaient l'avenir énergétique de ce pays. Ils ont eux-même commencé à croire que l'on pouvait peut-être faire de la fracturation hydraulique «propre» et qu'il ne fallait pas fermer la porte à cette énergie.

Pourquoi la loi votée en juin ne règle-t-elle rien selon vous ?

Cette loi stipule que l'usage de la fracturation hydraulique est interdite sur le territoire. Mais elle ne tranche pas, ne dit pas si oui ou non on veut du gaz de schiste. Elle se contente de donner une réponse technique à un problème de société.

Il a été décidé que les industriels ont jusqu'au 14 septembre pour rendre un rapport dans lequel ils doivent expliquer quelles techniques ils comptent mettre en œuvre pour exploiter leurs gisements. Mais ils avaient déjà dit qu'ils utiliseraient la fracturation hydraulique lors de la délivrance des permis ! Et l'exploration comme l'exploitation ne peuvent se faire que par cette technique. Vont-ils l'appeler autrement ? Abandonner d'eux-même? Ou refuser de répondre?

La loi est trop floue, il faut s'attendre à quantité de recours juridiques de la part des industriels visant à prendre ce texte en défaut. Le combat des anti-gaz de schiste n'est pas terminé.

(1) De hauts fonctionnaires issus de la prestigieuse école des Mines. Celle-ci recrute principalement les meilleurs élèves de chaque promotion de l'école Polytechnique. Les membres du Corps des Mines détiennent des postes clés dans les principales branches de l'énergie publique. Ils constituent un réseau extrêmement solidaire et influant sur les choix énergétique du pays.

«Le vrai scandale des gaz de schiste», par Marine Jobert, journaliste, et François Veillerette, Président du «Mouvement pour les droits et le respect des générations futures», aux éditions «Les liens qui libèrent».

 

 

 

Source : LIBERATION

Publié dans environnement

Commenter cet article