Grèce : le résistant grec Manolis Glezos, 89 ans, appelle à l'insoumission

Publié le par dan29000

MANOLIS GLEZOSFace à Bruxelles, le Grec Manolis Glezos repart en résistance

Portrait

A 89 ans, le héros du combat contre les nazis appelle son peuple à s’opposer aux plans d’austérité à répétition imposés par l’Europe.


Par MARIA MALAGARDIS

Le vieux lion rugit encore. Et tant pis pour les cyniques qui se moquent parfois de cet utopiste de 89 ans reparti pour une ultime bataille. Idéaliste, Manolis Glezos peut bien l’être. Il est entré dans l’histoire le 30 mai 1941, à 19 ans, lorsque sur un coup de tête et avec un jeune camarade, Apostolos Santas, il décide de grimper de nuit au sommet de l’Acropole. Les deux garçons décrochent alors le drapeau nazi qui flotte depuis trois jours sur la célèbre colline. Par ce geste, ils signent le premier acte de résistance de la Grèce occupée et invitent à l’insoumission face à l’occupant allemand. L’opération sera alors saluée à travers toute l’Europe, du moins celle qui résiste.


Icône nationale. Près de trois quarts de siècle plus tard, le héros de la résistance, plusieurs fois emprisonné, torturé et même condamné à mort, est à nouveau en guerre. Associé au compositeur Mikis Theodorakis, avec lequel il a partagé un autre combat, celui contre la dictature des colonels entre 1969 et 1974, Glezos vient de créer un mouvement : Résistance des peuples démocratiques unis, dont l’acronyme, Elada, signifie «Grèce». En appelant les Grecs à manifester massivement devant le Parlement, dimanche, pour s’opposer «à la trahison» que représente le nouveau plan d’austérité imposé par Bruxelles, les deux vieux combattants ont contribué au succès de ce rassemblement de la colère qui, comme souvent en Grèce, a dégénéré. Les tirs de gaz lacrymogène n’ont d’ailleurs pas épargné le compositeur et le héros de la résistance. Il y a deux ans déjà, lors de la manifestation du 5 mars, Glezos avait été blessé par un jeune policier qui s’était par la suite répandu en excuses sur toutes les chaînes de télé pour avoir touché l’icône nationale. Rencontré quelques jours plus tard dans sa modeste maison de la banlieue d’Athènes, le vieil homme avait raconté qu’il avait lui-même appelé le jeune flic pour lui dire qu’il ne le jugeait pas responsable.

Le «Stéphane Hessel grec» peut parfois faire sourire avec son lyrisme et son amour inconditionnel de la Grèce éternelle, il cultive une modestie qui force le respect. Proche de la gauche radicale, il n’a cessé depuis le début de la crise de fustiger les diktats de Bruxelles et l’arrogance de ceux qui humilient les Grecs, «en oubliant que ce peuple indocile a été le premier à dire non à l’armée mussolinienne et donc aux puissances de l’Axe». Aujourd’hui, c’est avec les mêmes accents patriotiques qu’il dénonce, dans la profession de foi de son nouveau mouvement, «une poignée de banques internationales, d’agences d’évaluation, de fonds d’investissement […] qui revendiquent le pouvoir en Europe et dans le monde et se préparent à abolir [les] Etats et [la] démocratie en utilisant l’arme de la dette».

Sursaut. Cette fois-ci encore, les Grecs seront-ils les premiers à dire non ? Le vieux lion aux yeux bleus l’espère et tente de susciter un sursaut national pour «arrêter cette politique irresponsable et criminelle d’austérité et de privatisation, qui conduit à une crise pire que celle de 1929». Le résistant est aussi l’un des premiers à avoir mis l’accent sur la dette que l’Allemagne doit à la Grèce depuis l’occupation nazie. Hitler avait en effet forcé le Trésor grec à prêter de l’argent au Reich. Une somme évaluée aujourd’hui entre 52 et 100 milliards d’euros (selon qu’on y ajoute intérêts et réparations), que l’Allemagne, même réunifiée, a toujours refusé de rembourser, malgré les engagements pris lors de l’accord de Londres en 1953. Début février, 28 députés de droite comme de gauche ont repris le combat de Manolis Glezos pour exiger le remboursement d’une dette historique. Quelques jours plus tard, c’est un économiste allemand, Albert Ritschl, qui, sur le site de l’hebdomadaire Der Spiegel, légitimait à son tour ces revendications.

En Grèce, où le souvenir de l’Occupation est encore très sensible, la lutte pour le remboursement de l’emprunt nazi et contre la soumission à «l’Europe allemande» incarnée par le couple Merkel-Sarkozy frappe dans le mille. «Il y a encore un an, le combat de Glezos n’aurait pas reçu un tel écho, tempère le politologue Georges Seferzis. Mais l’attitude intransigeante et souvent humiliante de l’Allemagne a fait resurgir les blessures du passé.» Comme le héros de la résistance qui redescend dans l’arène, beaucoup de Grecs sont excédés par «les leçons de morale infligées par un pays qui, lui, n’a jamais soldé les dettes du passé et a même largement contribué à la corruption à travers les pots-de-vin versés par Siemens, l’un des plus grands scandales financiers de ces dernières années en Grèce», ajoute le politologue, qui prévoit l’émergence d’un mouvement de résistance économique aux accents nationalistes. Dimanche, le vieux lion indigné clamait encore : «Il faut faire descendre le drapeau de la soumission.»

 

Source : libération

Publié dans actualités

Commenter cet article