Grèce : les monuments ne peuvent pas crier, appel international des archéologues grecs contre les coupes du FMI

Publié le par dan29000

monuments.jpg
LES MONUMENTS NE PEUVENT PAS CRIER

Appel international de l'Association des archéologues grecs contre les coupes du FMI à bloguer.

Europe sans mémoire, Europe sans avenir.


Le texte intégral en grec est sur le site http://www.sea.org.gr/

Exprimez votre soutien sur leur page facebook. http://www.facebook.com/AssociationOfGreekArchaeologistsAgainstImfCuts

Ci-dessous la traduction par Yannis Youlountas des grandes lignes du texte de l'appel en grec.

Selon la Constitution grecque, le patrimoine culturel appartient au peuple grec et sa protection est une responsabilité de l'Etat. Le Service archéologique, dans le cadre du Ministère de la Culture, assume cette responsabilité. Si les monuments n'ont pas de voix, ils nous ont comme porte-parole : Nous, les 950 archéologues grecs, fonctionnaires qui travaillons au ministère grec de la Culture, et nous battons contre la destruction de notre pays et de notre patrimoine culturel, en raison des politiques dictées par le FMI et la troïka. En tant que fonctionnaires, nous n’avons cherché ni le luxe ni les dépenses excessives, et nous n'avons pas été accusés de corruption, à la différence du gouvernement et du système politique qui aujourd'hui promet de « sauver notre pays » en le mettant à genoux. Nous nous battons pour préserver la mémoire universelle et les traces matérielles du passé, parce que nous savons qu'un peuple sans mémoire est condamné à répéter les mêmes erreurs, encore et encore. En Novembre 2011, 10% de l'effectif total du ministère de la Culture, qui représentait les employés les plus expérimentés (plus de 33 ans d'expérience) a été contraint de quitter le service et de prendre sa retraite, dans le cadre de plans visant à réduire le nombre total des employés du secteur public en Grèce. D'autres réductions de personnel en cours signifient que le ministère de la Culture ne sera plus bientôt en mesure de couvrir ne serait-ce que ses besoins de base. Le personnel du Service archéologique grec, depuis de nombreuses décennies, a travaillé avec des moyens pauvres et un financement limité Le financement de la culture en Grèce n'a jamais dépassé 1% du budget de l'Etat
Les salaires nets des archéologues en 2009 étaient de 880 euros (nouvellement nommé) à 1550 euros (après 35 ans dans le service). En 2012, un archéologue nouvellement nommé reçoit 670 euros (après impôts et cotisations de sécurité sociale), et nous avons eu une réduction de salaire de 35%.
En 2011, le budget pour l’ensemble du service archéologique est de 12 millions d'euros (avec une réduction de 35% par rapport à 2010) et en 2012, nous sommes confrontés à de nouvelles réductions. Malgré le cambriolage à la National Gallery et le vol à main armée au musée d'Olympie, le 5 mars 2012, le ministre de la Culture a décidé de réduire le financement de la sécurité du Musée de 20%.
Une nouvelle loi va passer devant le parlement dans les prochains jours ; le gouvernement grec prévoit des compressions de personnel de 30 à 50% au ministère de la Culture. Les dommages seront irréparables. Nous devons les arrêter! Les monuments n'ont pas de voix. Ils doivent avoir la vôtre ! Nous lançons un appel pressant à nos collègues, aux chercheurs et aux citoyens de toute l'Europe et du monde entier, à toutes les personnes exprimant leur solidarité et leur soutien au peuple grec, pour défendre le patrimoine culturel et la mémoire historique universels. Les peuples d'Europe partagent le même destin. Les plans d'austérité et les mesures autoritaires, qui actuellement déchirent la Grèce et ses monuments, vont progressivement être imposés partout à travers l'Europe.

Publié dans actualités

Commenter cet article