Grenelle 2 l'arnaque : rassemblement mardi à Paris

Publié le par dan29000

Le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce la sinistre farce verte du Grenelle 2.

Appel à un rassemblement à Paris le mardi 4 mai à 16 h

Le Réseau « Sortir du nucléaire » avait déjà eu l'occasion de dénoncer le jeu de dupes du Grenelle, auquel il n'a jamais participé. Ce processus s'est servi des associations environnementales comme caution sans pour autant reprendre leurs revendications. Et surtout, malgré les risques bien réels d’accident nucléaire majeur et de prolifération des armes nucléaires, malgré la dangerosité des déchets radioactifs, le Grenelle n’a jamais remis en question le recours à l’énergie nucléaire.

Le 4 mai, le texte de la loi Grenelle II passera à l'Assemblée Nationale. Contenu indigent, amendements entravant de manière inadmissible le développement de l'éolien... La façade "verte" des grandes promesses électoralistes est maintenant bien lézardée, et révèle une politique rétrograde et clairement pronucléaire.

Le Réseau « Sortir du nucléaire » appelle - avec 12 autres organisations - au rassemblement de protestation le mardi 04 mai 2010 à partir de 16h à Paris à proximité l'Assemblée nationale (Place Edouard Herriot) pour réveiller les parlementaires (voir l'appel ci-après).


APPEL NATIONAL

Agir pour l’Environnement – Réseau Action Climat France – Réseau Sortir du Nucléaire - Les Amis de la Terre – MDRGF – PRIARTéM - Résistance à l’Agression Publicitaire –CNIID – Association pour un Contrat Mondial de l’'Eau – ACIPA - Union Nationale de l’Apiculture Française - Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique - Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports

Loi Grenelle 2 : Rassemblement à l’appel de 13 ONG !


Rassemblement mardi 04 mai 2010 à 16 heures
à proximité de l'Assemblée nationale.
Place Edouard Herriot - Métro ligne 12 - Assemblée nationale.

Après plusieurs mois et années de tergiversations, la loi Grenelle2 arrivera enfin devant les députés le 4 mai 2010. Face à l'urgence écologique, le gouvernement et les parlementaires ont opté pour une course de lenteur que les grands discours écologiques n'ont pas cachée bien longtemps. En deux ans et demi, certains groupes politiques et lobbies ont ainsi eu le temps de raboter les modestes acquis du Grenelle de l'environnement et du Grenelle des ondes. Plus que jamais aujourd'hui, nous sommes fondés à nous inquiéter des dérives d'un processus démocratique qui, au lieu de mettre au cœur de l'action publique les contraintes écologiques, s'est astreint à recouvrir d'un vernis vert pâle une politique essentiellement productiviste et consumériste.

Centrale nucléaire à Penly, lignes à très haute tension, construction de nouvelles autoroutes et mises en concession autoroutière de routes nationales, projet de nouvel aéroport, terminal charbonnier, épandage et renouvellement de pesticides tueurs d'abeilles, implantation d'antennes relais sans contrainte réelle, construction d'incinérateurs, abandon de la fiscalité écologique (taxe carbone et taxe poids-lourds), lois anti-éoliennes, financement des nanotechnologies, absence de contrôle réel et efficace des publicités faussement écologiques, développement des agro-carburants, abandon du frêt ferroviaire... la longue liste des anicroches, reculades et décisions anti-écologiques et unilatérales qui ont plombé le processus « grenelle » nous amène à une grande amertume et une non moins grande inquiétude.

Quels que soient les faux-semblants de l'idéologie dominante, les mensonges des climato-sceptiques, les errements d'experts à la solde des lobbies ou les renoncements d'élus qui organisent systématiquement leur irresponsabilité, les contraintes écologiques ne sont pas négociables et les crises écologiques adviendront.

La non régulation écologique de l'économie et des politiques publiques aboutira inévitablement à une crise systémique dont les plus faibles économiquement et socialement seront les premières victimes.

Nous, acteurs et actrices engagé-es de la société civile, appelons les citoyens et citoyennes à participer à un rassemblement devant l'Assemblée nationale le mardi 04 mai 2010 à 16h.

Pour que les parlementaires ne restent pas sourds à nos demandes, ce rassemblement intitulé "Du bruit pour l'environnement" se fera en musique. Chaque manifestant est appelé à venir avec un sifflet ou un instrument de musique.


Publié dans environnement

Commenter cet article