Grenoble Villeneuve : Etat de siège contre les habitants

Publié le par dan29000

Les nuits dernières dans le quartier Villeneuve
 

Dans la nuit de jeudi à vendredi, deux hommes soupçonnés d’avoir participé au braquage du casino d’Uriage sont pris en chasse par la police, des coups de feu sont échangés. Ils sont finalement rattrapés par la police Galerie de l’Arlequin. L’un d’eux parvient à s’enfuir. L’autre s’écroule, mort, une balle dans la tête, à quelques mètres de chez lui.

Pendant le reste de la nuit, les flics se prennent toutes sortes d’objets volants plus ou moins identifiés en provenance des immeubles. Selon le daubé, fait odieux, des menaces de mort sont même lancées à l’intention des fonctionnaires. Un hélico dépêché de la région Lyonnaise tourne et balaye le quartier de son projecteur.

Vendredi matin le quartier est bouclé pour que des perquisitions puissent avoir lieu Galerie de l’Arlequin. Les flics se protègent entre eux : la BAC protège ceux qui perquisitionnent, les gendarmes mobiles protègent la BAC, etc.

Vendredi soir, la colère s’est encore exprimée. Des dizaines de caisses ont brûlé, le tram et ses arrêts ont été caillassés, et des projectiles ont encore pris leur envol en direction des policiers, qui restaient stationnés aux alentours de l’avenue Marie Reynoard, sans oser avancer plus. Vers quatre heures du mat’, l’hélico encore présent quittait les lieux et ça semblait se calmer un peu.

Ce samedi matin, sur Rance Info, seuls les témoignages de personnes pleurant leur voiture calcinée sont diffusés. Une journaliste de Rance Bleu Isère nous affirme même que « tous les habitants le disent : ce soir ils restent cloitrés chez eux car ils craignent de nouvelles échauffourées ».

Ce n’est pas ce que j’ai vu hier soir : de nombreuses personnes ne participant pas directement aux affrontements étaient dehors jusqu’à tard dans la nuit, manifestement du côté des jeunes en colère, visant l’hélico avec un lance-roquette imaginaire.

Dans les médias, le discours dominant distille l’idée que la mort du jeune homme était méritée. Il faut bien que tout le monde comprenne que si on pense à prendre la thune là où elle est, c’est une balle dans la tête et c’est normal. Jean Philippe, procureur de la république de Grenoble, parlait hier de « truand » et disait dans le micro que « les victimes principales de cet incidents sont les policiers. »

Pendant ce temps-là, chez les Bettencourt-Sarkozy-UMP, on continue de brasser illégalement des millions sans trop risquer une balle perdue. Ce qui s’est passé à la Villeneuve n’est pas une bavure, c’est l’expression limpide d’une justice de classe.

 

 

Source : INDYMEDIA GRENOBLE 

Publié dans actualités

Commenter cet article