Grenoble / Villeneuve : la vie sous les hélicos

Publié le par dan29000

Villeneuve, la vie sous les hélicos


Par ALAIN MANAC'H Président de la Maison des habitants de la place des Géants de la Villeneuve (Grenoble) 

Ya deux mecs, des bandits, des gangsters, pas des petits voyous mais des gars qui ont de l’expérience, diplômés par les séjours en prison. D’ailleurs ils sont déjà fichés pour des coups tordus, des braquages. Ils sont en manque de quelque chose, sans doute d’une raison de vivre, mais laissons cela : pour l’instant ils manquent de tunes. Comme on dit à cette époque de l’année, il faut assurer les vacances. Ceux-là n’ont pas l’envergure de monter un gros coup. Uriage, un casino, les touristes sont là et donc y a du blé. Ils s’arment en «guerriers», avec des gros trucs méchants. Quand on part ainsi, c’est qu’on est prêt à tout.

Ils ont sorti 20 000 euros, autant dire rien, une fois qu’ils auront payé les faux frais de ce genre de connerie. Bon. Et puis de toute façon, rien ne marche. Ils sont pris en chasse par la police. Pas la gendarmerie ni la petite police, NON, c’est la BAC (Brigade anticriminalité). Les mecs sont dangereux, la BAC aussi. Le reste est un jeu vidéo mais réel. Je n’y étais pas, mais je vois la scène. Evidemment, nos deux gros cons de braqueurs rentrent au quartier, les flics font des barrages et je vous passe les détails du rodéo. Après avoir blessé un flic, l’un des deux se fait descendre d’une balle dans la tête au pied de chez lui. Dans une tour de mon village urbain.

Les flics savaient qu’ils étaient armés, prêts à tout, à mettre en jeu quinze ans de trou pour un braquage. Pourquoi ne pas faire plus classique, plus fin ? On piste, on suit et on interpelle, on calme le jeu. Pour 20 000 euros, prendre le risque de mettre le feu aux poudres dans un village si compliqué ? Eh bien, si. Ce mort a foutu la merde dans mon village. Pour moi les flics n’ont pas fait correctement leur travail, ce ne sont pas des bons professionnels ou alors ils ont des ordres. Ils ont réussi à faire bouger une soixantaine de jeunes, ni bandits, ni gangsters, mais qui aiment s’affronter aux flics. Les dealers, pas fous, ne veulent pas se faire piquer pour une bagnole en feu.

Les jeunes de mon village, eux, sont trop heureux d’en découdre, d’avoir des ennemis. Ils mettent le feu, quelques-uns qui ont des armes les sortent et tirent. Cela fait combien de temps qu’on dit qu’il y a des armes dans les maisons ? Voilà, on y est : les gars de la BAC ont fait la liaison entre le grand banditisme et les jeunes de mon village. La petite racaille est contente. La presse est contente. Monsieur Hortefeux est content. Il bombe le torse, rajoute 150 CRS, puis le GIPN puis des hélicos avec des gros projos qui tournent au-dessus de mon village. Le temps qu’il faudra ! Et voilà maintenant, mon village, c’est Kaboul ! J’exagère évidemment, mais comment on va «soigner» ça après. Pauvre éducation populaire.

Et alors maintenant ? Comment on fait ? Les enfants du centre de loisirs de la Maison des habitants ont entendu, cette nuit encore, les hélicoptères. Ils voient les 300 mecs postés aux frontières du quartier. Les animateurs du centre de loisir, qu’on a de plus en plus de mal à embaucher, subissent la pression de leurs parents (qu’est-ce que tu fous dans ce quartier ?) et celle des gamins hyper tendus ! Qu’est-ce qu’on fait ? Qu’est-ce qu’on fait du projet éducatif qu’on développe ? Qu’est-ce qu’on fait de la batucada qu’on monte avec les gamins ? Quid des jeux éducatifs, des activités de découverte nature ? Des camps machins, et des ateliers artistiques bidule ? Quid du travail avec les mères de famille, quid des «sorties vacances» avec les familles qui ne sortent jamais ? Quid de la rencontre avec les jeunes adultes, avec leurs pères désemparés ?

Cela fait des années et des années qu’on montre notre désaccord sur ce qui se passe sur ces «villages» et qu’on hurle qu’il faut mettre des animateurs, des éducateurs en nombre et formés. Mais aussi, et cette voie n’a jamais été tentée sérieusement, qu’on soutienne d’une manière ou d’une autre l’engagement des habitants, l’engagement bénévole. Tiens, ce bon vieux machin qu’il serait bon de ressortir des tablettes du passé. Je sais que c’est difficile. Il faut prendre cet engagement pour ce qu’il est, accepter la complémentarité si nécessaire entre les professionnels de tout ordre, oui, et la police aussi, évidemment. Mais s’il vous plaît : pas d’opération de communication. Cela fait des années qu’on nous rétorque qu’il n’y a plus de moyens et que le socioculturel sera en franc constant. Pas un centime de plus : nous, comme des crétins, on est content car il n’y a pas de centimes en moins.

On voudrait appeler à la raison, au bon sens, aux bons choix. Qu’on cesse par exemple de déverser des tonnes de neige dans le centre de Grenoble pour une manifestation idiote, mais qui se voit bien. Et qui coûte au bas mot le prix de 40 animateurs pendant un an.


Source : Libération

Publié dans actualités

Commenter cet article