Grippe A : Un scandale financier à 2,2 milliards d'euros malgré les mensonges de Bachelot

Publié le par dan29000

c087grippee_v3.jpgUn milliard et demi d'euros, c'est le coût de la campagne anti-grippe A. Sur son blog, le médecin et député socialiste de Paris Jean-Marie Le Guen s'en fait l'écho. La somme semble démesurée pour une campagne qui tourne à la déroute : seulement 4,5 millions de Français ont été vaccinés, le pic pandémique est passé, et le ministère de la santé se retrouve à stocker des dizaines de millions de vaccins dont la date de péremption approche. "Un échec", estime l'élu parisien, qui réclame la création d'une mission parlementaire pour faire le bilan de l'opération. 

Fustigeant une "politique gouvernementale hyperactive et anxiogène", déconnectée de "l'ampleur et la gravité de la pandémie", le député PS n'est pas le seul à dénoncer le coût de la campagne. Bernard Debré, député UMP et professeur de médecine, souligne également des "mesures disproportionnées".

"DEUX VACCINS PAR PERSONNE, C'EST ABSURDE"

L'Etat français a commandé 94 millions de vaccins "pour un montant de 869 millions d'euros", selon le ministère de la santé. Quatre laboratoires se sont partagé le marché hexagonal : le britannique GlaxoSmithKline a vendu à la France 50 millions de doses, le français Sanofi-Pasteur 28 millions, le suisse Novartis 16 millions et l'américain Baxter 50 000. Des dépenses faites au nom du principe de précaution, explique-t-on au gouvernement. Le ministère de la santé souligne toujours que l'évolution du virus est "imprévisible".

Mais "acheter deux vaccins par personne, c'est absurde", tranche Bernard Debré, qui, dès l'été 2009, avait dénoncé le "catastrophisme" lié à l'épidémie de grippe A. "Dès juillet 2009 nous savions que les 4/5es des personnes touchées seraient sans symptôme" répond le professeur. "Aujourd'hui, 20 millions de Français ont été touchés sans même s'en rendre compte", estime-t-il.

Pour l'équilibre des comptes de la Sécurité sociale, la pandémie de grippe A sera difficile à supporter. Selon un rapport sénatorial sur le projet de financement de l'Assurance-Maladie en 2010, le coût total pourrait atteindre 2,2 milliard d'euros. En effet, au coût de l'achat de vaccin s'ajoute la campagne de vaccination d'un montant de 35,8 millions d'euros, l'acquisition de respirateurs pour 5,8 millions d'euros, l'achat d'antiviraux pour 20 millions d'euros, 150,6 millions d'euros de masques, 41,6 millions d'euros de dépenses logistiques, 290 millions afin d'indemniser les personnels de santé réquisitionnés, 59,6 millions destinés aux frais d'information et à la campagne de communication.

Il faut aussi compter 100 millions de "frais liés à l'organisation territoriale de la campagne de vaccination", selon ce rapport, et encore 375 à 752 millions d'euros de dépenses liées aux consultations de médecins, à la prescription de médicaments.

"TROIS FOIS LA SOMME DU PLAN CANCER"

"Résultat, nous avons 10 % des réserves mondiales de ce vaccin et un tiers des antiviraux (Tamiflu)", note Bernard Debré. Le plan anti-grippe A a coûté "plus que le déficit cumulé de tous les hôpitaux publics ou trois fois la somme allouée au plan cancer", souligne encore le député UMP de Paris.

Au 29 décembre, la grippe A (H1N1) avait provoqué 198 décès en France, selon l'Institut national de veille sanitaire. "La grippe saisonnière fait pour sa part entre 2 000 et 6 000 victimes par an en France, 600 000 à travers le monde. Le nombre de personnes décédées de la grippe A sans pathologie associée se monte aujourd'hui à environ 35 personnes en France. Ces morts sont regrettables, souligne Bernard Debré, mais les mesures prises, disproportionnées."
Eric Nunès
Source Le Monde.fr

Publié dans actualités

Commenter cet article

symptome 10/01/2010 12:24


Très bonne ouvrage, et je suis d'accord sur le fait que les dépenses ont été bien superflus face à la grippe a !
Gael