Guéant, créateur d'un "fichage pour tous", validé par l'Assemblée

Publié le par dan29000

01 février 2012

Claude Guéant va ficher les « honnêtes gens »

 

La création d'un fichier de 45 à 60 millions de "gens honnêtes" sera définitivement validée ce mercredi 1er février, à 14h45, à l'Assemblée.


MAJ, 19h30 : la création du fichier a été adoptée dans un hémicycle ne comportant qu'une dizaine de députés.

 

 


Le 26 janvier dernier, Le Mouv' m'avait invité, avec Jean-Claude Vitran, de la Ligue des droits de l'homme (LDH), à parler de cette "proposition de loi sur la protection de l'identité" qui vise officiellement à lutter contre l'usurpation d'identité, et qui permettra, concrètement, de ficher les noms, prénoms, adresses, tailles et couleurs des yeux, empreintes digitales et photographies de tous les détenteurs de cartes d’identité : "Demain, tous fichés ?".


 

Depuis que j'ai découvert, et révélé, que le Parlement avait décidé de créer ce fichier des "gens honnêtes", j'ai écrit pas moins de 10 articles, sur OWNI, et 5 billets, sur ce blog, à ce sujet. Et je n'ai toujours pas compris.

Exemple : ce fichier, censé lutter contre l'usurpation d'identité, est une telle "usine à gaz" qu'il n'empêchera nullement un plaisantin mal intentionné, ou un escroc, d'être le premier à réclamer une carte d'identité biométrique (et soi-disant sécurisée) au nom de Nicolas Sarkozy, ou de Jacob Portnawak.

Le fichier des "gens honnêtes" permettra en effet d'éviter qu'un malotrus n'usurpe votre identité... si tant est que vous ayez préalablement pris la peine de vous y ficher en tant que "gens honnêtes". Mais il n'empêchera jamais à un Anonymous, ou à un délinquant, d'être le premier à s'y ficher en usurpant votre identité, non plus qu'à s'y enregistrer sous un faux nom, totalement imaginaire.

Au vu du nombre de faux profils de Nicolas Sarkozy créés sur Facebook ou Twitter notamment, il n'est donc pas exclu que celui qui sera fiché, en premier, comme le Nicolas "honnête gens" Sarkozy, ne soit donc pas forcément le "vrai" Nicolas Sarkozy...

La France, leader mondiale des empreintes digitales

Ce que j'ai compris, c'est que le Gixel, ce lobby des industriels de l'électronique qui avait proposé de déployer des systèmes de reconnaissance biométrique des empreintes digitales dès l'école maternelle, afin de doper son business, a gagné : 14 des 31 personnes auditionnées au Sénat au sujet de cette proposition de loi sont des industriels membres du GIXEL.

Le sénateur auteur de la proposition de loi, tout comme l'ensemble des parlementaires, reconnaissent d'ailleurs sans problème que ce fichier servira aussi, sinon d'abord et avant tout, à aider les entreprises françaises, leaders mondiales des empreintes digitales et des papiers d'identité "sécurisés", à conforter leur leadership et à gagner d'autres marchés à l'étranger.

Leurs technologies de sécurisation de l'identité sont d'ailleurs tellement au point que le ministère de l’Intérieur a récemment reconnu que 10% des passeports biométriques en circulation seraient des faux, alors même que le passeport biométrique était précisément censé être plus sécurisé que ceux d'avant.

Les ministres de l'Intérieur britanniques et néerlandais ont, eux, détruit les empreintes digitales de leurs concitoyens : le premier parce que le gouvernement (de droite) a décidé de ne pas déployer le projet de carte d'identité qu'avait initié le Labour (social-démocrate), afin de protéger leurs libertés, le second s'y est résigné : le taux d'erreur était en effet de 20 à 25%... c'est dire la fiabilité.

Claude Guéant, lui, a décidé de nous ficher, ce qui a eu le don d'effrayer les sénateurs, qui ont voté contre la proposition de loi afin que leurs noms ne soient pas associés à ce qu'ils ont qualifié de "bombe à retardement pour les libertés publiques". Ce matin, la sénatrice Virginie Klès a dénoncé sur France Culture l'omerta des médias, et les intérêts industriels en jeu. En juillet dernier, Serge Blisko avait eu une autre approche de la question :

Monsieur le ministre, j’ai le regret de rappeler que la France n’a créé qu’une seule fois un fichier général de la population, c’était en 1940. Il fut d’ailleurs détruit à la Libération.

A l'époque, il ne s'agissait pas de soutenir les industriels du fichage. Aujourd'hui, si.

Voir aussi :
Lisez, vous êtes surveillés
De quoi Anonymous est-il le nom ?
Une histoire du fichage en France
Etre identifié par ses fesses… ou ses pieds

 

Source : Bug brother, blogs du Monde, de Jean-Marc Manach

Publié dans écrans

Commenter cet article

Piyou 06/02/2012 21:51


On serait début avril, on pourrait croire à un poisson, hélas non.

dan29000 06/02/2012 22:35



c'est vrai, mais avec eux le pire est toujours à venir, enfin plus  trois mois...