Guitar army, rock révolution, motor city, MC 5 et les White panthers, de John Sinclair

Publié le par dan29000

 

 

 

 

guitar-army-j-10.jpg 

 

 

 

 

 

 

Dans les sixties, John Sinclair était une légende vivante. Mais quel John Sinclair ? Car il y en avait, pardon, il y en a, le gars était toujours vivant, plusieurs. Il y a d'abord le poète, né dans le Michigan, à Flint, ville natale de Michael Moore. L'air est sans doute vivifiant ! Ensuite, plus célèbre que le poète, il y a l'activiste de tous les combats, celui qui créa les White panthers, dirigea le fameux journal underground Fith estate, toujours vivant aujourd'hui.

 

 

 

 

Mais la célébrité lui arriva en temps que manager de 1965 à 1969, d'un des plus subversifs groupes de rock de la période, le MC5. Il fut le seul groupe à jouer gratuitement durant la fameuse Convention démocrate de 1968, avant que les flics n'interviennent pour dissoudre le rassemblement.

C'était l'époque aux USA où l'on pouvait se prendre dix ans de cabane pour avoir donné un joint à un flic de la brigade des stups "undercover"...Ce qui arriva à Sinclair. Un vaste mouvement pour sa libération s'en suivit avec tous les activistes célèbres du moment de Lennon à Rubin, en passant par Archie Shepp, Ginsberg et Bobby Seale...Sa libération fut rapide.

Si l'homme militait beaucoup, il écrivait aussi beaucoup.

Donc ce livre est précieux, car il nous restitue de nombreux textes de John, une sorte de bible de la contre-culture américaine où il parle de Dylan, et de Frantz Fanon, de Burroughs, de Castaneda, du Jefferson Airplane, de Kerouac...

Au fil des pages, c'est toute une vaste culture révolutionnaire qui transpire dans les phrases de Sinclair. Deux séries de textes, les écrits de rue, et les écrits de prison. Le gars avait compris assez tôt que la révolution ne pourrait délaisser le terrain propice de la culture (résister, c'est créer). Alors on voit dans ses textes tout ce qui s'émancipait de la culture capitaliste dominante, free press, free radio, free music...

A la charnière de deux décennies, sixties et seventies, fleurissaient un peu partout des alternatives...

Le livre s'ouvre par une préface d'Emilien Bernard, d'Article 11 (article11.info) qui donne bien le ton avec cette phrase emblématique de Jerry Rubin :

 

"Et notre tactique, c'est d'envoyer tous les Nègres et la pègre des cheveux longs à l'assaut des demeures des petits-bourgeois, pour faire l'amour au milieu du salon, faire du trapèze après le lustre, cracher leur sperme sur les images pieuses, briser le mobilier et écrabouiller une fois pour toutes l'Amérike du catéchisme, du napalm et du sang."

DO IT

 

A cette époque, le napalm coulait à flots sur le Vietnam, les balles transperçaient les étudiants contestataires (Massacre de l'université de Kent State et de la prison d'Attica). Les Blacks panthers tombaient aussi...

S'il y avait une résistance assez cool, tendance, music and grass, parfois il fallait savoir être un peu plus offensif face à la répression d'Etat. Un des noms de l'offensive fut le MC5 (voir la vidéo)...Bête noire rock des flics et de l'establishment WASP. Wayne Kramer incendiait la scène et parfois au-delà...

 

Un des beaux moments du livre est un entretien de Peter Steinberger avec John Sinclair, à la prison de Marquette. Mais au-delà de ses textes passionnants, l'intérêt du livre tient aussi aux nombreuses photographies de l'époque et aux citations restituées.

 

"Plus l'homme oppresse, plus il attise la ferveur révolutionnaire(...).Par leurs actions brutales, les oppresseurs provoquent la résistance du peuple."

To die for the people, 1972, Huey P. Newton

 

Un livre-document, un livre-dossier, un livre-témoignage, indispensable à  ceux qui s'intéressent à la musique, à la politique, aux USA, à la contre-culture de cette époque marquée par le vaste mouvement anti-guerre du Vietnam. Cela manquait en France, cela est réparé.

 

Dan29000

 

 

GUITAR ARMY

Rock, révolution

Motor city, MC 5

et les White panthers

John Sinclair

Collection Rivages rouge

Editions Payot et Rivages

2010 / 368 p / 21, 50 euros 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans lectures

Commenter cet article