Hébergement d'urgence : Appel à la grève mardi

Publié le par dan29000

 

Hébergement d’urgence : Appel à la grève contre la baisse des budgets

Le Parisien, 27 juillet 2011 :

 


Fatigués de faire face à une situation qui se dégrade avec de moins en moins de moyens, les professionnels de l’urgence sociale appellent à une journée de grève et de manifestations dans toute la France mardi 2 août. Ils entendent dénoncer les restrictions budgétaires annoncées par l’Etat en mai qui réduisent les moyens alloués en 2011 à l’hébergement des personnes sans abri.

Places d’hébergement supprimées, Samu social et numéro d’urgence du 115 saturés, familles réfugiées aux urgences des hôpitaux parisiens, démission du président fondateur du Samu social pour dénoncer une situation budgétaire qui n’est «plus gérable»: la crise qui minait déjà le secteur s’est depuis approfondie, dénoncent les associations.

 

L’appel à la grève du 2 août s’adresse aux personnels du 115 et aux équipes mobiles des associations allant à la rencontre des SDF. Il est lancé par la Coordination nationale des professionnels de l’urgence sociale, créée en 2010 alors que les premières difficultés financières apparaissaient.

Les professionnels veulent effectuer leur mission

Réclamant des moyens supplémentaires, les professionnels veulent pouvoir être en mesure d’«effectuer (leurs) missions de mise à l’abri, de soins et d’accompagnement social», explique Maud Bigot, membre de la coordination. Ils exigent aussi un «respect de la loi» qui stipule que toute personne sans abri a le droit d’accéder à un dispositif d’hébergement d’urgence et peut y demeurer jusqu’à ce qu’elle trouve une solution durable.

Les restrictions budgétaires sont réalisées dans la cadre de la réorientation de la politique du gouvernement qui veux donner la priorité à un accès de long terme des personnes sans domicile à un véritable logement, sans passer par la case de l’hébergement d’urgence, très coûteux. Seulement, les associations estiment que le gouvernement «et la charrue avant les boeufs» en commençant à réduire le nombre de places en hébergement sans que suffisamment de logements soient disponibles.

Le secrétariat d’Etat au Logement se défend en soulignant qu’il existe 115 000 places d’hébergement d’urgence dans toute la France, et que si 4 500 doivent disparaître d’ici la fin 2011, 4 500 nouvelles seront dans le même temps créées dans des logements.

 

========================================

 

Appel à la grève d'un collectif de professionnels de l'urgence sociale des 115 le 2 août

La FNARS soutient l'ensemble des mouvements de travailleurs sociaux en cours qui naissent des incohérences de la politique gouvernementale.

Ci-dessous l'appel de la Coordination nationale des professionnels de l'urgence sociale

Face aux baisses drastiques de budget que beaucoup d'associations connaissent, aux situations dramatiques auxquels nous sommes confrontés au quotidien, témoins chaque jour du non respect de la loi sur le terrain, de nombreux professionnels en France se mobilisent en cette période estivale (Paris, Toulouse, Lille, et sans doute d'autres villes encore...)

Fait rare, les médias relaient... à nous d'en profiter intelligemment pour faire respecter les droits des personnes et, pour se faire, de taper fort. L'Etat ne veut pas céder, à nous de montrer que nous ne resterons pas silencieux, complices des dysfonctionnements du dispositif.

La Coordination nationale des professionnels de l'urgence sociale propose, de ce fait,

une grève (ou un débrayage, en fonction des possibilités) des 115 de toute la France

le Mardi 2 Août 2011.

Toulouse est déjà partante!

Il s'agit de demander à ce que la loi soit respectée.

« Toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique et sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d'hébergement d'urgence ». Art L 345-2-2 Code de l'action sociale et des familles.

 « Toute personne accueillie dans une structure d'hébergement d'urgence doit pouvoir y bénéficier d'un accompagnement personnalisé et y demeurer, dès lors qu'elle le souhaite, jusqu'à ce qu'une orientation lui soit proposée.» Art.L 345-2-3.

L'Etat ne doit pas se cacher derrière la politique du « logement d'abord », encore en chantier et sans effet, pour le moment, sur le terrain, pour remettre à la rue des milliers de femmes, d'hommes et d'enfants.
 
Nous demandons donc à toutes les villes en mesure d'organiser cette grève (ou débrayage) du 115 à prendre contact avec nous d'ici vendredi soir. Pour se faire, merci de relayer cet appel aux 115 de vos villes.

Commencez à penser à vous rapprocher des syndicats pour déposer les préavis.

Engageons un bras de fer national. Si le Président du Samu Social de Paris annonce qu'il jette l'éponge, faisons nous aussi savoir que cette situation dramatique n'est pas digne de notre pays et que nous, professionnels de l'urgence sociale, nous ne la cautionnerons pas.


Maud Bigot (06.18.92.41.08.)
Pour la Coordination nationale des professionnels de l'urgence sociale

Publié dans actualités

Commenter cet article