Honduras : la Banque mondiale se discrédite en finançant l'huile de palme

Publié le par dan29000

Banque mondiale : la palme du discrédit au Honduras

 

 

 

Photomontage. Au premier plan, des dollars de la Banque mondiale tachés de sang- À l'arrière plan, vue aérienne sur une monoculture de palmiers à huileLes dollars de la Banque mondiale financent les déserts verts de palmiers à huile au Honduras

Par le biais de la Société financière internationale (IFC), la Banque mondiale a octroyé un prêt de 30 millions de dollars US à la Corporación (ou groupe) Dinant, le plus gros producteur d'huile du palme du Honduras. En novembre 2009, juste après le putsch militaire ayant renversé le président élu démocratiquement Manuel Zelaya, la banque a versé la première moitié de ce crédit à l'entreprise… dont le propriétaire Miguel Facussé avait activement soutenu le coup d'état !

Les conflits liés aux plantations de palmiers à huile de Dinant remontent aux années 70. Depuis le putsch militaire de 2009, la région a été fortement militarisée, les communautés violemment expulsées. Dinant et d'autres producteurs d'huile de palme sont impliqués dans le meurtre de 88 paysans dans la vallée de l'Aguán. Les assassinats continuent à être perpétués en toute impunité. Le nombre total des victimes du conflit est estimé à 109. 

Malgré cette violence avérée, la Banque mondiale vient de procéder en février 2013 à une mise à jour édifiante de la description du projet de crédit accordé au groupe Dinant sur sa page internet : « Dinant comprend l'importance d'avoir de bonnes relations avec les communautés locales et est particulièrement actif sur ce point ». 

Suite à une plainte déposée par des organisations de défense de droits de l'homme, un audit interne est en train d'être réalisé par le Bureau des plaintes de la Banque mondiale (CAO). Pourtant, les compétences du CAO étant très limitées, il est à craindre que celui-ci ne puisse entraver le versement de la seconde moitié du crédit au groupe Dinant.

La Banque mondiale se discrédite par ce prêt qui offre des capacités financières et de la légitimité internationale au groupe Dinant. Demandons à son président d'annuler ce prêt inadmissible !


Début de l'action: 7 mars 2013

 

PETITION

 

Monsieur le Président,

Je suis profondément inquiet par le fait que la Banque mondiale n'ait jamais réclamé le remboursement d'un prêt de 15 millions de dollars US qu'elle avait versé en novembre 2009 par le biais de l'IFC au producteur d'huile de palme hondurien Dinant et qu'elle puisse effectuer cette année un second versement du même montant à cette entreprise.

Selon des enquêtes menées par des associations de défense des droits de l'homme, le Groupe Dinant est impliqué dans l'expulsion forcée de paysans et dans le meurtre de 88 personnes dans la vallée de l'Aguán. Ces assassinats ont été commis en toute impunité et n'ont toujours pas été élucidés. Au total, 109 personnes auraient déjà été tuées dans le cadre de ce conflit foncier.

Je pense que le cas de Dinant démontre l'inefficacité des « garanties de protection » sociale et écologique de la Banque mondiale dans le secteur de l'huile de palme. Bien que le Bureau du conseiller-médiateur pour l'application des directives (CAO) examine actuellement si la Banque mondiale a respecté ses propres normes et exercé une « diligence raisonnable » dans le prêt accordé à Dinant, je crains que le mandat de cette investigation ne soit beaucoup trop limité.

En effet cette enquête devrait répondre publiquement à des questions qui me paraissent essentielles à savoir :

+ Comment la Banque mondiale a-t-elle pu accorder un crédit à une entreprise au cœur de conflits sociaux depuis plusieurs décennies et dont le propriétaire avait soutenu un putsch militaire qui venait d'avoir lieu ?

+ Pourquoi la Banque mondiale n'a-t-elle pas tiré de conséquences face aux graves préoccupations concernant le respect des droits de l'homme et face à l'impunité généralisée au Honduras ?

+ Pourquoi le remboursement du prêt n'a-t-il pas été réclamé, alors que le groupe Dinant n'avait pas respecté les conditions du crédit en ne divulguant pas son rôle dans les meurtres et dans les atteintes faites aux droits de l'homme ?

Monsieur le Président, je vous exhorte à faire annuler le prêt octroyé par la Banque mondiale au Groupe Dinant et à lui réclamer le remboursement des sommes déjà versées. Plus généralement, je souhaite que l'institution que vous représentez n'accorde plus de prêts pour des projets touchant à l'huile de palme.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes respectueuses salutations.

 

 

POUR SIGNER, ICI

 

 

SOURCE / SAUVONS LA FORET

Publié dans environnement

Commenter cet article