Il était une fois la RKO, un coffret d'exception de 25 DVD

Publié le par dan29000

 

 

 

RKO-2.jpgLes éditions Montparnasse nous proposent cet automne un splendide coffret de 25 films qui sont autant de dates dans l'histoire du cinéma mondial. Durant de longues et fastes années, la RKO (Radio-Keith-Orpheum Pictures) domina le monde des images hollywoodiennes. Ayant sous contrat les plus prestigieux noms de l'époque (Ingrid Bergman, Bette Davis, John Ford, Katharine Hepburn, Alfred Hitchcock, Cary Grant, Robert Mitchum et Orson Welles). Sortant souvent un film par semaine, ce qui nous laisse rêveur aujourd'hui, elle absorba en 1930 les studios Pathé, avant d'être, bien plus tard,  à son tour absorbée en 1968 par la Paramout Pictures. Ainsi va la dure loi du business made in Hollywood.

Dès le début des années trente, elle commença à produire de très grands films, Les Chasses du comte Zaroff (The Most Dangerous Game) de Ernest B. Schoedsack et Irving Pichel par exemple en 1932, ou le fameux King Kong, le seul, le vrai en 1933. Une des particularités de ce grand studio fut d'aborder avec brio tous les genres, allant du formidable Top hat (1935, Astaire-Rogers) à ce qui demeure toujours un des deux ou trois plus grands films jamais réalisés : Citizen Kane, d'Orson Welles.

Comment ne pas s'extasier devant "La captive aux yeux clairs" ou devant "Le garçon aux cheveux verts" ? S'il est des films qui traversent parfaitement le temps, cela demeure ceux de la RKO. Alors on ne peut que saluer l'initiative des éditions Montparnasse de publier ce coffret. Il faut dire que les coffrets, les éditions Montparnasse, cela les connait bien. Dans quelques semaines, nous mettrons un coup de projecteur sur "Grands reporters, les films du prix Albert Londres".

Au-delà de cette brillante pluie d'étoiles qui va occuper tout notre prochain hiver, la cerise sur le gâteau est le documentaire retraçant toute cette prestigieuse histoire de la RKO, histoire qui est celle des USA, des années 20 aux années 50. Trois grands connaisseurs du cinéma américain nous permettent de mieux comprendre en presque deux heures cette saga, Bertrand Tavernier, Joe Dante et Michel Ciment.

C'est passionnant.

Une belle idée pour les fêtes de fin d'année qui approchent.

A signaler qu'il est possible de commander le coffret directement chez l'éditeur, en allant sur son site ICI 

 

 

Dan29000 

 

 

=========================================================================
king-kong.jpgLe studio RKO est créé en Californie en même temps que le cinéma parlant, à la fin des années 1920. Très vite, il contribue à la légende d’Hollywood au même titre que les autres majors, MGM, Paramount, Warner ou 20th Century Fox, ces immenses studios qui assuraient en même temps la production, la distribution et l’exploitation des films.

La RKO a produit des chefs-d’œuvre dans tous les genres, la comédie, le polar, le western ou encore les « musicals » et les séries B. Y tournent des acteurs comme John Wayne, Katharine Hepburn, Cary Grant, Robert Mitchum, Fred Astaire et Ginger Rogers. Ses réalisateurs vedettes sont John Ford, Alfred Hitchcock, Orson Welles, Howard Hawks, Otto Preminger... Le plus mythique des films d’horreur fut aussi un des plus grands succès commerciaux de la RKO : King Kong. Enfin, Citizen Kane, d’Orson Welles, est considéré comme le plus grand film de tous les temps.

L’influence grandissante de la télévision, mais aussi les caprices de l’excentrique milliardaire Howard Hughes, qui racheta le studio en 1948, provoquèrent son déclin, puis sa chute. La RKO n’en reste pas moins un symbole, celui de l’âge d’or d’Hollywood. Ce coffret en raconte l’histoire, en 25 films.

 

Source : Editions Montparnasse

 

 

 
Coffret DVD 25 disques :

 
Citizen Kane d’Orson Welles (1941, 119 min, noir et blanc, nouvelle version remasterisée)
King Kong d’Ernest B. Schoedsack et Merian C. Cooper (1933, 95 min, noir et blanc)
L’Impossible M. Bébé d’Howard Hawks (1938, 102 min, noir et blanc)
La Charge héroïque de John Ford (1949, 103 min, couleurs)
Soupçons d’Alfred Hitchcock (1941, 95 min, noir et blanc)
Un si doux visage d’Otto Preminger (1952, 92 min, noir et blanc)
La Splendeur des Amberson d’Orson Welles (1942, 89 min, noir et blanc)
L’Énigme du Chicago Express de Richard Fleischer (1952, 71 min, noir et blanc)
Le Danseur du dessus de Mark Sandrich (1935, 99 min, noir et blanc)
Les Diables de Guadalcanal de Nicholas Ray (1951, 98 min, couleurs)
Nous avons gagné ce soir de Robert Wise (1949, 72 min, noir et blanc)
La Féline de Jacques Tourneur (1942, 72 min, noir et blanc)
Elle et lui de Leo McCarey (1939, 87 min, noir et blanc)
Sylvia Scarlett de George Cukor (1935, 87 min, noir et blanc)
Barbe-Noire, le pirate de Raoul Walsh (1952, 94 min, couleurs)
Ça commence à Vera Cruz de Don Siegel (1949, 102 min, noir et blanc)
La Captive aux yeux clairs d’Howard Hawks (1952, 122 min, noir et blanc)
Le Récupérateur de cadavres de Robert Wise (1945, 81 min, noir et blanc)
Le Saint contre-attaque de John Farrow (1939, 64 min, noir & blanc)
Panique à l’hôtel de William A. Seiter (1938, 78 min, noir & blanc)
La Chose d’un autre monde d’Howard Hawks et Christian Nyby (1951, 84 min, noir et blanc)
La Griffe du passé de Jacques Tourneur (1947, 96 min, noir et blanc)
Le Garçon aux cheveux verts de Joseph Losey (1948, 79 min, couleurs)
La Fille de la cinquième avenue de Gregory La Cava (1939, 83 min, noir et blanc)
Le Massacre de Fort Apache de John Ford (1948, 127 min, noir et blanc)

 
Compléments

 
RKO, une aventure hollywoodienne
De Philippe Saada

Bertrand Tavernier, Joe Dante et Michel Ciment racontent l’histoire mouvementée du studio, de l’Amérique des années 1920 jusqu’au tournant des années 50.

 

 

 

 

 


Il était une fois la RKO, l’âge d’or d’Hollywood Coffret DVD (25 disques)
de Ernest B. Schoedsack, George Cukor, Otto Preminger …
avec Orson Welles, Cary Grant, Katharine Hepburn…
1933-1952, 40 heures, couleurs et noir et blanc
Son mono DVD PAL Zone 2 / 100 euros

 

 

 

 

Publié dans écrans

Commenter cet article